WORLD WAR Z

WORLD WAR Z
Marc Forster, 2013

LE COMMENTAIRE

« Chérie, y’a plus de PQ!! ». Les caddies pris d’assaut. Des scènes de panique aux caisses. Des clients qui se ruent sur les rayons pour se procurer ce qui reste de l’essentiel (certains visiblement pensent que l’essentiel ne se trouve pas dans Lactel mais dans des cartons de Budweiser…). Une situation qui n’est pas sans rappeler les lendemains moscovites qui déchantent après la chute du communisme. Une situation qui ferait aussi saliver n’importe quel chef de secteur chez Lidl (Brad Pitt au Lidl?). Souhaite-on vraiment devoir subir une attaque de zombies pour en arriver là? Elle est là la vraie question.

LE PITCH

Gerry Lane (Brad Pitt), ancien inspecteur des Nations-Unies parcourt le monde pour mieux le sauver des zombies.

LE RÉSUMÉ

Gerry et Karin Lane (Mireille Enos) pensent être bloqués dans les embouteillages de Philadelphie, comme d’habitude, quand une horde de zombies vient les sortir de leur routine. Avec beaucoup de courage et un peu de chance, ils parviennent à rejoindre Newark où ils vont être évacués par hélicoptère.

Gerry doit reprendre du service pour permettre à sa famille de rester en sécurité. Il va escorter un scientifique jusqu’en Corée à la recherche du « patient zéro ». La mission n’aboutit pas. Gerry ira jusqu’à Jérusalem pour apprendre que chercher le patient zéro ne sert à rien. Rattrapé par les zombies, il va finir son périple au Pays de Galles. Par hasard, il s’écrase vers Cardiff. Le hasard est heureux car un laboratoire de l’Organisation Mondiale de la Santé se trouve à proximité de Cardiff (il aurait pu s’écraser en Haute-Saône, et là-bas Organisation Mondiale de la Santé walou!).

Trouvant une faille dans le virus, Gerry s’inocule une maladie mortelle – mais pas incurable (est-ce possible?) – qui va lui permettre de se protéger des zombies et gagner un peu de temps. La guerre ne fait que commencer.

Wwz-zombie

L’EXPLICATION

World War Z, c’est la prochaine guerre mondiale.

Le monde retourne à l’état primitif. On revient à Hobbes et son l’homme est un zombie pour l’homme. Dans ce monde, la menace ne vient pas de l’espace, elle vient de l’autre (cf Sartre). Et l’autre n’est pas le Nazi ou le Nord-Coréen, il est le semblable. Il faut se méfier de tout le monde. C’est un monde terroriste.

En période de conflit, il faut savoir faire des alliances. Gerry a le bras long. Rappelons quand même que Gerry s’en sort en grande partie grâce à son pote le secrétaire général des Nations Unies (être pote avec Karl Lagerfeld c’est chic plus que ça n’aide à se sortir d’une invasion zombie). La longueur du bras de Gerry ne suffira pourtant pas. En l’absence de ses nouvelles, les militaires n’hésiteront pas à débarquer sa petite famille du porte-avion (on peut plus faire confiance à personne!). En période d’invasion zombie c’est chacun pour sa gueule. Le monde revient à l’état sauvage, c’est à dire à son état naturel. Et la nature on la connaît…

Mother Nature is a serial killer.

Dans ce monde où la galanterie n’a plus lieu d’être, l’homme ne fuit pourtant pas ses responsabilités. Il a une famille à charge. Et c’est à lui qu’incombe d’affronter les dangers extérieurs (tiens on reparle de parité un peu là s’il vous plaît?). Gerry c’est l’homme qui met sa cravate le matin et qui monte dans le RER en direction de la Défense pour aller y gagner son salaire. World War Z on le vit tous les jours. Les morsures prennent d’autres formes. Et il faut lutter constamment pour ne pas être contaminé par la connerie de ses collègues.

Le plus désagréable c’est qu’on ne sait pas pourquoi. Il n’y a pas plus de réponse que d’origine à cette épidémie. Les zombies sont comme des terroristes. Il y a une profonde injustice dans le fait de voir son monde s’écrouler et son confort disparaitre aussi brutalement. En douze secondes, on passe d’artiste à survivant comme Szpilmann dans Le Pianiste. World War Z nous rappelle qu’on a oublié que le monde était bestial. On se repose un peu trop sur les autorités pour nous défendre alors qu’elles font cruellement défaut.

The president is dead. Four of six joint chiefs, VP missing.

Aujourd’hui, les gens qui sont au chômage vivent dans World War Z tous les jours.

Le plus inquiétant c’est que ça nous pend au nez. On y va tout droit: les catastrophes naturelles qui se multiplient, Fukushima, le désert qui avance, la glace qui fond, le fantôme de la grippe A suivi quelques années plus tard du spectre d’Ebola, la pollution en Chine, les migrants! Si on met ces indices face à la crise du religieux, la démission du politique ou les bateaux de réfugiés qui coulent (et heureusement qu’ils coulent d’ailleurs hein!), on a toutes les raisons du monde d’être sceptique. Le monde se casse la gueule. Il n’est sûrement pas anodin que la fuite dans le bateau européen vienne de Grèce, le berceau de la civilisation. De la même manière il n’est pas surprenant que cette fête des zombies démarre à Philadelphie, là où tout a commencé outre-Atlantique.

Le monde s’effondre. Malgré tout, on reste serein.

Most people don’t believe something can happen until it already has.

On continue d’aller faire ses courses au Carrefour Market et de regarder le SDF à la sortie avec un air plus désolé que lui alors qu’on a plein de petite monnaie dans ses poches. On est tous un peu comme les premières classes à bord du Titanic. La présentatrice météo se réjouit du réchauffement climatique, trop heureuse de porter un t-shirt en plein hiver et s’enorgueillit de faire l’histoire grâce à ce mois de décembre record.

Alors qu’on se demande quels signaux peuvent encore virer au rouge, certains n’attendront pas pour partir se planquer en Suisse. N’oublions pas que même les murs de Jérusalem ne résistent pas longtemps à l’ennemi. Et que les migrants escaladent les murs barbelés aussi.

Franchement on préfère regarder Top Chef alors qu’on devrait déjà être en train prendre des notes devant Koh Lanta! On s’est moqué de ces cancres qui suivaient ce qu’on pensait être la voie de garage du lycée technique alors que demain, ils seront les seuls survivants d’un monde qui n’aura plus rien à foutre des traders. « Ainsi les derniers seront les premiers. » Et si Dieu existait finalement?

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

3 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.