THE HAPPENING

THE HAPPENING
Night Shyamalan, 2008

LE COMMENTAIRE

Il pleut, il pleut bergère. À ceci près qu’il ne pleut pas des cordes mais bien des hommes (et des femmes) qui se jettent des toits par désespoir. Ça ne relève pas de la science-fiction. Ces choses arrivent plus souvent qu’on ne veut bien le croire. Quand les tours prennent feu comme à New-York en 2001 ou plus récemment à Londres, alors certains préfèrent encore se donner la mort un bon coup. Dans ce monde qui s’embrase gentiment, il est encore temps pour la bergère de presser ses blancs moutons et de se rendre à la chaumière.

LE PITCH

La côte Nord-Est américaine est ravagée par une série de suicides collectifs inexpliqués.

LE RÉSUMÉ

À Central Park, les gens s’arrêtent, deviennent incohérents puis se suicident au bout de quelques secondes. Ailleurs dans Manhattan des ouvriers sautent mystérieusement du toit. À Philadelphie, Elliot Moore (Mark Whalberg) est interrompu pendant son cours de Sciences Naturelles. Quelque chose est en train de se passer.

There appears to be an event happening.

Les media parlent d’une attaque terroriste à l’arme chimique. Une toxine neutraliserait les neurotransmetteurs qui nous empêchent de nous faire du mal. Chacun rentre chez soi. Elliot et sa femme Alma (Zoe Deschanel) prennent un train pour Harrisburg en compagnie de Julian (John Leguizamo) et sa fille Jess (Ashlyn Sanchez).

En chemin, la panique gagne les wagons. Le train s’arrête soudainement à Filbert.

Does anybody knows where that is?

La toxine a gagné Philadelphie. Cette fois-ci c’est la panique générale. Julian quitte Elliot, Alma et Jess pour essayer de retrouver sa femme dont il est sans nouvelle depuis qu’elle a pris un bus pour Princeton. Les autres montent à bord de la voiture d’un pépiniériste (Frank Collison) qui pense que les plantes sont responsables de ce désastre.

It’s the plants. They can release chemicals.

Julian est victime de la toxine et s’ouvre les veines. Elliot, Alma et Jess se retrouvent immobilisés avec un autre groupe. Elliot commence à souscrire à la théorie des plantes tueuses.

Maybe people are setting off the plants?

Il remarque qu’elles semblent à s’attaquer aux humains quand ils sont en nombre . Ils se séparent en groupes moins nombreux et tentent de rester à l’abris du vent. Elliot, Alma et Jess accompagnés de deux adolescents trouvent d’abord refuge dans une maison témoin puis toujours sous la menace se replient vers une autre maison où se sont barricadées plusieurs personnes menaçantes qui préfèrent abattre sèchement les deux adolescents plutôt que de les laisser rentrer.

Elliot, Alma et Jess atterrissent chez Misses Jones (Betty Buckley), une vieille excentrique qui finit elle aussi par être victime de la toxine. Elliot se retrouve isolé à la cave, séparé d’Alma et Jess qui sont dans une autre partie de la propriété. Il communique néanmoins avec elles grâce à un tube reliant les deux bâtiments. Convaincus que c’est la fin, ils se font leurs adieux. Elliot n’en peut plus. Il décide de retrouver sa femme et Jess, au péril de sa vie. Alma et Jess le rejoignent, en plein vent. Tous les trois s’en sortent comme par miracle.

The event must have ended before we went out there.

Trois mois plus tard, les scientifiques pensent qu’il s’agissait d’une alerte. Les media parlent d’un complot gouvernemental. La vie reprend son cours. Alma tombe enceinte.

Pendant ce temps, le vent se lève sur les Tuileries. Les Parisiens commencent à tenir des propos incohérents…

thehappening

L’EXPLICATION

The Happening c’est la sélection naturelle.

