JESUS CAMP

JESUS CAMP
Heidi Ewing, Rachel Grady, 2007

LE COMMENTAIRE

Les enfants sont précieux parce qu’on peut leur faire gober ce qu’on veut: le père Noël, la petite souris, la petite graine… Leur manque d’esprit critique les rend totalement malléables. Ce sont de véritables pages blanches sur lesquelles on peut écrire à peu près n’importe quoi. Une fois formatés, les enfants se muent en adultes loyaux. Se mettre les enfants dans la poche dès le plus jeune âge, c’est la priorité de tous: des partis politiques aux groupes de marketing en passant bien sûr par les cultes religieux.

LE PITCH

Levi, Rachael et Victoria rejoignent Kids on Fire, un camps de vacances sponsorisé par Jésus.

L’HISTOIRE

Becky Fisher est une Chrétienne évangélique qui donne des conférences à travers les États-Unis. Elle organise chaque année des camps pour les enfants. Une grande partie de son boulot, c’est de rabattre, au nom de son Église.

I can go to a playground of kids that do not know anything about christianity. Lead them to the Lord in a matter of just no time at all. And just moments later, they can be seeing visions and hearing the voice of God.

Elle remarque que le tiers de la population mondiale est composé d’enfants de moins de quinze ans et pointe le doigt sur le fait que les ennemis de l’Islam endoctrinent ces mêmes enfants pour leur apprendre à faire la guerre en Palestine ou au Pakistan. Elle remercie le président George W Bush pour avoir donné plus de crédibilité à l’Église Évangélique en affirmant sa foi pour le Christ.

Levi, fils de pasteur, se prépare pour son camp de vacances avec sa mère lui fait l’école à la maison.

If you look at creationism, you’ll realize it’s the only possible answer to all the questions.

Rachel piaffe d’impatience à l’idée de rejoindre ses copains.

When I grow up, I always thought it would be kind of fun to be one of those people who paint your nails and stuff because you would get a chance to tell them about the Lord!!

Victoria sait qu’elle va devoir élever son niveau d’exigences durant le camp.

When I dance, I really have to make sure that that’s God, because people will notice when I’m dancing for the flesh.

À Lakewood Camp, ça chante et ça dance.

JC is in the house today!

La grande prédicatrice est au rendez-vous. Le ton change. Les visages se figent lorsque Betty Fisher met les enfants en garde contre les tactiques du malin ou contre Harry Potter.

And while I’m on the subject, let me say something about Harry Potter. Warlocks are the enemies of God! And I don’t care what kind of hero they are, they’re an enemy of God and had it been in the Old Testament, Harry Potter would have been put to death!

Les enfants sont transportés. Ils ferment les yeux, hurlent leur amour de Jésus, rentrent en transe, jurent fidélité au Président Bush. Peu importe le ressort, qu’il s’agisse de l’humour ou de la peur, les adultes invitent les enfants à rejeter Satan, aimer la vie, condamner l’avortement et l’homosexualité (et tant pis si le pasteur Ted Haggard a été impliqué dans une affaire de drogues et qu’il a reconnu avoir eu des relations homosexuelles, à ce stade on n’est plus à une contradiction près).

Le DJ Mike Papantonio invite Becky à l’antenne pour la questionner sur son engagement. Elle persiste et signe sur la nécessité d’endoctriner les enfants.

I would like to see more children endoctrinated!

L’EXPLICATION

Jesus Camp c’est une bombe à retardement.

Nous sommes obsédés par l’instant. La faute à Keating et son maudit Carpe Diem. La faute à Twitter et ses trending topics. La faute aussi à tous ces cons de professeurs de yoga qui ne jurent que par le moment. On oublie le passé qui ne compte plus. On néglige le futur qui est hypothétique. On renonce de fait à admettre que nos actions du présent (d’aujourd’hui) puissent avoir des conséquences immédiates sur le présent (de demain). On commence seulement à le comprendre avec l’environnement. On s’en rend compte à peine lorsqu’il s’agit du terrorisme. Pourtant Bloody Sunday montrait déjà à l’époque qu’une seule journée pouvait générer des rancoeurs s’étalant sur de longues années.

Pendant que la France songeait à supprimer le service militaire pour mieux confier la garde de sa jeunesse à Claude Pierrard qui en profitait pour faire bosser les gamins entre deux dessins-animés lors de Croque-Vacances, les Américains de l’Église évangélique formaient les illuminés d’aujourd’hui. Ils ont pollué les rivières et les champs. Nous en constatons les dégâts.

L’Amérique évangélique, qui ne représente pas les États-Unis à elle seule mais qui a un poids non négligeable dans les urnes, confond la réalité avec un épisode de Game of Thrones. Elle se radicalise et se prépare à l’assaut final.

It’s no wonder, with that kind of intense training and discipling, that those young people are ready to kill themselves for the cause of Islam. I wanna see young people who are as committed to the cause of Jesus Christ as the young people are to the cause of Islam. I wanna see them as radically laying down their lives for the Gospel as they are over in Pakistan and Israel and Palestine and all those different places, you know, because we have… excuse me, but we have the truth!

Les Évangélistes sont dangereux car ils sont adeptes de l’auto-flagellation. Ils sont à la fois fiers de vivre dans la nation de Dieu mais souhaiterait pouvoir quitter ce vieux monde malade. Leurs enfants ont des mulets. Leur vision binaire du monde est une menace pour la paix entre les peuples.

We believe that there’s two kinds of people in this world: people who love Jesus and people who don’t.

Ces adultes criminels utilisent des techniques perfides pour mieux insérer leurs idées nauséabondes dans la tête creuse d’une jeunesse sans défense.

Future generations depend on us.   

C’est précisément parce que la future génération dépend de nous que nous devons prendre nos responsabilités et montrer l’exemple. Ça passe par le coupage de tête des marionnettistes (George W Bush, Donald Trump) ainsi que par un ‘assainissement de la base’ (Becky Fisher). Ça passe aussi par désamorcer tous les types de fondamentalismes. Envoyons plutôt nos enfants dans des stages de football Gérard Banide. Et portons nous bien.

À moins qu’on ne veuille vraiment finir comme dans Game of Thrones. Auquel cas, ne touchons à rien. Un retour à l’époque médiévale est totalement envisageable.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

 

 

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s