PREMIÈRE ANNÉE

PREMIÈRE ANNÉE
Thomas Lilti, 2018

LE COMMENTAIRE

À vos marques, prêts, partez! La première année de faculté est intense en médecine. Il faut prouver sa capacité à être une machine, à ne pas imploser ni exploser sous la pression, à apprendre sans comprendre. Parce qu’il sera bien temps de comprendre plus tard. Dire que les étudiants pensent que c’est dur. Ils n’ont pas idée d’où ils viennent de mettre les pieds.

LE PITCH

Deux garçons partent de la même ligne de départ, ou presque.

LE RÉSUMÉ

C’est la rentrée à Saints-Pères. Antoine (Vincent Lacoste) rempile en fac de médecine. Pas moyen de partir en pharma ou dentaire, il veut devenir médecin! Le voilà donc à nouveau sur les bancs de la fac pour un nouveau tour de manège, à côté de Benjamin (William Lebghil) qui, lui, est tout frais.

Antoine prend les choses très au sérieux. Il optimise ses temps de transport pour réviser. Ce qui ne l’a pas empêché d’échouer, de très peu certes – mais quand même. Benjamin, au contraire, se retrouve en médecine un peu poussée par la CPE.

Ça ouvre plein de perspectives…

Il a néanmoins l’impression d’être là par hasard, quoique… Son père est quand même chirurgien. Il assiste de temps en temps à des opérations. Il emménage d’un appartement tout près de la fac. Pratique. Toutes les chances semblent être de son côté.

Les deux jeunes hommes sympathisent et commencent à travailler ensemble. Antoine installe un matelas chez Benjamin. Leur collaboration est payante puisqu’Antoine finit premier au concours blanc.

Benjamin commence à s’y mettre à son tour alors qu’Antoine se met de plus en plus de pression. Il s’épuise. Lors des examens de début d’année, le premier est 132e alors que le second n’arrive que 218e, ce qui est malgré tout excellent si l’on considère que seuls les 300 premiers pourront passer en 2e année… sur 2,000 élèves. Benjamin est content, même si son père tempère son enthousiasme – par téléphone.

Oui… Oui bien sûr je peux me planter au second semestre.

Antoine le vit très mal. Déjà qu’il triple son année, bosse comme un fou et se voit maintenant devancé par cet ami qui n’en reste pas moins un concurrent, qui arrive en retard au TD et qui préfère manger des pains au chocolat plutôt que d’apprendre les os de la main. C’est un peu fort de café.

Je vais faire des annales, je vais faire des annales… fils de pute ouais!

Antoine fait la gueule à Benjamin, qui doit se rabattre sur un autre groupe d’études. Pire, Antoine finit par faire une dépression nerveuse. Il descend en plein cours, prend le micro des mains de la prof avant de se faire sortir par la sécurité. Direction l’hôpital. À sa sortie, Antoine est confus. Il retrouve Benjamin pour lui présenter ses excuses. Il veut reformer le duo. Il en a besoin.

Je te demande pardon. J’ai buggé. Je voudrais qu’on bosse ensemble toi et moi. Tout seul j’y arriverai pas. Avec toi c’est jouable.

Benjamin beau joueur accepte. Ils ont 24 jours pour se préparer. Leur plan de bataille est rigoureux. Après l’examen final, les résultats tombent. Ils ont bons pour Benjamin. Malheureusement, Antoine est encore un peu en retard. Ses chances de décrocher médecine sont faibles.

Benjamin célèbre ses résultats au champagne avec sa mère et ses frères. Son père se désiste. Son absence jette un froid.

C’était papa. Il vient pas…

Le jour d’exprimer ses voeux, Benjamin s’installe tout au haut de l’amphi et ne descend pas lorsque le doyen appelle son nom, ce qui équivaut à un désistement. Sa décision permettra à Antoine de prendre la dernière place libre en médecine, in extremis. Au moment de quitter l’amphi, Antoine aperçoit son ami qui lui sourit.

Premiere_Annee

L’EXPLICATION

Première Année, c’est une belle histoire d’amitié entre deux spermatozoïdes.

Les vraies belles amitiés peuvent naître dans l’enfance (cf Le Grand Chemin, Toto le héros), sur la route (cf Darjeeling Limited, Little Miss Sunshine) ou sur les bancs de l’école où la vie se décide alors que les étudiants n’ont pas encore la moindre idée de la sauce à laquelle ils veulent être mangés. L’environnement universitaire n’est pas exactement le monde des Bisounours. C’est plutôt l’antichambre de la vraie vie, concurrentielle et sans scrupule (cf La Loi du Marché). Rien n’est fait pour que ces deux là deviennent potes.

Face à un concours, qui existe pour éliminer les plus fragiles, Antoine et Benjamin sont deux spermatozoïdes avec un but commun : réussir. Au début, ils collaborent. Benjamin est plus spontané qu’Antoine. Il s’impose. C’est lui qui force la place sur le banc, avec beaucoup d’audace. Et il laisse une place à Antoine, avec beaucoup de générosité. Antoine apprécie le cessez-le-feu et se propose en retour de faire profiter Benjamin de son expérience. Leur amitié commence ainsi.

Ils ont une approche différente. Antoine semble véritablement habité. Il sait pourquoi il est là, où il veut aller. Sa détermination est indiscutable. Il s’introduit jusque dans les sous-sols de l’hôpital pour espionner les troisièmes années prendre des cours d’anatomie sur des cadavres. Benjamin tourne les talons. Il prend les choses comme elles viennent. Il est en stage découverte.

Le problème c’est qu’ils concourent tous les deux et qu’à la fin de l’histoire, il ne peut en rester qu’un. Donc quand Antoine réussit mais moins bien que Benjamin… les deux garçons sont rattrapés par la rivalité que leur impose l’école. Benjamin est presque gêné d’y arriver. Antoine le jalouse. C’est la crise.

Benjamin finit par renoncer à l’ovule parce que dans le fond, il n’en a pas vraiment envie. En tout cas, il en a moins envie que son ami. Antoine pense que c’est là-dedans (le cerveau) que ça se joue. Le sacrifice de Benjamin lui prouve que ça se joue aussi dans le coeur. Benjamin dénonce tout un système parce que ça lui parait juste et que son amitié avec Antoine en vaut la peine. Il n’a rien besoin de prouver à son père qui n’est même pas là pour le féliciter. Il renonce d’autant plus facilement à l’ovule pour laisser passer son copain. Il s’efface avec beaucoup d’élégance. Cette leçon aurait-elle pu fonctionner avec deux filles, surtout quand on connait l’ambition féminine (cf Working Girl)?

En tout cas, personne ne se fait de souci pour Antoine qui deviendra certainement un très bon médecin, même s’il est passé de justesse. Personne ne se fait de souci non plus pour Benjamin qui réussira dès qu’il trouvera ce qu’il veut faire. Il est doué, travailleur et généreux. Il montre déjà des talents pour la diplomatie avec sa voisine de palier asiatique. Science-Po au coin de la rue lui tend déjà les bras.

Ces deux là se sont connus sur les bancs de la fac à se chercher du regard. Si leurs chemins se séparent, ils se croiseront à nouveau. Antoine rendra visite à Benjamin à Marseille où il aura installé son commerce de négoce international (ex: Bill of lading). Et Benjamin quant à lui ira consulter gratuitement son pote Antoine pour qu’il surveille l’état de sa prostate. Tout se fera en bonne intelligence.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.