AD ASTRA

AD ASTRA

James Gray, 2019

LE COMMENTAIRE

Quand on est seul, avec le silence et quelques étoiles pour seule compagnie, on peut légitimement se demander ce qu’on fait là, à errer (cf Gravity). On n’est quand même pas dans l’espace pour consulter le cadastre. La seule chose qu’il nous reste à faire dans cette obscurité déprimante, c’est ne pas devenir comme la face cachée de la lune. Ne pas dériver. Continuer à regarder vers l’avant, bien déterminé à attraper un rayon lumineux.

LE PITCH

Un homme part au fin fond de l’espace à la recherche de son père présumé disparu.

LE RÉSUMÉ

Dans un futur proche, l’officier Roy McBride (Brad Pitt) est victime d’un accident sur une station orbitale, suite à une surcharge venue de Neptune. Cette surcharge cause de sérieux dommages sur terre. On compte déjà près de 50,000 morts.

Roy est recruté par SpaceCom pour partir en mission à la recherche de Clifford McBride (Tommy Lee Jones), son père. Le projet Lima avait pour but d’identifier des formes d’intelligence extra-terrestres, aux confins de la galaxie. Cela fait une quinzaine d’années que plus personne ne donne de nouvelle. On doit pouvoir être sûr. Peut-être que McBride Senior est toujours en vie? Il n’est pas non plus impossible que les membres de l’équipage soient à l’origine de ces surcharges.

We have to hold on the possibility that your father might be hiding from us.

McBride Junior part à bord d’un vol commercial, direction la colonie lunaire, accompagné de Colonel Pruitt (Donald Sutherland). Depuis la Lune, McBride doit prendre une fusée pour Mars d’où il s’envolera pour sa destination finale. En chemin, on lui fait comprendre que son père a peut-être perdu la raison. Depuis la planète rouge, il tente de rentrer en contact avec Clifford en lisant des communiqués écrits par SpaceCom. Le fils finit par improviser.

Dad, I d like to see you again.

Ses messages sont efficaces puisque son père répond. La mission du fils est alors terminée. Retour sur terre. Pas de discussion. En colère, Roy ne parvient pas à passer l’évaluation psychologique – pour la première fois. Il veut pouvoir aller jusqu’au bout.

They’re using me!

Grâce à Helen Lantos (Ruth Negga), il embarque en secret pour Neptune. Après une altercation avec l’équipage qui tourne mal Roy se retrouve seul à bord. Seul pour rencontrer son papa, si Clifford est toujours en vie. Terrifiant.

All my life I was terrified to confront him.

La dernière étape du voyage est éprouvante. Roy est victime de l’isolation (cf Shining). Il hallucine.

I’ve let so many people down.

Sa femme Eve (Liv Tyler), qu’il a trop souvent negligée, revient régulièrement le hanter (cf Solaris).

À bord du Lima, Clifford est bien le seul survivant. Il a du mater une mutinerie car les autres membres de la cabine souhaitaient retourner sur terre. Pas question pour le vieux McBride qui n’a jamais pensé à rentrer ne serait-ce qu’une seule seconde – au mépris de sa femme et de son fils. Dans la bagarre, la source d’anti-matière a été endommagée, causant les fameuses surcharges.

Clifford tente de convaincre son fils de l’accompagner dans sa quête. Il est si près de montrer ce en quoi il a toujours cru : l’intelligence extra-terrestre. Mais Roy veut retourner sur terre. La charge nucléaire est activée. Il n’y a plus le choix. Alors Clifford l’oblige à le repousser à jamais dans l’espace (cf Le Grand Bleu).

Let me go Roy! Let me go.

Roy détruit la station et entame son voyage de retour. Les données semblent confirmer que les humains sont finalement la seule forme d’intelligence dans l’univers. Youpi.

Roy éprouve le sentiment urgent de retourner sur Terre pour y retrouver sa femme. Cette fois-ci, il est prêt.

I’m steady. Calm. I slept well. No bad dreams… I’m going to live. And love.

Capture d’écran 2019-11-23 à 22.30.21

 

L’EXPLICATION

Ad Astra, c’est tuer le fantôme du père.

Roy McBride est un homme à l’abandon, qui s’est décroché de sa station. Il est en chute libre. Son parachute est troué. Il va s’écraser très prochainement. Pour le moment, il fait le job, se tient bien droit, sourit quand il faut sourire. Ses bonnes réponses lui permettent de tromper les tests d’évaluation psychologique. En réalité, il maquille sa dépression.

I see myself from the outside, it’s a performance.

S’il se retrouve dans une situation pénible, c’est à cause de son père – potentiellement responsable de cette surcharge d’émotion et qui lui a fait perdre l’équilibre dans sa vie. Heureusement, la vie est bien faite. Elle donne à Roy une dernière chance de se redresser. Rétablir la balance pour faire atterrir la fusée. Sinon toute existence sur terre pourrait être amenée à disparaître. Ce serait l’apocalypse, now. Le néant (cf L’histoire sans fin). Mais nous n’en sommes pas encore là.

We didn’t bring you to talk about your fall.

Pour parvenir à redresser la barre, il faut affronter ses vieux démons. Sortir de l’ombre du père et pour cela, partir à sa rencontre, ou plutôt à la rencontre de l’idée du père : Un mythe. Le premier homme sur Saturne. Le meilleur de tous. Une véritable icône. Un pionnier qui a inspiré tant d’astronautes. L’horizon indépassable. Mais également un monstre qui a abandonné sa famille, tué l’équipage et menace la planète entière. Un bel enfoiré en somme. Encombrant.

adastratommyleejones

Roy doit rendre le souvenir d’un père disparu depuis si longtemps moins flou, à des milliards de kilomètres d’une terre qui est la seule vraie forme d’intelligence dans l’univers. Car on le sait désormais : la vie est sur terre. Nulle part ailleurs. Quand on la déporte sur la Lune, ce n’est qu’une sale copie.

Just a re-creation of what we’re running from on Earth.

Roy effectue un long voyage introspectif. Seul. Cette démarche est compliquée, piratée. Ill faut se muer en passager clandestin pour partir vers Neptune. La résilience n’est pas un processus évident. Quand Roy essaie de mettre sa colère de côté, il ne reste plus que de la douleur dans sa vie. Personne n’a dit que ce serait facile.

Pourtant c’est au prix de ce chemin nécessaire que Roy s’éloigne du soleil pour atteindre les eaux troubles de Neptune. Là-bas, au plus profond de lui, il y retrouve son père, sans émotion. À l’arrêt. Dans l’ombre (cf Star Wars).

Roy tente de le convaincre de revenir avec lui. Clifford voudrait que son fils le rejoigne dans sa folie. Roy doit accepter que ce n’est pas possible. Il doit dire à son père qu’il l’aime malgré tout, pour se libérer de toute amertume. Laisser partir son père. Ne pas tout confondre.

I must accept the fact I never really knew you. Or am i you?

Accepter que son père était un fanatique, sans avoir besoin de le comprendre. Admettre que son père s’est trompé, sans que cela n’écorne sa mémoire ou pénalise le présent de Roy. Pas de raison de payer pour les dettes de son paternel. Il n’est pas son père.

In the end the son suffers the sin of the father.

Réaliser les erreurs du père pour ne pas les reproduire.

He could only see what was not there and missed what was in front of him.

Vivre sa propre vie, là où elle attend : sur terre. Avec Eve. Roy est libre après être allé au bout de sa démarche. Il a pris la décision de retourner sur terre où il pourra mettre fin à sa solitude – si Adam laisse un peu de place à Eve, qui l’attend depuis si longtemps elle-aussi.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.