LE VIEUX FUSIL

LE VIEUX FUSIL

Robert Enrico, 1975

LE COMMENTAIRE

Après la première guerre mondiale, certains ont choisi l’amour plutôt que l’humiliation. En espérant que, peut-être, ils pourraient remplir le vide que cette guerre des tranchées avait creusé (cf Les Sentiers de la Gloire). On n’a pas laissé sa chance au couple franco-germanique. L’entre deux guerres ne fut qu’une trop courte respiration, un petit moment de répit avant l’horreur. Les amoureux de Tancrède allaient connaître des heures sombres. Comptons sur notre bel Emmanuel pour rattraper le coup avec Angela, au nom de l’amour et de la prospérité économique, pendan papaw pa la.

LE PITCH

Un homme va tout perdre dans le raz de marée nazi.

LE RÉSUMÉ

1944. À l’hôpital de Montauban, le docteur Julien Dandieu (Philippe Noiret) collabore, au sens noble du terme, avec le docteur Müller (Karl Michael Vogler) pour venir en aide aux blessés des deux camps. Soupçonné d’aider les partisans, Dandieu est dans le viseur de la Milice.

La guerre n’est pas encore finie Mr Dandieu…

La guerre touche pourtant bien à sa fin. C’est la débâcle. Sur les conseils de son meilleur ami François (Jean Bouise), Dandieu envoie sa femme Clara (Romy Schneider) et sa fille Florence (Catherine Delaporte) se cacher dans le chateau familial où il espère qu’elles seront à l’abri. Or quand il veut les rejoindre, il découvre avec horreur que la division SS Panzer Das Reich a massacré tous les habitants du village voisin. Il retrouve les cadavres de sa femme et sa fille. Les soldats se sont arrêtés au chateau où ils tué la petite Florence puis violé et brûlé Clara.

Fou de colère, Dandieu retourne au village où il détruit les idoles dans l’église. Le docteur pacifiste va se transformer en un meurtrier méthodique. Il connait tous les recoins du chateau. Il va traquer les Allemands. Il les observe violer jusqu’à ses films de vacances. Utilisant le vieux fusil de son père, il va éliminer les Nazis l’un après l’autre à coups de chevrotines. Il tue le chef de la Division au lance-flammes, parachevant ainsi sa vengeance avec la manière.

Les FTP débarquent au village, en compagnie de François. Le chateau brûle. Julien sous le choc ne réalise pas encore ce qu’il vient de se passer.

disque-le-vieux-fusil

L’EXPLICATION

Le Vieux Fusil, c’est un homme qu’on ne brise pas.

Julien Dandieu est un homme plutôt sympathique, tout en rondeur. C’est un professionnel qui est exposé à la souffrance du quotidien. Plus il soigne et plus on lui envoie de blessés, avec toujours moins de médicaments. Il vient en aide aux blessés, sans discrimination, y compris les miliciens. Même s’il apporte un soutient discret à la Résistance, il ne s’engage pas. Il pourrait être centriste, à l’image de François Bayrou.

Je ne fais pas de politique!

C’est ce que disent les lâches dans les périodes graves.

Il ne sait pas danser. Il ne sait pas flirter. Il porte des lunettes rondes. Sa femme l’a quitté pour un autre homme et c’est encore lui qui hérite de sa fille. Sa mère se demande comment son mari a pu lui faire un gros fils comme ça, une manière passive-agressive de mettre le doigt sur l’obésité de son fils. Il est gentil à en devenir chiant. Il surnomme sa fille madame gros paquet. Il passe ses week-end au chateau avec le chien Marcel. Quel ennui… Et pourtant, c’est sa bonhommie naïve qui séduit Clara. Son honnêteté est désarmante.

Pourquoi vous me regardez comme ça?

Je vous aime.

Clara le trouve laid. Julien lui offre la sécurité. Ses certitudes la rassurent. Elle se marie avec lui. Tous les deux vivront un peu de bonheur avant que le conflit n’éclate. La guerre est une menace permanente. Elle fait planer le doute chez Julien.

J’ai toujours peur qu’elle s’en aille. Rien n’est jamais acquis.

