LES CHATOUILLES

LES CHATOUILLES
Andréa Bescond, Éric Metayer, 2018

LE COMMENTAIRE

Les enfants écrivent sans le savoir leurs souvenirs les plus précieux qui vont les définir en tant qu’adultes plus tard. Certains souvenirs vont les rendre joyeux ou nostalgiques parce qu’ils sont heureux. D’autres souvenirs moins heureux font partie de nous également, par la faute d’adultes violents ou pervers. On aimerait parfois oublier ces traumatismes qui nous hantent ou recommencer depuis le début si l’on pouvait (cf Retour vers le Futur).

LE PITCH

Un adulte propose à une enfant de dix ans de faire la poupée.

LE RÉSUMÉ

Quand Odette (Andréa Bescond) franchit la porte de la psychologue (Carole Franck), c’est pour cracher quelque chose qui l’empoisonne depuis trop d’années. Elle a été violée dans son enfance, de manière répétée, par Gilbert (Pierre Deladonchamps) un ami proche de la famille.

Il est venu voir Odette (Cyrille Mairesse) alors qu’elle dessinait seule dans sa chambre. Puis il l’a d’abord forcée à faire une promesse.

Par contre, tu le dis à personne.

Il l’a ensuite emmenée dans la salle de bains. Et puis il est revenu l’ennuyer pour lui faire des chatouilles. Il s’est proposé pour la ramener de la danse et en profiter pour lui demander d’enlever sa culotte dans la voiture. Il a offert aux parents d’Odette de l’emmener en vacances au ski.

La petite est prise au piège. Elle ne peut pas parler. Tout juste arrive-t-elle à laisser sa chambre en désordre pour attirer l’attention. Ce qui ne fait que déclencher la colère de sa mère.

Puis Odette part au Conservatoire à Paris où elle espère bien pouvoir échapper aux griffes de son agresseur. Gilbert lui rend quand même visite de temps à autre.

Alors Odette essaie la drogue par l’intermédiaire de son reuf Manu (Gringe). Elle se laisse couler lentement jusqu’à trouver en Lenny (Grégory Montel) l’homme qui s’intéresse enfin vraiment à elle. La relation explose malgré tout car Odette a trop de violence en elle.

Il lui faut mettre des mots, puis se souvenir afin de pouvoir en parler enfin. D’abord à ses amies qui se savent pas vraiment quoi faire de cette information dramatique. Après un barbecue où elle recroise Gilbert, désormais grand-père de jumeaux, Odette se décide à en parler à ses parents.

Fabrice (Clovis Cornillac), son père, est sous le choc. Il se sent terriblement coupable de ne rien avoir vu et de ne pas avoir protégé sa petite fille. La mère d’Odette (Karin Viard) réagit différemment. Sans doute a-t-elle été victime d’abus dans son enfance elle aussi, alors elle minimise. Elle fait des insinuations qui paraissent forcément mesquines.

Je le vois pas pédophile Gilbert.

Odette décide de porter plainte grâce au soutien indéfectible de Lenny. Gilbert est récidiviste. La police le tient. Au tribunal, les témoignages sont accablants. Gilbert prend sept ans de prison.

Odette n’en a pas tout à fait fini. Elle doit confronter sa mère et lui dire ses quatre vérités. Chez la psy, Mado explose.

TU VAS ARRÊTER DE ME FAIRE CHIER. TU SAIS CE QUE J’AI SUBI ??

Mado pourrait commencer son travail analytique. Odette a fini le sien. Il lui reste une dernière porte à franchir, celle de sa chambre. Elle s’y redécouvre enfant. Elle se retrouve enfin et se jure de ne plus jamais s’abandonner.

Ça faisait longtemps que j’étais toute seule.

L’EXPLICATION

Les Chatouilles, c’est s’aider soi-même.

La violence du monde n’est plus à démontrer surtout envers les enfants (cf Polisse). Plus d’un Français sur 3 estime même qu’au cours des dernières années, un cas de maltraitance d’enfant s’est probablement ou certainement produit dans leur entourage. Et pourtant, la moitié indique ne pas avoir adopté de comportement particulier face à ce soupçon. Parfois ces soupçons ne sont pas fondés (cf Jagten). Souvent, ils le sont.

C’est comme ça que la violence s’invite dans la chambre des mineurs avec un visage angélique et un grand sourire. Évidemment que Gilbert ne veut pas de mal à Odette. Ses pulsions le dominent. Dans son esprit malade, il n’a peut-être même pas l’impression de mal faire. Des années plus tard, il se révèle être à côté de la plaque lors de l’audience.

Elle ne disait pas non. Ça voulait dire qu’elle était d’accord non ? Moi je comprends plus rien…

Il n’empêche que ses actes inconsidérés vont causer des dégâts terribles.

Le rôle des parents c’est d’éduquer leurs enfants en leur faisant comprendre les limites de leur liberté. Les parents doivent aussi protéger leurs enfants contre les menaces extérieures en s’assurant qu’ils soient en sécurité jusqu’à leur majorité, âge auquel ils pourront se mettre à voler de leurs propres ailes. Parfois les parents échouent (cf Capharnaüm). Qu’est-ce qui fait que le père ne voit rien ? Qu’est-ce qui fait que la mère ne veut rien voir ?

Toujours est-il qu’Odette est la victime de ces viols successifs et qu’elle est seule à étouffer sous sa couette ou se noyer dans la piscine. Certains enfants ne supportent pas cette réalité comme Joseph (cf les Mauvaises herbes). D’autres continuent leur chemin puis finissent par exploser bien plus tard.

La sœur de Gilbert, elle aussi victime des pulsions sodomites de son frère, n’a jamais pu s’en remettre. Odette n’y arrive pas non plus. Elle se punit en cherchant à oublier grâce à l’héroïne. Ses démons la retrouvent toujours. Elle n’est pas capable d’accepter la perche que lui tend Lenny. La douleur est trop forte. Elle doit sortir.

En entamant une analyse, elle commence un chemin vers la liberté. Elle ne parle pas beaucoup. Elle danse pour exprimer sa colère ou sa souffrance. Certains la perçoivent comme l’un de ses professeurs au Conservatoire (Éric Métayer). La plupart d’entre nous restons hermétiques à ses arabesques torturées.

La psy va l’aider à sortir du silence, étape nécessaire à l’acceptation. C’est un début. Ça n’est pas suffisant. Odette va prendre cinq ans pour vider son sac.

Son analyse devient une façon de devenir sa meilleure amie. À l’époque, elle ne pouvait rien faire. Aujourd’hui elle peut retrouver l’enfant qu’elle fut, lui parler et la rassurer. On ne refera pas le passé. Au moins, on ne deviendra pas comme Mado : une femme à la violence morale, qui se soucie plus du regard des autres que du bien-être de sa fille.

Et les gens ? Comment ils vont réagir les autres ?

Une femme qui souffre encore de son passé et qui a peut-être inconsciemment donné Odette en pâture au loup.

Il faut partir du principe que les autres ne sont pas là pour nous faire des fleurs, à l’exception de personnes comme Monique (cf Mauvaises herbes), d’Hélène (cf Dead Man Walking) ou de Guillaume (cf Le nom de la rose). C’est chacun pour soi. Ne perdons pas de temps pour être indulgents et bienveillants envers nous-mêmes. Agissons. Car si nous sommes nos meilleurs ennemis, nous pouvons être nos meilleurs alliés.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

 

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.