LE PASSAGER N°4

LE PASSAGER N°4

Joe Penna, 2021

LE COMMENTAIRE

L’espace fait rêver (cf First Man). Il est l’horizon indépassable (cf Proxima), le salut de l’humanité (cf Interstellar). On en oublierait presque que si l’espace nous fait tourner la tête (cf Gravity), il nous coupe aussi le souffle. Ce qui peut poser problème dans la mesure où nous n’avons pas encore trouvé la solution pour vivre sans respirer.

LE PITCH

Quatre astronautes sont sur un vaisseau. Pas assez d’oxygène. Qui reste sur le vaisseau?

LE RÉSUMÉ

La capitaine Marina Barnett (Toni Collette) emmène le biologiste David Kim (Daniel Dae Kim), ainsi que la doctoresse Zoe Levenson (Anna Kendrick) pour un voyage de deux ans dans l’espace à destination de Mars (cf Seul sur Mars). Cela fait des années que les astronautes se préparent : ils sont prêts!

I know they can handle anything that comes their way

Heureusement car surprise : après le décollage, Marina découvre un passager clandestin accidentel. En effet, un ingénieur est resté bloqué inconscient dans la navette après son décollage. À son réveil, Michael Adams (Shamier Anderson) panique évidemment.

I need to get back home!!

Il a besoin d’un peu de temps pour comprendre où il se trouve et reprendre ses esprits.

Autre surprise. Le système de renouvellement de l’oxygène a été endommagé. L’oxygène n’est désormais plus suffisant pour quatre personnes, seulement trois.

We can’t make it to Mars with Michael on board.

L’équation est simple. Il va falloir trouver une solution, ou choisir (cf Circle). A priori, ni le capitaine ou les deux scientifiques.

Everyday he’s still here is a threat to all of us.

À la demande de Levenson, quelques jours sont accordés à Adams. Kim accepte de sacrifier ses travaux de recherche afin que ses algues puissent, peut-être, produire l’oxygène manquant.

Mauvaise surprise. La tentative échoue.

Kim propose une solution létale à Adams.

This would be painless.

Furieuse, Levenson refuse d’abandonner Adams.

I’m not giving up on you.

Elle propose d’aller trouver des réserves d’oxygène à l’autre bout de la station. Une manoeuvre dangereuse mais pas impossible, qui vaut la peine d’être tentée.

Nouvelle surprise. Les cultures de Kim ne produisent plus d’oxygène du tout. Cette fois, il ne reste de l’air que pour deux personnes. Levenson et Kim font le voyage à l’autre bout de la plateforme et découvrent qu’il y a suffisamment d’air pour quatre. Malheureusement, une éruption solaire les contraint à rentrer plus tôt que prévu et ne prendre qu’une bonbonne d’oxygène sur les deux… que Levenson fait tomber avant de rentrer à bord car Kim n’a pas pu l’aider lors du retour.

D’abord dépitée, Levinson se sacrifie pour l’équipage en retournant seule chercher la deuxième bonbonne d’oxygène, malgré les radiations. Son geste permet aux trois autres de continuer leur chemin. Elle peut mourir le sentiment du devoir accompli.

I now realize that this is one of those rare opportunities that could truly give my life meaning beyond anything I could imagine.

L’EXPLICATION

Le passager n°4, c’est à jamais humain.

L’espace est un autre monde que nous découvrons à peine. Nous abordons ce sujet comme une inconnue mathématique, avec toute notre science. Calculant tout ce qu’il est possible de l’être. Comme si nous pouvions tout anticiper.

I’m only telling you this so you can be mentally prepared for what’s gonna happen.

Ainsi, les membres d’Hyperion qui pilotent la mission semblent donner l’impression d’être au courant de tout et d’avoir toutes les réponses. Pourtant, et aussi incroyable que cela puisse paraitre, ils n’ont même pas remarqué qu’un ingénieur était resté dans le vaisseau avant le décollage! Ce qui prouve que malgré tous nos efforts pour contrôler notre environnement, il nous est impossible de totalement maitriser l’imprévu (cf Jurassic Park).

You never know where life is going to take you.

Puisqu’aujourd’hui, ce sont les plus compétents intellectuellement et physiquement d’entre nous qui partent dans l’espace, nous pourrions être tentés de croire que nous n’y emmènerons que notre cerveau gauche, sans le cerveau droit. On laisse les poètes et les philosophes à terre, trop fragiles. Seul le rationnel peut décoller, sans l’émotion (cf Sunshine). C’est une erreur. En vérité, nous prenons tous nos bagages avec nous dans l’espace, y compris nos doutes les plus profonds.

L’espace ne fait pas de ces astronautes des machines sans coeur. Lorsqu’ils découvrent la présence de ce passager clandestin qu’est Adams, Barnett, Kim, et Levinson pourraient réagir de manière totalement rationnelle :

Une personne non désirée à bord

=> plus assez d’oxygène pour tous

=> mission compromise

=> conservation des membres essentiels à la mission

<=> élimination de la personne non-désirée

Michel est la personne de trop.

I dont think I’d have anything for him.

Pourtant Levinson est celle qui refuse la fatalité, au nom de l’humanité. Elle veut prendre le risque de le sauver car elle ne se verrait pas continuer avec ce poids sur la conscience.

I think we should put ourselves at risk. (…) It’s imperative that we try.

Elle va contre toute logique en mettant en question le bien fondé d’une mission de deux ans censée sauver l’humanité… pour sauver une vie.

Are we sure we want to throw it all away?

Elle est celle qui préfère sauver une vie plutôt que toutes les autres, au nom de toutes les autres. Un paradoxe. D’ailleurs, elle n’hésite pas à sacrifier la sienne. Car une fois dans les étoiles, nous aurons plus que jamais la possibilité de continuer à faire preuve d’héroïsme (cf Ad Astra).

Notre futur est à n’en pas douter dans l’espace. Néanmoins, nous serons toujours confrontés aux mêmes problèmes fondamentaux inhérents à l’humanité : avec des élus qui se pensent être supérieures ou encore valides (cf Bienvenue à Gattaca), comme Kim.

We were chosen to be here.

Et d’autres personnes qui se sentent comme des rebus ou des sous-hommes, comme Adams – qui en plus a le malheur d’être Afro-Américain.

I thought at first I might be a burden.

Dans l’espace, nous emmènerons nos souvenirs (cf Solaris), nos déchets (cf Wall-E), nos peurs (cf Sphere), notre égoïsme, notre haine de l’autre et tous ces défauts qui nous caractérisent.

Même si d’ici là, le transhumanisme aura certainement changé la donne (cf Blade Runner 2049) ; espérons que nous garderons encore un peu ce qui nous distingue en tant qu’humains : notre générosité, notre imprévisibilité et notre humour légendaire.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.