Lorsque l’ennemi approche, Julien ne prend pas de décision. Il laisse François décider pour lui. Il va le regretter puisqu’il ne reverra plus jamais ni sa femme, ni sa fille. Il les a données en pâture aux sauvages. C’est ce qu’il réalise, trop tard, une fois sur place. Il se refait le film des événements. Il s’en veut. Les femmes de sa vie, celles qu’il devait protéger, sont mortes par sa faute. Il les a abandonnées. Sa culpabilité est énorme. Sa colère est sourde. S’il détruit la Vierge dans l’église car il se sent trahi, comme le Comte Vlad (cf Dracula), il sait qu’il ne peut s’en prendre véritablement qu’à lui-même. Il va se faire vengeance, de manière clinique.

La barbarie de la guerre est en train de le transformer. Cet homme qui a pour habitude de sauver des vies condamne désormais les bourreaux de sa femme et de sa fille à la peine de mort. Des morts parfois cruelles comme ces deux soldats qu’il noie dans le puisard (cf Harry) ou brutale lorsqu’il écrase le crâne d’un soldat contre le lavabo – ce qui lui vaudra plus tard l’admiration de tueurs en série célèbres comme Benoit Patard (cf C’est Arrivé Près de Chez Vous). Julien pousse le vice jusqu’à mentir aux Partisans pour mieux en finir avec les Nazis, seul. Il n’a plus peur de rien désormais car il a tout perdu.

phil

Julien fait le ménage. Il liquide tous les Nazis de sang froid, sans dire un mot. Lorsque François le retrouve, Julien est égal à lui même malgré le drame qu’il vient de traverser. Il n’a pas changé alors qu’il vient de tuer une dizaine d’hommes. Il est devenu un monstre. Dans la voiture qui le ramène à Montauban, il parle de Clara comme s’il n’avait pas compris. Puis il revient à lui même et retrouve son humanité l’espace de quelques secondes. Il prend conscience de l’atrocité qu’il vient de subir et de commettre. Les larmes montent. Puis sa nature reprend le dessus. Il sourit en essayant de se rappeler les bons moments qu’il a passé avec Clara. La vie continue pour Julien. Il ne se pardonne pas d’avoir perdu ses femmes. Il ne s’excuse pas de s’être fait justice. Il s’accroche, coriace. Il est peut-être moche et trop gentil mais c’est un vrai dur.

Si c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Alors c’est bien avec les vieux fusils qu’on tue les plus gros sangliers. La France se prépare à des années de De Gaulle, Pompidou et Giscard.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

9 commentaires

    • Le chien Marcel a été adopté par les résistants et rebaptisé Jean (Moulin). Mais ça c’est un détail de l’histoire comme on dit.

  • Julien Dandieu et Paul Kersey (Un Justicier dans la Ville), même combat? Presque. Julien se venge uniquement de ceux qui ont violemment profané son foyer (tué sa fille, violé et brûlé sa femme, occupé sa maison), Paul Kersey (comme le Punisher) de quasiment tous les voyous de la ville. Julien s’arrête après avoir atteint un (semblant d’) « équilibre », Paul Kersey ou le Punisher ne s’arrêteront sans doute jamais.
    Jusqu’où peut-on aller, demande Camus dans « Les Justes »? Dandieu s’est vengé de ceux qui s’en sont pris à sa famille, pas sûr qu’il aurait réagi de la même manière pour son village massacré mais que sa famille ait été miraculeusement épargnée.

    On est neutre jusqu’à ce qu’on ne soit plus neutre. On peut avoir toutes les positions de principe du monde (sur l’avortement, la peine de mort, le port d’arme…) jusqu’à ce que la réalité vous rattrape et vous force la main. La théorie cède le plus souvent devant la pratique….
    Et pourtant… Même pour un Klaus Barbie qui avait envoyé son père Simon à la mort, Robert Badinter maintient son opposition à la peine de mort. C’est sûrement pour cela que Robert Badinter est un grand Homme.

    • Merci pour ce commentaire Toto. Effectivement, Julien Dandieu incarne la neutralité. Il soigne les blessés, indépendemment de la couleur de leurs vestes militaires. Ce pacifique, incapable de faire du mal à une mouche, ne se reconnait plus lui-même après avoir été confronté à l’horreur.
      Le vieux fusil c’est donc aussi la sagesse mise à l’épreuve.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.