SCREAM

SCREAM

Wes Craven, 1996

LE COMMENTAIRE

Les filles aiment jouer à se faire peur en regardant des films d’épouvante, toutes seules le soir chez elles en mangeant du pop corné. Elles sursautent, envoient peut-être un ou deux textos à quelques amis pour partager cette peur panique qu’elles s’infligent. Et puis elles finissent par se regarder dans la glace. L’horreur devient alors insoutenable.

LE PITCH

Un mystérieux tueur poignarde à tout va.

LE RÉSUMÉ

Casey Becker (Drew Barrymore), une lycéenne d’une petite ville californienne, reçoit un coup de téléphone d’un inconnu qui lui demande quel est son film d’horreur préféré.

What’s your favorite scary movie?

La blague tourne rapidement au vinaigre. Son petit ami est attaché à côté de la piscine. Si Casey se trompe de réponse, son copain meurt. Elle va se tromper puis se faire poignarder sauvagement à son tour.

Sidney Prescott (Neve Campbell) fête l’anniversaire de la mort de sa mère, assassinée par Cotton Weary. Elle reçoit à son tour un coup de téléphone menaçant puis se fait agresser par le tueur. Elle parvient à s’enfuir. Son petit ami Billy Loomis (Skeet Ulrich) arrive dans la foulée. Son téléphone portable tombe de sa poche, ce qui éveille les soupçons de Sidney. Billy est arrêté par la police puis remis en liberté le lendemain. Sidney passe la nuit chez son amie Tatum Riley (Rose McGowan).

Le lycée est fermé jusqu’à nouvel ordre. Le principal se fait poignarder.

Stu Macher (Matthew Lillard) célèbre la fermeture du lycée en organisant une fête chez lui (cf Projet X). La reporter Gale Weathers (Courteney Cox) s’incruste pour couvrir l’affaire. Le sheriff Dewey Riley (David Arquette) monte la garde.

Tatum meurt la tête écrasée par la porte du garage. Sidney et Billy se réconcilient en faisant l’amour. À la suite de quoi le tueur s’en prend à Billy. Sidney s’échappe à nouveau. Dans la confusion générale, Stu et Randy Meeks (Jamie Kennedy) s’accuse l’un l’autre d’être le tueur.

Sidney se réfugie dans la maison où elle retrouve Billy qui n’a finalement été que blessé par le tueur. Il se saisit d’une arme et tue Randy Meeks avant de révéler à Sidney qu’il est le tueur et que Stu est son complice.

Billy confesse qu’il a tué la mère de Sidney parce qu’elle avait eu une relation avec son père, faisant fuir sa mère. Sidney retourne la situation. Elle disparait et appelle ses agresseurs, créant la panique. Elle parvient à tuer Stu en lui écrasant l’écran de TV sur la tête. Gale abat Billy. Sidney l’achèvera d’une balle dans la tête.

Careful. This is the moment when the supposedly dead killer comes back to life, for one last scare.

Not in my movie.

Dewey a survécu à ses blessures. Gale tient son reportage.

Okay I think it’s going to go something like this, just stay with me. Hi, this is Gale Weathers with an exclusive eyewitness account of this amazing breaking story. Several more local teens are dead, bringing to an end the harrowing mystery of the masked killings that has terrified this peaceful community like the plot of some scary movie. It all began with the scream of a 911, and ended in a bloodbath that has rocked the town of Woodsboro. All played out here in this peaceful farmhouse, far from the crimes and the sirens of the larger cities that its residents have fled. Okay, let’s take it back to one. Come on, move it! This is my big shot. Let’s go.

scream-1-01-g

L’EXPLICATION

Scream, c’est reprendre le contrôle de son scenario.

Et si la vie était un film? Ce n’est finalement pas une théorie si farfelue. Ça s’apparente plutôt à une autre perception du réel, en y ajoutant juste ce qu’il faut d’épices pour qu’il devienne digeste.

But this is life. This isn’t a movie.

Sure it is, Sid. It’s all a movie. It’s all one great big movie.

Après tout aujourd’hui, les événements sont reportés et vécus comme s’ils étaient de véritables films. Le 11 Septembre? Plus fort qu’une fiction américaine. Les attentats du Bataclan nous ont donné des frissons ainsi que la nausée en direct. Nous vivons ces films sans filtre ou presque. Nous sommes exposés, quasiment au quotidien, à des choses affreuses. Les journalistes, par souci de sensationnalisme, font leur travail en dépit du bon sens.

Sidney, how does it feel to be almost brutally butchered? People want to know. They have a right to know! How does it feel?

Toute cette puanteur ambiante nous a conduit à développer une sorte d’immunité. On s’habitue à tout.

It’s so sad. Her mom and dad found her hanging from a tree limb, her insides on the outside. 

Nous faisons tous partie de cette comédie, qu’on le veuille ou non.

Everybody’s a suspect.

On a tendance à se mentir à soi-même. Tout va bien. Rien à signaler. Circulez y’a rien à voir…

Is there a problem on campus?

No. Everything’s under control.

Nous sommes tous dedans jusqu’au cou. La question est plutôt de savoir si nous voulons être spectateurs ou acteurs. Sidney se lamente :

Why can’t I be a Meg Ryan movie? Or even a good porno.

Elle parle comme une victime alors qu’elle couche avec le tueur. Complice malgré elle. Billy l’incite pourtant à ouvrir les yeux (cf Eyes Wide Shut) et à prendre ses responsabilités.

Don’t you blame the movies. Movies don’t create psychos. Movies make psychos more creative!

Sidney se débat, elle se sauve. Si elle veut rester en vie, elle est obligée de dépasser son personnage en prenant son téléphone et en mettant la pression sur ses agresseurs. Le moment est venu pour elle de prendre le couteau de cuisine ou le revolver. Comme si elle devait accepter sa part de violence (cf A history of violence) afin de pouvoir marcher dans ses pompes. L’agneau se fait loup qui tue son ex petit ami de sang froid.

Sidney rejoint Catherine Tramell (cf Basic Instinct) ou Loli (cf Gazon Maudit) au rang de ces femmes qui ne se laissent plus poignarder dans le dos par les hommes. Le cauchemar est fini. Plus de raison d’avoir peur.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.