Nous sommes des habitués des scénarios apocalyptiques, toujours à cause d’un facteur exogène: des aliens, des zombies, Godzilla, King Kong, un tsunami, une météorite, un virus ou encore un virus qui nous transforme en zombies. Cette fois-ci la raison de cette catastrophe semble être endogène, comme si la menace venait de nous. Ça n’est pas tout à fait vrai puisqu’il s’agit d’une toxine. Elle nous conduit à nous faire du mal, sans l’aide de personne. On se suicide. Le doute est donc permis.

Cette toxine est le produit de la nature qui se venge de l’homme.

We have become a threat to this planet.

Après tout, les algues peuvent bien tuer des poissons. Pourquoi des plantes ne pourraient-elles pas se retourner contre nous?

Pourquoi? Difficile de l’expliquer. Si des voies sont impénétrables, même par la Science, ce sont bien celles de la nature. Même Elliot s’incline.

Science will come up with some reason to put in the books, but in the end it’ll be just a theory. I mean, we will fail to acknowledge that there are forces at work beyond our understanding.

On peut émettre une hypothèse. La nature nous fait payer le prix de notre négligence. Car nous sommes tous devenus comme cet imbécile de Jake, l’étudiant d’Elliot, plus inquiet de son esthétique que du monde qui l’entoure.

Jake? You don’t have an opinion? You’re not interested in what happened with bees??

On s’en fout, de tout. La nature, nous l’avons rendue invisible. Elle se rappelle aujourd’hui à notre bon souvenir de manière aussi invisible qu’efficace. Elle nous isole en nous privant de réseau.

Sir, we lost contact.

With whom?

Everyone.

Sans réseau, on se retrouve comme des poulets sans tête. Elliot lui-même finit par parler à une plante avant de réaliser qu’elle est en plastique.

Hello. My name is Elliot Moore. I’m just going to talk in a very positive manner, giving off good vibes. We’re just here to use the bathroom, and we’re just going to leave. I hope that’s okay… Plastic… I’m talking to a plastic plant. I’m still doing it.

La nature nous repousse dans ces campagnes où l’on se croit à l’abri mais où les gens sont parfois reclus et se tirent dessus à coup de fusil.

We’re in a small town Jess. Nothing will happen to us here. 

Rien ne peut nous arriver à Dannemarie-lès-Glay, sauf que ça vote Front National là-bas.

La nature finit par nous isoler physiquement les uns des autres. Les groupes se réduisent. Elliot finit d’un côté du pont et Alma de l’autre.

Ce faisant elle nous rend aussi service. En effet, face à la menace (qu’on juge terroriste par réflexe), nous prenons conscience de notre propre connerie. Les gens paniquent, sautent dans leur voiture sans se soucier de ceux qui restent sur le carreau. C’est chacun pour soi.

Can you believe how crappy people are?

La nature créée l’urgence et nous rappelle ainsi que prendre le temps c’est important. S’en prendre à la nature, c’est s’en prendre à soi-même. Lorsqu’Elliot a besoin de réfléchir, tout le monde lui saute dessus.

Why can’t anybody can give me a fucking second!?

La nature parait injuste.

It’s not right for us to die like this.

Elle va pousser Elliot à arrêter de se cacher, à prendre ses responsabilités et retrouver sa femme. Les plus courageux n’ont donc pas de souci à se faire. La nature ne fait le tri que parmi les baltringues.

Et comme elle fait bien les choses, elle va frapper Paris après avoir nettoyé la côte Est. Comme ça tout le monde y aura droit.

Ayons un peu confiance en la nature. Elle nous rend toujours service. Grâce à cette sélection naturelle, il y aura un peu moins de monde sur le périph et aux caisses à Carrefour Market. Finis les matchs du PSG à guichet fermé. Et l’emploi va pouvoir repartir de plus belle. Alors merci la nature. Merci Nicolas le Jardinier. Jayce ne vient pas à bout des monstroplantes. Méditons plutôt là dessus…

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.