AMERICAN SNIPER

AMERICAN SNIPER
Clint Eastwood, 2015

LE COMMENTAIRE

Dans l’un de ses sketchs, Pierre Desproges faisait référence à la résistance comme une époque divertissante : « Boum le train! Boum la voie ferrée! Tacatacatac le petit viaduc! Ouaaaais j’l’ai eu! Ouaaaais j’l’ai eu! » Et c’est bien de tacatacatac dont il est question pour le tireur d’élite dont le métier est de canarder, avec précision certes, mais canarder quand même. Qui a dit qu’on s’emmerdait dans l’armée?

LE PITCH

Le soldat Chris Kyle (Bradley Cooper) fait des aller et retours entre le Texas et l’Irak.

L’HISTOIRE

Chris Kyle est un vrai Texan.

I’m not a redneck. I’m from Texas.

Il boit des bières et fait du rodéo. Comme tout bon patriote, il vit pour la bannière étoilée. Au point que quand deux avions percutent le World Trace Center, Chris décide de s’engager dans les SEAL (les forces spéciales, pas le chanteur). Après sa formation il va rencontrer Taya qui deviendra sa femme et la mère de ses enfants. Les SEAL ne s’engagent pas pour rester chez eux à tondre la pelouse. Très vite il est envoyé en mission en Irak.

Il est tireur d’élite. Là-bas il va abattre ses premières cibles. C’est son boulot. Quand son boulot c’est de tuer n’importe qui menaçant les intérêts des États-Unis et que le n’importe qui en question est un enfant (ça arrive), forcément ça taraude un peu quand même. Yves Duteil prenait les enfants par la main; Chris Kyle, lui, les bute d’une balle dans la tête. En même temps, un enfant n’a rien à foutre avec un bazooka dans les mains on est bien d’accord. Et puis les enfants « là-bas » sont pas comme les enfants « chez nous », en l’occurrence au Texas. C’est pas pareil. Ça n’a même rien à voir.

Chris va enchaîner les tournées en Irak entre deux barbecues. Il aligne les cibles au point où ses camarades l’appellent la légende. C’est le sniper le plus meurtrier des États-Unis. Sa tête est même mise à prix en Irak. Au terme d’une ultime mission il achèvera son travail en abattant son rival d’un tir à plus d’1,5km de distance, ce qui est également une performance en soi.

Would you be surprised if I told you that Navy has credited you with… over 160 kills?

De retour sur le sol Américain, Chris aura du mal à revenir à une vie normale, comme de nombreux soldats victimes de PTSD. Il essaie de se réinsérer en aidant d’autres vétérans. Comble de l’ironie, il se fera dégommer par l’un de ces soldats à qui il essayait pourtant de venir en aide.

L’EXPLICATION

American Sniper c’est l’Amérique de Trump plutôt que celle de Barack Obama.

Les soldats doivent faire preuve d’humilité face au conflit et accepter qu’ils vont en ressortir changés à jamais. Il arrive qu’un entraîneur dise à ses joueurs qu’ils doivent livrer une bataille. Souvent ça n’est qu’un effet de style visant à leur donner du courage. Parce qu’une rencontre sportive bien qu’engagée n’a rien à voir avec un conflit armé. La guerre, la vraie, ça rend barjot.

If you think that this war isn’t changing you, you’re wrong.

Si Chris retourne au front avec détermination (à la différence de son frère) il en souffre beaucoup par ailleurs. Il souffre de tuer des enfants. Il souffre de voir ses camarades se prendre des balles. Chaque nouvelle tournée affecte un peu plus son mariage. Un peu comme une drogue, Chris a du mal à redescendre. Le seul côté pratique c’est qu’il peut entendre des bruits de guerre devant sa TV sans l’allumer. Ça n’est évidemment pas suffisant. Sa femme lui demande en suppliant :

I need you to be human again.

American Sniper condamne le manque d’assistance aux boys lorsqu’ils reviennent au pays. De nombreux soldats sont laissés pour compte et doivent revenir à la normale par leurs propres moyens. Faites le sale boulot. Après, démerdez vous les gars! Par contre vous pourrez compter sur les copains pour avoir un bel hommage lors de votre enterrement. Les cérémonies funéraires des SEAL envoient du lourd, beaucoup plus lourd que les cérémonies funéraires des comptables, c’est certain.

La répartition des rôles dans American Sniper est assez simple, voire simpliste. Il y a les faibles embêtés par les méchants puis sauvés par les gentils qui sont là pour casser la gueule aux méchants.

There are three types of people in this world : sheep, wolves and sheepdogs.

American Sniper offre une partition tripartite du monde. Certes c’est toujours mieux qu’une vision manichéenne. Que celui qui ne s’y reconnaisse pas passe son chemin. Chris, lui, est clairement du côté des gentils. Pas de risque qu’il veuille retourner au combat juste parce qu’il aime shooter de l’Irakien. Non Chris il retourne au combat surtout pour aller aider ses copains. Chris c’est le bon gars. Celui à qui on disait « c’est bien gosse » quand il jouait au foot quand il était petit. Il est presque le bon con, que ses copines trompent toutes d’ailleurs. Sa femme aussi apparemment, dans les règles de l’art, avec le mec qui tond la pelouse.

American Sniper parle surtout de l’ordre des choses. Le père emmène son fiston à la chasse. Chris fera pareil plus tard. On grandit, on va à la guerre. Les femmes trompent immanquablement leurs mecs parce qu’ils sont absents et que leurs envies de baiser ne disparaissent pas pendant les tournées de leur mari (le sens du devoir a ses limites). Une cible passe, on l’aligne, en bon soldat. Une vie pleine de sacrifices, vécue pour l’amour de son pays. C’est comme ça et c’est surtout comme ça que les Américains font (surtout ceux qui viennent de la campagne). Ils le font aussi un peu parce qu’à la fin ils ont droit à un cortège. Americain Sniper c’est la célébration du héros américain bien traditionnel.

On peut avoir du mépris pour la guerre tout en ayant beaucoup de respect pour les militaires: des mecs qui dans le fond n’ont vraiment envie de rien d’autre que de protéger leur pays. Pourquoi ne pas avoir décidé de devenir pompier à la place? Ils sont fiers, généreux, costauds. Ils aiment les chevaux (comme ceux de la pub Budweiser). Ils ne tuent personne les pompiers.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

7 commentaires

  • j’aimerais juste comprendre pourquoi il se fait tuer par un ancien soldat? ça m’échappe un peu… pourquoi allait tuer un ancien combattant alors qu’il veut aider les autres?

    • Parce que la guerre bousille tous les soldats de l’intérieur. La guerre est devenue leur raison d’être. Elle a façonné ces hommes. Elle peut aussi reprendre leur vie quand ça lui chante. Chris ne peut pas mourir autrement. Il ne peut pas mourir d’un accident de vélo.

    • Apparemment il aurait juste pété un câble. En même temps, je trouve que c’est une mort bien mérité pour un mec dont le seul regret est de ne pas avoir pu buter plus d’insurgés.

      • Merci Anne. D’après vous, il s’agit d’un juste retour des choses. Chris Kyle était un soldat.
        Méritait-il de mourir alors qu’il n’avait l’impression que de faire son travail? Méritait-il de mourir pour avoir obéi bêtement aux ordres d’un gouvernement? Méritait-il de mourir parce qu’il partageait les idées de ce gouvernement? Méritait-il de mourir alors qu’il aidait les soldats à se ré-insérer?

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.