MINORITY REPORT

MINORITY REPORT
Steven Spielberg, 2002

LE COMMENTAIRE

La technologie a ses limites. On aura beau avoir les outils les plus pointus, on se retrouvera toujours dans des situations où nous n’arrivons pas à faire la différence entre le 9 ou le 6. Il existe des situations qui seront toujours soumises à interprétation. La science ne peut pas gouverner notre monde. Sinon ça ferait belles lurettes qu’on utiliserait la vidéo dans le foot.

LE PITCH

Le capitaine de la Police Anderton (Tom Cruise) se retrouve à la place du con.

LE RÉSUMÉ

Washington, 2054. Pre-Crime est une unité test de la police dont la mission est d’endiguer le crime avant qu’il ne se passe. Ces flics du futur travaillent avec des pre-cognitifs, enfants de toxicomanes qui ont des visions de meurtre. S’appuyant sur ces visions, les policiers peuvent intervenir avant que l’irréparable ne soit commis et mettre le pseudo-criminel en veilleuse.

Le Capitaine John Anderton, récemment séparé de sa femme Lara (Kathryn Morris) suite à la disparition de leur fils Sean, est en charge de Pre-Crime. En dépit de son addiction à la Neuroin, il abat un travail remarquable.

Pre-Crime, it works!

Au point où le gouvernement est prêt à miser gros sur cette cellule d’élite, une fois validée par Dany Witwer (Colin Farrell) qui est chargé d’auditer Pre-Crime. Cette enquête tombe au mauvais moment: les Pre-Cogs voient Anderton tuer un certain Leo Crow!

Goodbye Crow.

Anderton n’a que quelques minutes pour prendre la fuite. Il mène une contre-enquête mais le temps presse. Le Dr Hineman, à l’origine du programme, lui explique que Agatha (Samantha Morton), l’une des trois pre-cogs, a parfois des visions différentes des autres, qu’on appelle des rapports de minorité. La solution se trouve en elle.

Anderton kidnappe Agatha. Plutôt que de fournir un rapport de minorité, Agatha partage une ancienne vision concernant le meurtre d’une dénommée Anne Lively.

L’heure du meurtre de Crow se rapproche. Anderton se retrouve dans ce qui semble être la chambre d’hôtel d’un pédophile, remplie de photos d’enfants, parmi lesquels son fils Sean. Anderton pointe son arme sur Crow. Agatha le supplie de ne pas tirer. Anderton parvient à maîtriser sa colère. Surpris par la réaction d’Anderton, Crow à qui on a promis une somme d’argent en échange de sa mort, s’empare de l’arme d’Anderton et se suicide.

Anderton comprend qu’on essaie de lui tendre un piège. De son côté, Witwer a aussi compris qu’Anderton est victime d’un complot. Tous les indices remontent à Lamar Burgess (Max von Sidow), le patron du programme, qui étouffe tout soupçon en tuant Witwer avec l’arme d’Anderton. En l’absence d’Agatha, le crime n’a pas été anticipé.

Anderton est capturé et neutralisé. Agatha est replacée dans son bassin à côté des autres Pre-Cogs.

Burgess avouera plus tard à Lara, par accident, qu’il est responsable de la mort de Anne Lively. Lara fait libérer aussitôt son mari qui confronte Burgess. Celui-ci a tué Anne Lively, la mère d’Agatha qui menaçait Burgess de reprendre sa fille, compromettant ainsi tout son programme.

Une vision des Pre-Cogs annonce alors l’assassinat d’Anderton par Burgess. Si Burgess tue Anderton, il prend perpète. S’il ne le tue pas, il invalide son programme. Burgess décidera de se coller une balle dans la tête à la place.

C’est la fin de Pre-Crime. Les prisonniers sont libérés. Anderton et Lara ont un nouvel enfant. Et les Pre-Cogs sont envoyés sur une île isolée où ils pourront continuer d’avoir des cauchemars de meurtre sans qu’on les emmerde.

minorityreport

L’EXPLICATION

Minority Report c’est le respect de la présomption d’innocence.

Pre-Crime part du principe qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Sauf que si l’on agit avant que la scène se passe, ne coupe-t-on pas un peu l’herbe sous le pied du destin? Ne lui vole-t-on pas un peu la politesse? Et surtout condamner quelqu’un pour un crime qu’il est sur le point de commettre ne constitue-t-il pas une entorse au code pénal? Minority Report pose donc de nombreuses questions existentielles aussi philosophiques que passionnantes telles que:

  • Doit-on donner une médaille d’or à l’athlète sous prétexte qu’il a le potentiel pour battre le record du monde?
  • Un arbre qui tombe dans une forêt sans personne fait-il du bruit?
  • Comment peut-on savoir quelque chose de façon certaine?

