QU’EST-CE QU’ON A FAIT AU BON DIEU?

QU’EST-CE QU’ON A FAIT AU BON DIEU?

Philippe de Chauveron, 2014

LE COMMENTAIRE

Que les parents ne souhaitent que le bonheur de leurs enfants est la plus grosse hypocrisie jamais inventée. La réalité du mariage est qu’il fait des heureux et surtout des déçus. D’ailleurs si on regarde bien les photos de mariage, on en trouve toujours un ou deux qui font la tronche. Et les cérémonies finissent souvent noyées dans des larmes de crocodile.

LE PITCH

Des soeurs enchaînent les mariages avec des hommes issus de l’immigration.

LE RÉSUMÉ

Claude (Christian Clavier) et Marie Verneuil (Chantal Lauby) sont une famille bourgeoise comme on en trouve plein du côté de Chinon, ou comme on peut en trouver aussi à Versailles. Claude et Marie ont eu quatre filles, dans la plus pure tradition catholique, dont les trois premières se sont mariées à des non-catholiques. Odile (Julia Piaton) a épousé David Benichou (Ary Abittan), Isabelle (Frédérique Bel) s’est mariée avec Rachid Ben Assem (Medi Sadoun) et Ségolène (Emilie Caen) a dit oui à Chao Ling (Frédéric Chau).

Chaque mariage a été vécu comme un calvaire par les époux Verneuil qui ont bien du mal à garder leur préjugés racistes pour eux, bien que Claude s’en défende.

Raciste?! Je suis Républicain et Gaulliste comme l’était mon père!

Il décide d’inviter tous ses gendres à Chinon pour Noël afin de s’excuser et apaiser les tensions.

Je suis sincèrement désolé que mes propos aient pu choquer la dernière fois.

C’est le moment que Laure (Élodie Fontan) choisit pour annoncer son futur mariage avec Charles (Noom Diawara), un comédien catholique. Cette nouvelle rassure Claude et Marie dans un premier temps. Ce que Laure ne leur a pas dit, c’est que Charles est d’origine noire-Africaine (cf OSS 117 : Alerte rouge en Afrique Noire).

Les Verneuil font donc la rencontre des Koffi, qui eux-non plus ne sont pas très heureux à l’idée de s’unir avec des descendants de colons. Les préparatifs se font dans la douleur. Marie et Claude, en pleine dépression, songent au divorce (cf La Guerre des Rose). Se sentant responsable de l’implosion de sa famille, Laure propose de tout annuler avant que tout ne finisse par rentrer dans l’ordre.

Vive les mariés!

Les sourires restent crispés.

qu

L’EXPLICATION

Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu?, c’est le racisme ordinaire.

À la base, il y a un véritable malaise générationnel. Les Verneuil sont deux vieux cons-ervateurs qui vivent confortablement dans le passé de leur Indre-et-Loire. Ils représentent l’immobilisme. Le monde finit par les rattraper. S’ils redoutent autant leurs gendres, c’est parce que David, Rachid et Chao sont à l’origine d’un bouleversement. Une nouvelle France d’où se décollent les étiquettes.

Je ne mange pas de porc mais je ne suis pas intégriste!

Les filles Verneuil ont bien négocié le virage de la modernité et s’adaptent. Même le curé consulte son ipad pendant la confession. Plus personne n’en a rien à faire des traditions chères aux Verneuil.

Claude et Marie sont chahutés par ce changement et vivent cette succession de mariages comme un châtiment. En bons catholiques ils se sentent coupables de tout et s’interrogent sur ce qu’ils ont pu faire de mal. Ils se demandent s’ils ont bien éduqué leurs filles, s’ils ont bien respecté la parole divine.

Aimez vous les uns les autres, on voit le résultat!

