HER

HER
Spike Jonze, 2013

LE COMMENTAIRE

On a longtemps pensé que les geek étaient des espèces d’asociaux, complètement accrocs à leurs écrans d’ordinateur et shootés aux relations virtuelles. Le geek se repérait en société à sa capacité à faire des blagues codées façon java que lui-seul comprend. Il se distinguait aussi par son téléphone solidement accroché à sa ceinture. On a aussi souvent imaginé le geek avec des lunettes, une moustache, une chemise à carreaux et des pellicules plein la tête. Ce qui est terrifiant c’est que le personnage du geek aujourd’hui s’est banalisé. Les geeks sont parmi nous et passent même inaperçus. Si ça se trouve, nous sommes peut-être des geeks nous mêmes?

LE PITCH

Théodore (Joaquin Phoenix) tombe amoureux d’un Operating System d’un nouveau genre.

LE RÉSUMÉ

Dans un futur aux allures d’aujourd’hui, les relations sont marchandisées: on ne se connaît pas, on vient, on se sert et on repart. Surtout n’oubliez pas de payer le tour de manège à la fin quand même.

Profondément frustré par une expérience peu épanouissante de sexe par téléphone, Théodore récent célibataire s’en remet à un OS seconde génération pour lui tenir compagnie. Il va l’appeler Samantha (un clin d’œil à ma sorcière bien-aimée?) et lui ouvrir les portes de son intimité. D’assistante, Samantha va rapidement devenir son amie, puis sa confidente et enfin sa maîtresse.

You’re beautiful.

Comment ne pas tomber amoureux de quelqu’un qui vous comprend mieux que personne, vous accompagne partout et vous donne du plaisir physique? Comment ne pas tomber amoureux de quelqu’un qui ne vous juge pas?

I feel like I can be anything with you.

Tomber amoureux oui, pas pour longtemps. D’abord l’indisponibilité temporaire de Samantha va plonger Théodore dans une crise de panique et lui rappeler que sa dépendance à l’autre n’a peut être jamais été aussi forte. Il va découvrir que Samantha n’est pas exclusive. Et qu’au fur et à mesure qu’elle parle à d’autres, son cœur grandit. Car son amour n’est pas exclusif non plus. Elle s’en excuse presque.

The heart is not like a box that gets filled up; it expands in size the more you love. I’m different from you. This doesn’t make me love you any less. It actually makes me love you more.

Fraîchement séparé de sa femme, puis largué par son OS, Théodore va finalement se rapprocher de Amy (Adams), sa voisine, qui s’est elle aussi faite larguer par son mec avec qui elle n’avait aucune raison d’être si ce n’est d’éviter d’être seule.

3023517-poster-p-1-what-we-can-learn-about-the-future-of-ai-mobile-design-love-and-pants-from-spike-jonzes-her1

L’EXPLICATION

Her c’est le présent conjugué au futur.

La solitude est devenu un fléau insupportable pour notre notre société sociale de réseaux. Il semblerait que nous perdions notre faculté à connecter avec les autres à mesure que nous nous connectons, paradoxalement. Théodore en est un exemple. Ultra-sensible, il est pourtant incapable de s’engager dans une relation et certainement pas prêt à accepter l’autre dans sa différence. Il a foiré son mariage et depuis il n’arrive pas à retrouver quelqu’un. Il ne peut pas non plus accepter sa solitude. Il préfère se bercer de l’illusion qu’une relation absolue est possible. Il va penser la trouver avec Samantha. Théodore, à l’image de toute une génération, est à la recherche d’une relation parfaite. Il préfère être seul que mal accompagné.

La relation absolue est proposée par la machine. Comment tomber amoureux d’une machine? Quand elle a la voix de Scarlett Johansson ça aide. L’idée n’est pas si bête après tout, on est déjà bien dépendant de nos smartphones. Dans le futur, ça ne sera plus un sujet. Le vrai sujet c’est qu’aujourd’hui les couples homosexuels peuvent se marier et adopter (n’en déplaise à certains), alors il faut se préparer gentiment à affronter une multiplication d’unions que l’église décrivait encore il y a peu de temps comme étant  contre nature. Quid des couples hommes-machines gay? Allons plus loin encore, quid de l’adoption par les couples hommes-machines gay?? Le futur nous réserve un lot de questions existentielles passionnantes. D’ici là l’église aura peut-être même disparu, emportée par ses scandales (cf Amen, Spotlight)

Her rappelle qu’une castration est nécessaire afin de permettre la bonne rencontre, sous-entendant aussi que la bonne rencontre ne se cherche pas, elle se provoque. Il faut savoir renoncer, en l’occurrence à la technologie, pour mieux se rapprocher, en l’occurrence des autres. Devant le ridicule de la situation, Theodore finit par comprendre.

Maybe we’re just not supposed to be in this right now.

D’autant que l’amour est peut-être simplement sous le nez de chacun. Théodore était peut-être simplement presbyte. Pas besoin d’aller chercher très loin. Il suffit parfois de regarder autour de soi et de savoir apprécier ce qui nous entoure. Le bonheur n’est pas dans le pré, il est sur le pas de sa porte. Le manque de calcul dans les relations et l’imperfection peuvent avoir un certain charme.

Her pose la question de l’éphémère des relations. Nous sommes en contact avec beaucoup plus de personnes que dans les années 60. Nous changeons et nos attentes changent beaucoup plus vite. Les relations se consument aussi beaucoup plus vite également. Alors qu’on vit de plus en plus vieux, la simple idée de fêter ses noces de chêne devient de plus en plus fantaisiste. Sans parler de la remise en question de l’idée de propriété. Personne n’appartient à personne.

I’m yours, and I’m not yours.

Tout le monde est profondément d’accord avec ces faits, personne ne veut encore vraiment l’admettre. Et pourtant les contrats de mariage sont une réalité. Peut-être que dans quelques années, la norme sera de se rencontrer via des sites de rencontres, de vivre trois divorces. Peut-on encore être absolument monogame et honnête en même temps aujourd’hui? Si oui, comment peut-on entretenir son couple dans la durée?

Her montre, et c’est aussi important de le souligner aussi, que les garçons moustachus sont capables de tomber amoureux d’une voix et pas que d’une paire de nichons. La romance chez l’homme n’est pas encore tout à fait morte, malgré les progrès du porno virtuel et de la chirurgie esthétique.

Enfin Her montre que les ordinateurs sont capables de nous aimer. Et ça c’est un formidable message d’espoir pour le futur, qui va à l’encontre des visions apocalyptiques de Terminator, Matrix ou autre 2001, dans lesquelles les machines finissent toutes par se retourner contre les hommes. Pourquoi on a besoin d’être paranoïaques comme ça? Pourquoi elles seraient méchantes les machines? C’est peut-être nous les méchants, pas les robots (cf Ex Machina). On a le chic pour sans cesse rejeter la faute sur les autres. C’est pourtant pas faute de vivre dans une société où on prône l’amour de son prochain.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

6 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.