Pouvons-nous être sûr du destin? Witwer pense que non. Anderton le prend à son propre jeu…

Why’d you catch that?

Because it was going to fall.

You’re certain?

Minority Report insinue que tout est écrit mais démontre finalement le contraire. Chacun a le choix jusqu’à la dernière seconde. Tant qu’Anderton n’a pas appuyé sur la gâchette, il n’est coupable de rien d’autre que d’avoir l’intention de tuer Crow. C’est différent.

You still have a choice.

Il faut croire en la capacité de chacun de ne pas faire la connerie, même si le proverbe veut qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.

Sometimes, in order to see the light, you have to risk the dark.

La souhait de Burgess d’éradiquer le crime est louable. De ce point de vue, Burgess n’est donc pas un mauvais bougre. Pour y parvenir il s’est rendu lui même coupable d’un crime. Son projet n’est pas viable. L’erreur de Burgess c’est d’avoir vu trop grand. Il s’est pris pour Dieu, sauf qu’il a voulu construire son empire sur un mensonge. Il avait des rêves de Tour Eiffel et il s’est retrouvé avec la Tour de Pise.

Il y a toujours des défauts. La vie est faite d’imperfections. Burgess est condamné pour l’avoir ignoré délibérément, un peu comme tous ceux qui succombent à la tentation de la chirurgie esthétique et qui finissent par ne plus se ressembler. La recherche de la perfection ne génère que de la frustration. La vie est imparfaite par définition.

Why don’t you cut the cute act, Danny boy, and tell me exactly what it is you’re looking for?

Flaws.

There hasn’t been a murder in 6 years. There’s nothing wrong with the system, it is perfect.

I agree. But if there’s a flaw, it’s human. It always is.

Cette vie imparfaite est une suite de paradoxes. On aimerait (beaucoup) mais on ne peut pas (souvent). C’est agaçant et c’est comme ça. Et on aimerait volontiers croire celui qui nous promet que ce n’est pas le cas.

Why should I trust you?

You shouldn’t. You shouldn’t trust anyone.

Au final, la solution scientifique n’est pas irréfutable. Elle n’est d’ailleurs pas si scientifique que ça. Les Pre-Cogs sont des êtres mystiques à qui l’on a conféré un pouvoir divin. Minority Report balaie donc tout ça pour en revenir aux fondamentaux. Dieu est une invention. On accepte son humanité et la possibilité de faire des erreurs. On accepte que la perfection est un mythe, que le risque zéro n’existe pas. Les voitures intelligentes tant désirées par la sécurité routière n’empêcheront malheureusement pas les accidents. Le meilleur moyen de se protéger reste encore de regarder des deux côtés de la route avant de traverser et continuer à se méfier de tout le monde. Longue vie aux suspicieux. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

5 commentaires

    • Anderton est alerté par Agatha. Il se rend aux archives pour avoir accès au data stream et comprend que quelque chose n’est pas clair. Il alerte aussitôt Lamar. Celui-ci n’a pas d’autre choix que de mettre Anderton hors-jeu rapidement pour éviter d’être découvert.
      Anderton s’accroche. Il sait que la solution est dans le rêve d’Agatha. Il remonte à Lamar. C’est seulement grâce à sa femme qu’il parvient à prouver son innocence et confondre le véritable criminel.

  • une théorie intéressante indique que le troisième acte n’est en réalité qu’un rêve d’Anderton, une fin idéalisée, en fait il est incarcéré et ne sortira pas le gardien le prévient que les prisonniers ont des visons d’un futur idéal et c’est à partir de la qu’il sort de taule et le happy ending commence.

    • Merci Victor. C’est exact. Le gardien dit à Anderton : They say your life flashes before your eyes, that all your dreams come true. Il est également vrai que de nombreuses adaptations des nouvelles de Philip K. Dick (comme Total Recall) jouent avec notre perception du réel, comme si la fin était trop belle pour être vraie. Les choses ne sont jamais ce qu’elles sont mais plutôt ce que nous voulons qu’elles soient. Nous cherchons à nous persuader de la possibilité d’une happy ending. Peut-être effectivement que Precrime est un système de justice dont le père est un criminel à jamais impuni? Peut-être que nous voulons croire que nos gouvernements sont composés de gens irréprochables. Monsieur Macron est-il au dessus de tout soupçon? Si l’histoire si finit bien, n’avons-nous pas du souci à nous faire…?

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.