LE GRAND BAIN

LE GRAND BAIN
Gilles Lellouche, 2018

LE COMMENTAIRE

Les hommes peuvent se révéler être porcs ou des loups (cf de Wall Street). Ils peuvent se montrer vaniteux (cf L’associé du Diable), violents et lâches (cf L’Adversaire). On les déteste et on a de quoi. Parfois il arrive aussi que les hommes montrent un côté plus vulnérable, le bidon à l’air et la serviette autour du cou. Leur ego a rétréci comme leur maillot de bains. Et ils ont bu quelques tasses dans leur vie. Ils en seraient presque sympathiques, voire même attachants.

LE PITCH

Une équipe de natation synchronisée masculine vise le championnat du monde.

LE RÉSUMÉ

Bertrand (Mathieu Amalric) est en pleine dépression. Sa femme (Marina Foïs) et ses enfants assistent impuissant à son calvaire quotidien. Puis un jour, il décide de s’inscrire de rejoindre une équipe de nageurs, sur un coup de tête.

Il fait la connaissance de Laurent (Guillaume Canet), Marcus (Benoît Poelvoorde), Simon (Jean-Hugues Anglade), Thierry (Philippe Katerine), Avanish (Thamilchelvan Balasingham) et Basile (Alban Ivanov) qui sont tous de gros ratés, à des degrés divers.

L’équipe est entrainée par Delphine (Virginie Efira), une ancienne nageuse reconvertie dans l’alcool, qui prétend avoir arrêté la bouteille grâce à l’amour. Son ex est marié avec enfants et la menace de déposer une main courante pour harcèlement.

Ces hommes ne sont pas beaux à voir. Ils sont ridicules dans l’eau. On les moque.

Y’a bien des femmes qui jouent au foot… (cf Comme des Garçons)

Ça ne les empêche pas d’aimer se retrouver à la piscine chaque semaine pour faire quelques mouvements, vider leur sac et s’écouter les uns les autres. La bande nourrit le rêve un peu fou de participer aux championnats du monde en Norvège. Cette perspective leur redonne le sourire.

Quand Delphine replonge, c’est son ancienne partenaire Amanda (Leïla Bekhti), désormais paraplégique, qui reprend le flambeau. Cette fois-ci, l’entrainement se durcit. Car ces hommes ne sont pas au niveau.

Je vais vous apprendre le sens du mot ‘effort’!

Ils vont se faire violence pour faire bonne figure. Pouvant s’appuyer sur John (Félix Moati), leur nouveau pilier, l’équipe va faire mieux que ça. Elle surmonte son angoisse pour ramener une médaille d’or inattendue.

Bien que personne ne parle de leur performance dans les journaux, cette aventure va changer leur vie.

Le-Grand-Bain

L’EXPLICATION

Le Grand Bain c’est une thérapie de groupe.

Les enfants le savent : ne pas nager c’est encore la meilleure manière de ne pas boire la tasse. Oui mais voilà, on ne nous en laisse pas le choix. C’est le grand bain. La vie se charge de nous jeter à l’eau. Il faut enchaîner les mouvement, ne pas oublier de respirer, sans dopage (cf Icarus) et sans regarder derrière soi (cf Gattaca). Et on boit la tasse encore et encore. À la fin, on se retrouve à barboter par milliers dans une eau gelée après que le bateau ait coulé (cf Titanic). On se plaint tous en hurlant au beau milieu de la nuit et personne ne nous entend. On aura fait beaucoup de bruit pendant quelques minutes puis après plus rien.

Quand on arrive à un certain âge, nous sommes remplis de désillusions. Ces hommes et ces deux femmes ont tous encaissé et continuent leur galère. Ils souffrent d’autant plus qu’on leur a appris depuis tout petit qu’un rond doit rentrer dans un rond et un carré dans un carré. C’est à dire que chaque chose doit être à sa place. Or ils ne trouvent pas leur place. Delphine sombre. Amanda agresse. Bertrand a vécu un burn-out assez violent et se sent tout à fait inapte à faire l’amour à sa femme. Laurent ne parvient pas à être ni un bon père, ni un bon mari. Thierry se pose la question de savoir à quoi il sert maintenant que tout est surveillé par ordinateur.  Marcus croule sous les dettes. Simon n’est pas né dans une caravane, il vit dedans. Avanish est Sri-Lankais. Personne ne le comprend. Et Basile est invisible. Leurs rêves sont derrière eux (cf Hollywoodland). La société de l’image les a avalés puis recrachés. Ces hommes et ces femmes n’ont pas leur place. Ils ne se fondent tellement pas dans le moule qu’ils s’en excuseraient presque.

T’as tellement peur de passer pour un con que tu le deviens.  

Ils pourraient abandonner. Ils choisissent de ne pas le faire.

Si, faut insister! T’es con ou quoi??

Car ils ont une qualité : ils savent encore nager. Alors ils se débrouillent. Et en dérivant ils finissent par trouver d’autres ratés comme eux (cf Il est revenu). Ils accrochent leur radeau ensemble pour donner naissance à un ensemble.

Ce qu’ils trouvent dans le groupe ce sont des gens comme eux, ni mieux ni moins bien. La thérapie commence (cf Vol au dessus d’un nid de Coucous). Ils s’observent et se parlent. Ils acceptent de ne plus se sentir uniques au monde. Effectivement, ils sont comme tout le monde.

Tu crois que t’es le seul à faire une dépression?

Cette acceptation leur permet de se regarder les yeux dans les yeux et se dire les choses, parfois sans prendre les gants. Ce qui fait aussi du bien. Il n’y a plus d’ego alors on peut frapper fort. Simon est prêt à entendre qu’il n’est pas Bowie. Laurent a besoin que Bertrand le remette à sa place sèchement. Bertrand et Laurent acceptent d’affronter leur trouille.

Tu trembles jamais?

Ça m’empêche pas d’avoir peur.

Ça leur permet d’arrêter de se laisser couler.

Bleu c’est pas rouge. S’en foutre c’est finir avec une éponge dans la main.

Participer c’est pour les autres. Sans vouloir gagner à tout prix, il faut au moins avoir l’intention de donner son maximum. Ces amateurs vont jouer le jeu. La reprise en main va être douloureuse mais salutaire. Désormais ils sont prêts pour l’entraînement d’Amanda.

On n’est pas là pour se planquer.

De l’écoute, de l’empathie, de la solidarité. Le groupe leur donne envie de s’accrocher. La récompense, au delà de la médaille, viendra de l’amusement. À la rigueur, peu importe si l’info met du temps à remonter et que personne ne parle d’eux dans les journaux ou sur Instagram. L’important c’est d’avoir passé un bon moment ensemble. Simon est enfin dans la lumière qu’il a cherchée toute sa vie. Et surtout, il peut reprendre sa fille sur ses épaules. Bertrand marche de nouveau dans ses pompes. Il est content de retrouver sa femme. Le business de Marcus remonte la pente. Thierry ne se laisse plus marcher sur les pieds. Tous ensemble, ils se sont faits une petite place. Les ronds ont fini par rentrer dans les carrés. Et réciproquement.

Le soleil vient de se lever. Et avec lui, encore une belle journée s’annonce. Sortons les pains, les croissants et l’ami du petit-déjeuner.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.