JE NE SUIS PAS UN HOMME FACILE

JE NE SUIS PAS UN HOMME FACILE
Éléonore Pourriat, 2018

LE COMMENTAIRE

Un homme, par nature, ça aime chambrer et se gratter les couilles. C’est une tradition masculine qui nous a été léguée par de grands penseurs parmi lesquels Jean Gabin, Gérard Depardieu, Philippe Caubère ou plus récemment Jean-Claude Brisseau ou Guillaume Canet. Un homme ça parle fort et ça parle beaucoup. Puisqu’il faut joindre le geste à la parole, l’homme d’aujourd’hui, tout costaud et fort en gueule qu’il est, serait-il capable de s’épiler ses dessous de (gros) bras?

LE PITCH

C’est le monde à l’envers pour Damien (Vincent Elbaz).

LE RÉSUMÉ

Damien est un célibataire qui vit avec son chat. C’est aussi un marketer vantard.

Mon boss ne jure que par moi parce que je suis un génie.

Il aborde les filles avec confiance comme un véritable prédateur. Son ami Christophe (Pierre Benezit) donne une séance de dédicaces pour son dernier roman. Damien y fait la connaissance d’Alexandra (Marie-Sophie Ferdane), son assistante. Elle semble néanmoins insensible à son charme.

Et nous on se revoit quand?

Dans une autre vie!

Elle ne croit pas si bien dire. Alexandra et Damien vont se croiser à nouveau dans une vie qui n’a rien à voir. En sortant de la séance de dédicaces, Damien se prend un poteau. Sonné, il se retrouve dans une autre monde où Alexandra est la romancière et Christophe son assistant. Les femmes pissent debout, font de la boxe et lisent L’Équipe. Les hommes s’épilent, portent des petits shorts courts et s’émeuvent aux larmes devant des séries à l’eau de rose.

Damien est complètement déboussolé. Heureusement qu’il a encore son chat. Sa forte personnalité tranche et lui vaut de se faire remarquer par Alexandra qui est bien connue pour enchaîner les conquêtes masculine. Le personnage de Damien lui inspire son prochain roman. Elle le drague et en profite pour le mettre sur écoute. Elle l’étudie.

Damien est bien forcé d’arrondir les angles. Il ne peut plus dominer ce monde. Il n’a plus le pouvoir. De son côté, Alexandra se prend au jeu et tombe petit à petit amoureuse de son sujet. Tous les deux se rapprochent. Damien propose même à Alexandra de l’épouser, ce qu’elle accepte de faire… après avoir réglé son divorce.

Damien n’était pas au courant et croit avoir été abusé. Fou de rage, il saccage l’appartement d’Alexandra et va se souler au bar du coin. Une meuf louche essaie de profiter de lui. Alexandra le retrouve et tous les deux se disputent violemment.

Après avoir échangé un coup de boule, c’est au tour d’Alexandra d’être plongée dans un monde qui n’est plus le sien et où les femmes ne sont qu’une petite vingtaine à manifester pour leurs droits. C’est d’ailleurs là qu’elle retrouvera son Damien, devenu féministe.

je-ne-suis-pas-un-homme-facile-3

L’EXPLICATION

Je ne suis pas un homme facile, c’est la nécessité d’un équilibre.

Dans l’Évangile selon Damien, l’homme est un loup pour la femme. Dans l’Évangile selon Alexandra, c’est l’inverse. Les masculistes y remplacent les féministes. C’est un univers tout aussi déséquilibré entre les deux genres, qui n’a finalement rien à envier à l’autre. Les truies ne valent guère mieux que les porcs. Comme le suggère la psy de Damien :

Il pourrait pas y avoir une troisième voie? Un monde dans lequel les hommes et les femmes s’épaulent?

Dans ce monde macho, Damien et Alexandra s’y remarquent malgré tout. Il faut que Damien change pour qu’ils se trouvent. Et qu’Alexandra soit déportée à son tour depuis son monde pour qu’ils se retrouvent. Un équilibre ça se cherche et ça se construit. Aujourd’hui, on ne se cherche pas. On ne veut pas faire de compromis parce qu’on ne sait pas.

On ne peut pas se rendre compte de ce que c’est tant qu’on ne l’a pas vécu.

Pour que l’homme soit convaincu, il lui faut se plonger dans le quotidien de l’autre. Il faut pour Damien vivre l’étrange drame de Sardou. Celle où le pacha dans son harem n’est plus la norme. Il y passe de bourreau à victime.

Je débite de la gonzesse comme vous débitez du boudin. C’est quoi le problème quand on est un mec célibataire putain?!

Il ne s’agit pas de devenir femme pour en tirer un avantage (cf Ce que veulent les femmes), mais plutôt pour comprendre. C’est la seule manière pour l’homme de prendre conscience de ce qu’il inflige aux femmes : les regards déplacés, les commentaires infantilisants, les réflexions désobligeantes… Damien est pénalisé parce qu’il ne s’épile pas.

Je peux pas te toucher, ça me bloque!

Dans cette réalité, il se surprend à tenir le genre de propos revendicatifs dont il se moquerait d’habitude.

J’ai envie d’être égal à égal, c’est tout.

C’est lui qu’on drague et il n’a pas l’habitude. C’est lui qui se fait baiser et il ne sait pas ce que ça fait. C’est lui qui qu’on abandonne en pleine nuit pour aller faire une soit-disant partie de poker. Son influence est réduite. Il est en minorité désormais. Et il est encouragé à fermer sa gueule par les hommes autour de lui, tous plus soumis les uns que les autres en dehors d’un petit groupe d’activistes. Damien les regarde d’ailleurs de haut. Il n’a pas besoin d’eux. Et malgré tout il se sent bien seul soudainement.

C’est donc bien une lutte de pouvoir politique. La troisième voie c’est un projet de société qui doit s’organiser. Damien comprend que si les femmes ne sont pas plus nombreuses dans les réunions ou parmi les postes de direction, alors rien ne peut changer. C’est un équilibre à atteindre et tout le monde doit y contribuer. Alexandra doit faire preuve de plus de fermeté et les femmes de continuer à pousser. De son côté, Damien doit faire preuve d’un peu d’empathie et les hommes de lâcher du lest, peut-être même rejoindre les manifestations pour afficher leur soutien à la cause.

Le fait d’être séparé des femmes telles qu’il les connait lui fait aimer les femmes davantage. Elles lui manquent. Il savoure cette nuit au RV avec Alexandra comme une parenthèse oxygénée. Il comprend que tout commence par lui, qu’il peut faire attention à la manière dont il se comporte et à ce qu’il dit :

Des gonzesses j’en ai autant que je veux : des noires, des blanches, des vertes et des pas mûres!

L’équilibre s’obtiendra par le dialogue et l’écoute plus que par la révolution, bien que certaines têtes doivent tomber (Harvey Weinstein en arbre qui cache la forêt). Cela passe par la redéfinition d’un nouveau contrat social. Les choses s’amélioreront plus vite encore si elles sont impulsées par le bas, la rue, avec des quelques pancartes et surtout beaucoup d’intelligence pour pouvoir passer de l’État de nature dans lequel celui qui a les muscles fait la loi, à l’état de culture dans lequel tout le monde est à la fois libre et en sécurité.

La société est à l’image des citoyens qui la font. Elle changera quand nous commencerons à être un peu moins sauvage au quotidien. Il y a encore du travail…

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

 

 

 

5 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.