TWELVE YEARS A SLAVE

12 YEARS A SLAVE
Steve McQueen, 2013

LE COMMENTAIRE

Le problème des racistes c’est qu’ils sont souvent bêtes. On ne peut pas avoir de conversation avec eux, à moins d’être un amateur des blagues de Michel Leeb sur les Chinois (ou de celles de Gad et Kev Adams). Le problème c’est que parfois les racistes prennent le pouvoir, se muent en esclavagistes et imposent la force à tous ceux qu’ils jugent inférieurs. Le vrai problème avec les racistes, au delà de leur bêtise et de leur violence, c’est surtout leur mauvaise haleine.

LE PITCH

Solomon Northup (Chiwetel Ejiofor) quitte New-York pour New Orleans.

L’HISTOIRE

En 1841, Solomon Northup est un homme libre. Il demeure à Saratoga Springs en compagnie de sa femme et ses deux enfants. Il gagne sa vie en tant que charpentier et violoniste. Approché par Brown (Scoot McNairy) et Hamilton (Taran Killam), deux prétendus artistes qui lui promettent un contrat, il est drogué, fait prisonnier puis remis à Burch (Christopher Berry), un esclavagiste.

Northup entame sa descente en enfer à New Orleans où il est d’abord privé de son identité par un négociant du nom de Freeman (Paul Giamatti).

Yah no free man. And yah ain’t from Saratoga. Yah from Georgia. Yah ain’t a free man. Yah nuthin’ but a Georgia runaway. Yah a runaway nigger from Georgia.

Il est ensuite vendu à William Ford (Benedict Cumberbatch), un propriétaire relativement courtois. Northup propose à Ford une nouvelle méthode de transport de bois. Pour le récompenser, Ford lui offre un violon. Northup est régulièrement victime de la jalousie du charpentier, John Tibeats (Paul Dano). Ford se voit contraint de vendre Northup à Edwin Epps (Michael Fassbender), un propriétaire de champs de coton encore plus cruel.

Epps est persuadé que la Bible l’autorise à maltraiter ses esclaves. Il impose des quotas de récolte à ses esclaves sous peine de coups de fouet. Il s’est entiché de la belle Patsey (Lupita Nyong’o) qu’il viole régulièrement. Mary Epps (Sarah Paulson), qui est au courant, la punit souvent par jalousie.

Northup grappille un peu d’argent ici et là et s’en sert pour convaincre un contre-maître d’envoyer une lettre pour prévenir ses amis à New York. Le contre-maître prend l’argent mais dénonce aussitôt Northup à Epps furieux. Northup parvient à le convaincre que l’histoire est un mensonge et brûle sa lettre qu’il considère comme son dernier espoir de retrouver la liberté.

Patsey s’absente pour acheter du savon dont elle est privée par Epps (Mary). À son retour, Epps (Edwin) la déshabille et impose à Northup de la fouetter, avant de la finir jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse.

Patsey se remet péniblement de ses blessures. Northup quant à lui travailler à la construction d’une maison et fait la rencontre de Bass (Brad Pitt), un charpentier canadien qui se dispute régulièrement avec Epps sur la question de l’esclavage.

You comparing me to a nigger, Bass?

I’m only asking, in the eyes of God, what is the difference?

Northup supplie Bass de parler de son kidnapping afin qu’on lui vienne en aide.

Un beau jour, le shérif local (Jay Huguley) débarque à la plantation accompagné d’un commerçant de Saratoga chez qui Northup avait l’habitude de faire ses courses. Le shérif pose une série de questions très précises. Une fois identifié, Northup peut quitter la plantation libre malgré les protestations de Epps et abandonnant Patsey à son triste sort.

De retour à New York, il s’excuse auprès de sa femme, ses enfants et ses petits-enfants.

I apologize for my appearance. But I have had a difficult time these past several years.

Northup essaiera par la suite de faire condamner Brown, Hamilton and Burch, sans succès. Il publiera également ses mémoires. Les circonstances de sa mort restent mystérieuses.

L’EXPLICATION

Twelve Years a Slave c’est une profonde injustice.

Elle est d’autant plus profonde qu’elle restera impunie, malgré les souhaits de Northup.

Thou devil! Sooner or later, somewhere in the course of eternal justice thou shalt answer for this sin!

No sin! There is no sin! A man does how he pleases with his property.

Au delà du scandale éthique, il y a tout simplement une injustice juridique. C’est une question de droit avant d’être une question de morale. Northup a beau hurler, il n’est pas reconnu parce qu’il ne peut pas produire ses papiers. Un homme sans passeport, même chez lui, n’est plus chez lui. Il devient anonyme et peut donc devenir esclave dans ces États qui étaient pourtant déjà Unis. C’était avant la guerre de Sécession.

Northup est un homme à qui on vole son identité et sa liberté de manière totalement illégale. C’est un point de départ. C’est le détail qui attire l’attention sur quelque chose de plus gros: la prise en otage de l’homme noir par l’homme blanc.

À l’époque, l’esclavagisme était légal dans les États du Sud. Le kidnapping de Northup va contribuer à accélérer le changement des mentalités. Rappelons le poids des conventions: pour beaucoup de Français ayant grandi aux temps des colonies, il n’y a absolument aucun problème avec la marque Banania. Ces gens là ne se considèrent même pas racistes, tout comme Ford qui a ses principes mais qui finit par dire des horreurs car il est totalement complice de ce système.

Whatever your circumstances, you are an exceptional nigger, Platt.

Pour changer les choses il fallait donc faire ce que Ford ne fait pas: se poser la question.

Master Ford, you must know; I am not a slave.

I cannot hear that.

Ça n’était pas simple. S’élever contre l’esclavage ça n’était pas juste se battre contre une poignée d’imbéciles, c’était remettre en cause tout un système qui venait tout juste d’être mis en place.

Les mentalités se changent à coups de volonté. Il faut le courage de Bass qui met en péril son propre confort pour prendre position. Et il faut évidemment le courage de Northup pour résister à l’injustice. Il ne disparaît pas. Il va se battre pour revenir de là où on ne revient pas.

No slave has escaped here with his life. You’re here to work niggers, so let’s commence.

Il s’accroche à la vie.

Survival is not about certain death, it is about keeping your head down.

Days ago I was with my family, in my home. Now you tell me all is lost. « Tell no one who I really am » if I want to survive. I don’t want to survive, I want to live.

C’est cet appétit de liberté qui permet à Northup d’être endurant et de ne jamais baisser les bras face à l’ignominie subie au quotidien.

I will not fall into despair! I will keep myself hardy until freedom is opportune!

Parce que Twelve Years a Slave c’est long. Surtout aujourd’hui où plus personne ne passe 12 ans au sein de la même entreprise. 12 ans au cours desquels il faut parfois rester sur la pointe des pieds pendant des heures interminables afin de ne pas suffoquer. Ça prend du temps de changer les choses, parfois une éternité. Le racisme est comme une boule puante. La bonne nouvelle c’est que rien n’est éternel, pas même les mauvaises odeurs.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.