IL N’Y A PAS DE RAPPORT SEXUEL

IL N’Y A PAS DE RAPPORT SEXUEL
Raphaël Siboni, 2012

LE COMMENTAIRE

Dans ses fantasmes les plus sombres, ce vieux cochon de Tino Rossi prenait Noël comme prétexte pour faire agenouiller les petits enfants. C’est au tour de la femme de se retrouver à genoux, l’air absente. L’homme se tient face à elle, les fesses à l’air, comme toujours. Elle le branle sans passion, comme une démone sans vice qui n’aurait rien d’autre à faire, sous le regard d’un troisième larron qui bande mou. On est là sans l’être. On a la tête ailleurs, à ce qu’on doit acheter au Suma, au prêt immobilier qui ne se rembourse pas, aux conséquences de la loi Macron contre les fake news. Bonjour tristesse.

LE PITCH

Hervé-Pierre Gustave (HPG) lève le voile sur son industrie.

LE RÉSUMÉ

Les professionnels sont en pleine séance photos, à l’arrêt. Lorsque HPG fait une pause, l’acteur se masturbe frénétiquement pour ne pas perdre son érection tandis que l’actrice regarde au plafond. Phil Holliday donne de fausses fessées. Les actrices poussent de faux cris. C’est le porno soft.

Les protagonistes se donnent à fond, même si l’énergie n’y est pas toujours. Les éjaculations sont parfois ratées.

T’as vu quelque chose ou pas?

HPG doit expliquer les dessous de la fellation à une femme dite ‘mature’. Il doit aussi improviser un pseudo scénario pour ses acteurs qui ont bien du mal à s’y retrouver malgré toute la bonne volonté du réalisateur.

… En fait, t’es avec un mec qui arrête pas de faire des embrouilles. Toi tu dis « Bah vous vous emmerdez pas hein! ». Et toi tu dis « Attends j’en ai marre euh… faut bien que je me venge un peu ». Et toi tu dis « Attends, excuse moi on s’connait pas ». Et toi tu dis « Ah il a encore essayé d’arnaquer quelqu’un… qu’est-ce qu’il a fait comme arnaque? ». Toi tu dis « Moi je devais coucher avec une nana mature en fait il m’a filé une clé USB. Il m’a dit de venir ici », très important, « il m’a dit de venir ici ». Je vais simplifier après, je trouve l’histoire… 

William est un vrai pro. Il transpire. C’est une machine qui bande sur commande et qui ne faiblit jamais que ça soit en intérieur, en extérieur, avec les filles ou les mecs. Il râle un peu. Ça ne l’empêche pas de faire son boulot. Il baise tout et n’importe qui. Il ne fait pas dans l’émotion, ce qui fait pleurer des actrices amatrices encore un peu tendres.

HPG fait la leçon à un jeunot qui a envie de se lancer dans le métier pour gagner en assurance et mieux draguer les filles de son lycée.

Plus ça parait simple, plus c’est dur. Toi tu te pointes et tu penses que voudrais te faire 8000 euros par mois en baisant les plus belles nanas du monde. Mais tout le monde veut faire ça!!

La galaxie porno de HPG va de la jeune amatrice obèse qui se fait défoncer à défaut d’avoir un petit copain jusqu’à de lugubres gays popperisés qui comatent après une scène BDSM un peu trop intense.

19855856.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

L’EXPLICATION

Il n’y a pas de rapport sexuel, ce n’est pas du tout ce que l’on croit.

Le porno c’est bien de la fiction. Il faut le rappeler car certains ne font pas la différence, notamment les plus jeunes qui ont le malheur de découvrir la sexualité à travers ces film et qui pensent que quand la fille dit « non » en fait elle veut dire « oui ». Les acteurs et actrices jouent véritablement la comédie, au sens propre du terme. À l’écran, on n’y voit peut-être que du feu. En coulisses par contre, c’est autre chose. On a l’impression de s’être bien fait avoir.

Le porno c’est d’abord un peu plus drôle qu’on se l’imagine, entre les aphorismes de HPG et les commentaires des actrices en pleine action, manquant singulièrement de conviction.

Qu’est-ce qui sont bons ces inconnus!

Le porno c’est beaucoup plus sérieux qu’on se l’imagine. On croit le porno à la portée de tout le monde. C’est un véritable métier, lucratif pour certaines et certains (cf Rocco). C’est un métier d’acteur où il faut être à 100% au bon moment. Pas d’histoire de ne pas avoir envie ce soir. Ça ne fonctionne pas comme ça. Sinon ça ne vend pas. Car il faut penser au client final. De l’autre côté de l’écran, il y a un public de milliards d’initiés, leur bite à la main, qui sont de plus en plus exigeants. La concurrence dans le porno est farouche. HPG n’est peut-être pas le plus brilliant de la classe mais il a les pieds sur terre.

Faut que tu prennes de l’assurance parce que quand tu vois une star du X qui s’amène avec des super nibards et tout ça à te regarder comme de la merde parce qu’elle a des problèmes, et que toi il faut que t’aies la gaule que tu la prennes comme ça bam bam, tu lui prouves qu’avec ta bite tu peux tout faire… T’as pas une énorme bite. T’as une bonne bite. Alors il faut que tu sois technique. Si je t’emmène à Prague, ça coûte cher. Je loue des lofts. Les nanas elles coûtent cher et tout ça, faut que t’assures comme une bête parce que moi la scène si elle est moyenne, je la vends pas. Faut que tu jouisses sur commande, au bout de 3h de temps. Pis des fois la nana elle a pas du tout envie de toi tu vois. 

Le porno c’est évidemment plus glauque qu’on se l’imagine. On fait semblant. Tout est faux. On maquille. On coupe au montage. On rajoute de la mousse autour de la bouche de l’actrice pour donner l’impression de volume. Les acteurs s’évitent copieusement entre deux prises, quand ils ne s’ennuient pas à mourir. Les petites jeunes font semblant d’aimer ça, sans arriver à retenir leurs larmes. Les petites vieilles sont poussées à s’exhiber, on n’a pas envie de savoir pourquoi. Tout ça fait mal au coeur.

Et mon p’tit cul, il vous plait?

Enfin, « Il n’y a pas de rapport sexuel », c’est quand même avant tout une citation de Jacques Lacan, qui n’est pas le Jacquie de Jacquie et Michel. Rien à voir. Il émettait l’idée que le sexe ne se joue pas à deux, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Dans le sexe, on est seuls: d’un côté, l’homme ne cherche qu’à exhiber sa virilité tandis que la femme essaie de sortir de sa propre mise en scène. On se télescope peut-être. On ne se rencontre jamais véritablement.

Ce qui prouve donc que le porno c’est autrement plus complexe qu’on ne l’imagine. Comme Jacky Treehorn le rappelait au Dude dans The Big Lebowski, le cerveau reste la zone érogène la plus fascinante. Tout se joue finalement bien dans la tête.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.