La religion leur a dicté d’aimer leur prochain sans préciser qu’il fallait aussi vivre avec leur temps. La religion ne leur a pas dit que le prochain en question est différent. Que le prochain peut ne pas être de la même confession. Se recroqueviller dans son château à lire le Livre les yeux fermés conduit à un refus du monde. Ce refus devient le terreau d’un racisme pervers. Quand Claude s’excuse pour ses propos déplacés, il précise…

C’est dit sans méchanceté.

Et c’est bien tout le problème. Le raciste ordinaire est mesquin (cf Get Out). Il n’est jamais méchant bien sûr. Claude se cache derrière le Gaullisme. Sa tactique est d’inviter tout le monde non pas pour s’excuser, mais pour mieux qu’on l’excuse.

Vous m’ôtez une épine du pied. En tant que Gaulliste, j’étais très attristé qu’on puisse me prendre pour quelqu’un de raciste.

Quand André Koffi (Pascal Nzonzi) dit qu’il est fier de sa belle-famille française, il soulage définitivement la conscience des Verneuil. C’est l’Afrique qui absout la France. Cela tombe bien car le raciste ordinaire a du mal à gérer sa culpabilité et n’assume pas qui il est. Rappelons que les Verneuil sont avant tout de gros égoïstes. Dans un discours qui devrait célébrer les nouveaux mariés, Claude préfère inviter sa femme pour une nouvelle lune de miel au tour du monde, profitant au passage du fait que ses gendres viennent d’un peu partout. Ce raciste qui pense avoir le cœur sur la main n’a surtout pas son pareil pour manier la méchanceté gratuite et profiter de la situation.

Quand Xavier Dupuy-Jambard (Nicolas Buchoux) s’invite pour faire un numéro de charme à Laure, il aperçoit les gendres au dehors et s’interroge :

Qui sont ces gens? Ce sont vos jardiniers?… Excusez-moi c’est stupide.

Y’a pas de mal.

On l’excuse.

C’est pourtant parce qu’il n’y a pas de mal qu’il y a un problème. Il faut savoir où se situe l’origine du problème. S’agit-il de Claude qui qualifie André Koffi de Ministre des Finances du Burundi? Ou s’agit-il du contrôleur qui ne bouge pas ses fesses pour venir en aide à un Noir?

Le racisme, c’est la facilité. Il est à la portée de chacun et chacune. Les sœurs Verneuil se permettront de faire la morale à Laure. Même les gendres feront la vie dure à Charles plutôt que de l’accueillir sur cette arche de Noé.

D’autant plus facile d’être raciste que personne ne peut se supporter en vérité. Les Koffi sont au moins aussi obscurantistes que les Verneuil. Les gendres se détestent. Comme le suggère Rachid…

On a tous un petit côté raciste dans le fond.

Alors quelle est la solution? Pas évident…

Chacun chez soi comme le proposent les nationalistes? La picole comme le propose Claude (cf Le Dernier pour la Route)?

L’alcool, on n’a jamais fait mieux pour rapprocher les peuples.

Désamorcer les tensions avec un peu d’humour? Ce n’est pas donné à tout le monde…

L’amour du maillot?

Nous n’avons rien contre les Juifs, les Arabes ou les Chinois. D’autant que vous êtes Français comme nous.

La France n’est apparemment plus assez grande pour accueillir tout le monde.

L’amour du maillot n’existe plus. Les liens du sang ne sont pas fiables. Et l’hymne national n’est pas suffisant, sinon pourquoi serait-il sifflé?

Alors il reste la famille (cf Une Affaire de Famille). Pour peu qu’on accepte que sa définition soit évolutive et qu’on n’est qu’à sept degrés de séparation de n’importe qui. Après tout on ne forme qu’une seule et grande famille. La famille n’est pas le refuge des identiques, elle devrait être le point de rencontre des opposés. En l’occurrence, il y a beaucoup de raisons qui nous opposent : la religion, l’origine ethnique, la couleur de peau, le sport… la politique, le patrimoine, le handicap (cf Comme des Phénix) ou encore la sexualité.

Et si Laure avait été lesbienne?

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

15 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.