BLOOD RED SKY

BLOOD RED SKY

Peter Thorwarth, 2021

LE COMMENTAIRE

Dans la vie, on ne sait pas toujours à bord de quel avion on embarque (cf Des Serpents dans l’Avion). Loués soient ceux qui voyagent avec leur maman. Ils prennent une assurance tout risque. Rappelons-nous tout de même que le plus important, ce ne sont pas les turbulences mais bien l’atterrissage.

LE PITCH

Des terroristes détournent le mauvais avion.

LE RÉSUMÉ

Nadja (Peri Baumeister) est veuve. Atteinte d’une grave maladie, elle prend l’avion en compagnie de son fiston Elias (Carl Anton Koch). Direction New York où elle doit recevoir un traitement de cheval.

Une bande de terroristes s’empare de l’appareil. Ils sont emmenés par Berg (Dominic Purcell). Parmi eux, le psychopathe Eightball (Alexander Scheer) s’amuse à traumatiser des passagers déjà morts de trouille.

Remain seated and… enjoy the rest of the flight!

Quelques téméraires n’entendent pas se laisser faire. Un militaire Américain tente de jouer les héros. Farid (Kais Setti) préfère mobiliser les troupes en s’appuyant sur une vérité brutale.

If we don’t do anything, we’re going to die. 

Pendant que les spéculations sur les intentions des terroristes vont bon train, Nadja est en souffrance. Si elle est veuve, c’est parce que son mari est mort dans un accident de zombies (cf Army of the Dead). Elle s’est faite mordre et depuis, un traitement sanguin d’appoint lui permet de retarder l’échéance. Plus pour très longtemps.

Nadja achève sa transformation. La vampire sème la panique dans les rangs des terroristes en sautant à la gorge de l’imposant Berg. La présence d’Elias lui permet néanmoins de garder un semblant d’humanité. Nadja permet la reprise de contrôle de l’avion.

Malheureusement, Eighball trouve des fioles de sang de Nadja et se l’injecte pour devenir vampire à son tour. Les forces s’équilibres. Les terroristes zombies sont néanmoins maitrisés à nouveau par la résistance et isolés en soute.

Un passager de 1e classe grièvement blessé et souhaitant la vie éternelle (cf Dracula) leur ouvre la porte dans l’espoir d’être mordu. Eightball n’en fait rien. Il se concentre sur les résistants valides qu’il souhaite voir rejoindre son armée de vampires.

L’avion n’a plus assez de kérosène et doit atterrir en catastrophe sur une piste militaire Écossaise. Les autorités sont évidemment informées de la présence de terroristes à bord, pas de monstres.

It’s a fucking bloodbath!

What’s going on in there??

Elias avait réussi à sortir du cockpit. Farid s’est échappé lui aussi. À l’intérieur, les vampires attendent patiemment que le soleil se couche pour massacrer les soldats (cf Dernier train pour Busan). Nadja ne reconnait désormais plus personne, pas même son fils vers qui elle fonce comme une assoiffée de sang qu’elle est devenue.

Elias garde son calme et active les charges explosives dans l’avion pour mettre fin à cette histoire de fous.

L’EXPLICATION

Red Blood Sky, c’est différencier le bon vampire du mauvais vampire.

Un Think Tank très populaire dans les années 90 a posé une question fondamentale, sans véritablement trouver une réponse. Comment distinguer le bon chasseur du mauvais chasseur, sachant que tous les deux tirent… Derrière cette question simple en apparence se cache une interrogation plus profonde sur les notions de bien et de mal.

Cette question mérite absolument d’être reposée trente ans plus tard, alors que la morale bat de l’aile (cf La Crème de la Crème). Nous avons laissé la société faire de nous des égoïstes convertis au Darwinisme, préférant boire des bières dehors au risque de voir les vieux tomber comme des mouches aux urgences plutôt que de boire nos bières à la maison pendant quelques semaines (cf No Country for Old Men).

Nous avons arrêté de réfléchir et nous sommes ainsi rendus sujets aux amalgames les plus ridicules. Farid est obligé de recadrer les autres passagers lorsque ceux-ci divaguent.

They are not terrorists!

Why? Because they don’t have beards and pray towards Mecca?

Nous sommes en train de nous transformer lentement en vampires convaincus d’être éternels. À nous nourrir du sang des autres (cf Grave), insouciants bien que cloisonnés dans un avion qui court à sa perte (cf World War Z).

The evil is too strong. We’re all cursed : we bring nothing but suffering to this world. 

Le contre-exemple de Nadja montre que tout n’est cependant pas perdu. Nous pouvons encore nous accrocher pour préserver la vie, malgré nos canines acérées et notre goût pour l’hémoglobine. Nadja est justement la vampire qui se distingue d’Eightball puisque bien qu’elle soit redevenue sauvage, elle a conservé son âme malgré tout. Ce qui lui permet de conseiller à son fils de rester à l’abri et de chercher à protéger les autres passagers des terroristes. Elle sait encore distinguer le bien du mal.

Les terroristes au contraire tapent dans le tas. Ils ont complètement lâché l’affaire. Ces anarchistes prennent du plaisir à voir le monde brûler (cf The Dark Knight). Rien d’autre ne les amuse. Eightball pourrait bien toucher les millions de la rançon qu’il ne saurait quoi en faire. Ce chien fou ne se sent vivant que lorsqu’il agite la mort au bout de son revolver. Ces individus font le mal et ils s’en fichent.

Lorsque Nadja confond son fils avec une proie, elle passe dans le camp du mal.

Farid est un peu perdu au milieu de cette sauvagerie. Conscient de sa mortalité, il ne fait pas n’importe quoi. C’est justement parce qu’il sait que la vie va s’arrêter qu’il peut comprendre que le temps est précieux. La chance nous est donnée de faire le bien, ne la gaspillons pas.

We have to do something now.

Farid s’organise car il veut croire que l’avion peut atterrir sans s’écraser. Qu’on peut encore construire quelque chose et surtout que cela en vaut la peine. Même si d’autres passagers voyageant en business mettent en péril la vie d’autrui, Farid ne veut pas basculer dans le camp des zombies car il sait ce qui le guette.

Reste enfin Elias qui contemple cette civilisation en crise. Il observe les uns et les autres s’entre-tuer avec un regard un peu Nietzschéen : par delà les considérations morales de bien et de mal. Elias a les commandes. Il tue sa mère devenue folle pour pouvoir aller se coucher. Parce que demain il a école. Après demain, il a une planète à sauver (cf Geostorm). Basta les questions philosophiques, et au boulot!

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.