PHOTO OBSESSION

PHOTO OBSESSION

Mark Romanek, 2002

LE COMMENTAIRE

L’épanouissement est une composante essentielle du commerce. Des employés épanouis font des clients heureux, susceptibles de revenir à la boutique. Tout est donc pensé pour favoriser l’épanouissement des employés : de jolis costumes, des séminaires de team building, des concours d’employé du mois, jusqu’aux messages encourageants sur le miroir des toilettes. Et malgré ça, il reste encore certains jours où il est difficile de garder le sourire.

LE PITCH

Un employé de labo photo collectionne les clichés de ses clients.

LE RÉSUMÉ

Seymour Parrish (Robin Williams) est responsable du coin photo dans une galerie marchande. C’est un homme perfectionniste qui prend son job très au sérieux.

I’ve been doing P.O.S. mini-lab work for more than 20 years now. I consider it an important job. 

Les Yorkin sont des habitués de sa boutique. Ils sont les seules personnes avec lesquelles Seymour a réussi à socialiser. Pour eux, il est Sy le photo guy. Pour lui, ils sont bien plus, quasiment une famille adoptive. Car Sy souffre de solitude. Chez lui, il a recouvert un mur entier de doubles de leurs photos ce qui traduit une obsession un peu inquiétante. Il leur fait des petites ristournes de temps en temps et offre même un appareil jetable au petit Jake (Dylan Smith), ce qui réjouit sa maman Nina (Connie Nielsen) mais pas son patron Bill (Gary Cole).

Malheureusement pour Seymour, tous ces extras se font remarquer et lui coûtent son job au terme d’une conversation pénible.

Look, Sy, I got a family. I’m not losing my job over this. I’m letting you go.

(…)

You can’t do this.

It’s done, Sy. I talked to Sims at district. Now you finish out the week and clear out your locker. And if you do something like fuck up today’s prints…

I haven’t fucked up a customer’s prints in 11 years!

Pour son dernier tirage, il réalise que Will Yorkin (Michael Vartan) a une liaison extra-conjugale. Déçu par ce qu’il croyait être une famille exemplaire, Sy glisse un cliché de Maya (Erin Daniels), la maitresse de Will, dans une boite de photos que Nina est censée récupérer.

Sy se mue en paparazzi et prend des photos de la fille de Bill avec l’intention de le faire chanter. Lorsqu’un autre technicien découvre ces clichés, une enquête est immédiatement ouverte. Les détectives Van Der Zee (Eriq La Salle) et Outerbridge (Clark Gregg) découvrent le mur de photos au domicile de Sy.

De son côté, Sy surprend Will et Maya dans leur chambre d’hôtel et les oblige à prendre des photos compromettantes à caractère sexuel. Personne n’est blessé. Les victimes sont néanmoins profondément traumatisées. La police arrive sur les lieux et arrête Sy.

Pendant son interrogatoire, Sy explique qu’il ne voulait prendre que des photos pour punir Will.

Will Yorkin had it all and he threw it away. He is not a good father.

Sa déposition suggère qu’il aurait été abusé par son père dans son enfance. Il réclame ses clichés qui sont retenus contre lui comme preuves. Elles ne font pourtant apparaitre que des objets de la chambre d’hôtel et aucune photo pornographique.

onehourphoto

 

L’EXPLICATION

Photo Obsession ce sont tous ces gens auxquels on ne prête pas attention.

Seymour fait partie de ces personnes discrètes qu’on ne remarque pas. Il est devenu Sy, celui qu’on aperçoit vaguement depuis les caisses du supermarché. Nous sommes amenés à interagir avec lui régulièrement mais il nous est quasiment transparent. Nous ne savons rien de lui. Nous n’avons rien envie de savoir. Comme si sa vie n’en valait pas la peine. Comme si elle n’avait pas d’intérêt, contrairement à la notre ou celle des Yorkin qui mérite qu’on l’immortalise tant elle est importante.

And if these pictures have anything important to say to future generations, it’s this: I was here. I existed. I was young, I was happy, and someone cared enough about me in this world to take my picture.

Le contraste est saisissant entre Sy qui manque d’estime de soi et les Yorkin qui ont peut-être un peu trop d’amour propre. Ils veulent donner l’impression qu’ils respirent le bonheur… sur papier glacé en tout cas. Ils sont comme tous ces gens qui font étalage de leur vie rêvée sur les réseaux sociaux, bien qu’il s’agisse d’une manière de cacher leurs propres problèmes. Nina est pleinement consciente de la liaison de son mari et préfère fermer les yeux (cf Eyes Wide Shut). Tout comme elle, nous pouvons être amenés à faire semblant, à fantasmer une vie entière et les photos nous donnent une occasion de la légitimer. C’était vrai, regardez! Les photos deviennent des preuves, des fragments de notre propre mythe (cf The Treasures from the Wreck of the Unbelievable).

On oublie que les photos peuvent être retouchées. Filtrées. On oublie la vie faite de petites choses.

Family photos depict smiling faces… births, weddings, holidays, children’s birthday parties. People take pictures of the happy moments in their lives. Someone looking through our photo album would conclude that we had led a joyous, leisurely existence free of tragedy. No one ever takes a photograph of something they want to forget. (…) Most people don’t take snapshots of the little things. The used Band-Aid, the guy at the gas station, the wasp on the Jell-O. But these are the things that make up the true picture of our lives. People don’t take pictures of these things.

Car tout le monde n’a pas la chance de gagner beaucoup d’argent, de voyager, d’avoir reçu une éducation correcte (cf Entre les Murs), d’être conforme aux standards de beauté qu’on voit dans les magazines prévus à cet effet (cf I Feel Pretty), d’avoir accès aux soins. Tout le monde n’est pas visible. Et pourtant la vie de ces gens n’a pas moins de valeur. C’est pourquoi Sy ne devrait pas envier la vie des Yorkin car ça n’est qu’une façade. Et c’est pourquoi nous devrions faire preuve d’un peu plus de compassion pour ne pas laisser ces oubliés aux mains des animateurs TV qui continuent de les abrutir (cf Confessions of a Dangerous Mind) ou des populistes qui récupèrent leurs bulletins de vote.

Comme certains ont fini par s’effacer? Qu’est-ce qui les a amené à passer à côté de leurs propres vies pour regarder celles des autres à la place (cf Sliver)?

One-Hour-Photo-4

Qu’est-ce qui nous a rendu si ouvertement égoïste? Nous pourrions faire preuve de plus de solidarité (cf The Platform). Qu’est-ce qui fait que nous ne nous parlons plus? Que nous soyons si agressifs entre nous (cf La Loi du Marché)? La fracture est-elle déjà si importante (cf La Haine)?

Pourtant nous souffrons tous de solitude à différents niveaux. La solitude de Nina est différente de celle de Sy mais guère plus enviable. Nous passons notre temps à vouloir nous démarquer des autres et cultiver nos différences alors qu’il est quelque chose que nous partageons tous : nous finirons tous au fond de l’eau (cf Titanic).

Avec le développement de la photo numérique, Sy a déjà disparu des galeries marchandes… qui finiront peut-être elles aussi par disparaître un jour à cause d’Amazon.

Essayons de profiter un peu du spectacle collectivement (cf le Goût des autres), dans le calme, avant que le rideau ne tombe.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.