L’ADVERSAIRE

L’ADVERSAIRE
Nicole Garcia, 2002

LE COMMENTAIRE

On dit qu’on peut parfois être son pire ennemi. Nous aurions une sorte de face B, comme un alter ego destructeur. On l’entend partager ses doutes. La plupart du temps on parvient à le museler. Ou alors on fait semblant que cet autre soi n’existe pas. On se voile la face en se tournant le dos. Tout va bien jusqu’à ce que ça n’aille plus. Il arrive toujours un moment où l’on finit par être dos au mur.

LE PITCH

Un homme arrive en bout de course.

LE RÉSUMÉ

Jean-Marc Faure (Daniel Auteuil) vit avec sa femme Christine (Géraldine Pailhas) et ses deux enfants dans le Doubs, à proximité de la frontière franco-suisse. Jean-Marc est chercheur en cardiologie à l’OMS à Genève. Ou plutôt c’est ce qu’il fait croire à tout le monde. En réalité, il ne fait rien.

Il prétend partir à des colloques qu’il passe à attendre dans les cafétérias. Il se procure des brochures. Parfois il vole un badge, ce qui lui permet de faire illusion. Depuis son échec en 2e année de médecine (cf Première année), tout le monde n’y voit que du feu. Y compris son ami Luc (François Cluzet).

Jean-Marc enchaîne les mensonges. Il décommande. Il survit en extorquant de l’argent à son beau-père (Bernard Fresson) à son insu, en prétendant gérer sa fortune qu’il a investi dans une banque genevoise.

Celui-ci veut récupérer son placement et s’impatiente devant les excuses de son gendre. Il est victime d’un accident. Ce qui offre un peu de répit à Jean-Marc qui continue de s’enfoncer.

Il entretient une liaison avec Marianne (Emmanuelle Devos), l’ex-femme de Rémi (François Berléand) et va régulièrement la voir à Paris. Il lui offre des bijoux, l’invite dans des restaurants gastronomiques et lui faire miroiter de rencontrer son soit-disant ami Bernard Kouchner.

Je me rendais pas compte que tu avais ces activités, que tu connaissais ces gens…

Marianne entend parler des ‘bons plans’ suisses de Jean-Marc et lui propose de gérer sa fortune personnelle.

Le faussaire continue de dépenser. Ses nombreux mensonges finissent par créer des incohérences qui éveillent des soupçons chez Christine.

J’ai eu un accident. J’ai été éjecté. La voiture a fait trois tonneaux.

…. Mais elle est là la voiture.

Comme la famille ne manque de rien, elle ne s’est jamais posé aucune question. Elle découvre que leur compte en banque est à zéro. Elle confronte son mari et réclame des explications que Jean-Marc n’arrive pas à fournir.

Si on t’a renvoyé dis le moi.

Pourquoi on m’aurait renvoyé?

Une faute grave?

Je sais pas…

Sans solution, Jean-Marc tue sa femme. Puis il tue ses deux enfants de sang froid. Il se rend chez ses parents pour les abattre à leur tour. Il rencontre Marianne une dernière fois et tente de l’étrangler, avant de l’épargner. De retour à la maison, il laisse un message aux autorités.

Un banal accident et une injustice peuvent provoquer la folie. Pardon.

Il avale des barbituriques puis met le feu à la maison. Les pompiers ont le temps d’intervenir pour lui sauver la vie. Alerté par l’incendie, Luc ne peut que constater le massacre.

Emmanuelle Devos, François Cluzet

L’EXPLICATION

L’adversaire, c’est ce qu’on ne voit pas.

Jean-Marc est un homme discret et réservé, un peu mystérieux.

C’est ça que t’aimes en lui, son goût du secret!

Pas un mot plus haut que l’autre. On ne le remarque pas. On a presque envie de le protéger comme l’explique Christine.

Il a pas peur de te laisser toute seule?

Non c’est plutôt moi qui ait une appréhension…

Qu’il ne revienne pas?

Non. Qu’il se perde.

On lui donnerait le bon Dieu sans confession. D’ailleurs on lui donne son argent les yeux fermés. On ne pourrait jamais soupçonner la moindre mauvaise intention chez cet homme. Il a l’air de tellement maitriser son sujet qu’il en est rassurant. Alors pourquoi douter de lui? Ne sombrons pas dans la paranoïa primaire.

Personne ne pourrait imaginer qu’il passe ses journées sur le parking d’un supermarché à lire des livres de médecine tout en mangeant des petits beurres. Quand tout le monde le croit à Oslo pour un séminaire de dernière minute, qui pourrait s’imaginer qu’il passe trois jours sans sortir de sa chambre d’hôtel à Genève?

Pourtant, Jean-Marc va mal. Il est un peu comme un voyageur qui aurait raté son avion et qui reste prisonnier de l’aéroport, à errer comme un fantôme. Il est comme un enfant qui a fait une bêtise et qui profite de sa bonne image. Il ne sait plus quoi faire. Son apparente sérénité cache de plus en plus mal un sentiment de panique grandissant. C’est un mythomane prisonnier de ses mensonges. Plus le temps passe et plus ses affaires se compliquent. Il fuit comme Franck Abagnale (cf Catch me if you can). Son histoire n’a cependant rien d’héroïque. Elle est plutôt désespérée. Rien ne le retient dans sa chute. Certains indices auraient du alerter son entourage : il fond en larmes soudainement auprès de sa femme. Il essaie également de parler de son désespoir à son ami Luc qui met ça sur le compte d’une petite aventure.

Tu crois que ta petite vie c’est quoi? Le modèle universel??

Personne ne s’est méfié de cette eau qui dormait. Christine découvre avec horreur qu’elle n’a aucune idée de qui est l’homme avec lequel elle partage sa vie. Comme si tout n’était qu’une vulgaire supercherie. Et Luc arrive trop tard.

Vous faites toutes vos années de médecine en le côtoyant presque tous les jours. Il ne passe pas un examen et vous ne vous apercevez de rien??

Pourquoi je l’aurais pas cru?

Jamais une question, jamais un doute… vous n’avez rien vu.

Peut-être que je n’ai pas su l’écouter…

En effet, on passe notre vie en se concentrant d’abord sur nous. On parle avant d’écouter. On ne fait pas attention au petit détail.

Marianne, telle Emma Bovary, rêve de Paris, de grands hôtels et de célébrités. Elle veut se laisser bercer par les belles paroles de Jean-Marc. Elle se fait sa propre histoire (cf Treasures from the wreck of the Unbelievable).

Le père de Christine ne considère Jean-Marc que parce qu’il fait fructifier son patrimoine. Comment le fait-il? Peu importe.

Christine est bien au chaud avec son mari chercheur. Tout va bien.

Nous sommes un peu tous comme le fils de Jean-Marc qui n’a pas envie d’être dérangé pendant qu’il regarde Mister Castor à la TV. On s’en fiche. On garde les yeux fermés (cf Eyes Wide Shut). On ne lit pas les contrats qu’on signe. On ne prend pas le temps de lire les petites lignes au bas de la page. On ne se rend pas compte que ceux qu’on croit être de notre côté sont finalement nos plus farouches adversaires. On ne peut s’en prendre qu’à nous mêmes. La menace était sous notre nez. Quand on commence à s’inquiéter, on a déjà une balle dans la tête. Et la maison est en flammes.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.