ELLE

ELLE
Paul Verhoeven, 2016

LE COMMENTAIRE

« Elle » tu l’aimes, si fort si fort. Pour Hélène Ségara, la femme c’est celle sans laquelle l’homme est perdu. C’est l’essentielle. C’est aussi l’autre femme, celle qu’on jalouse parce qu’elle nous vole notre renard. « Elle », c’est aussi Maguy qui voit souvent rouge, avec qui ça bouge. Elle triche, elle vit, elle rit. C’est celle qu’on aime, tout court. Au final, la femme semble donc faire l’unanimité en dépit de sa complexité.

LE PITCH

Violée chez elle, Michèle (Isabelle Huppert) reprend sa vie, l’air de rien.

LE RÉSUMÉ

Michèle est agressée chez elle par un homme cagoulé qui la frappe et la viole avant de se sauver par la fenêtre. Choquée, elle reboutonne son chemisier puis ramasse la vaisselle cassée, avec beaucoup de dignité. Elle n’appelle pas la police. La vie reprend son cours.

Michèle est la fille d’un assassin qui a pris perpétuité pour une série de crimes atroces. Elle est constamment harcelée par les médias et parfois même insultée par les gens qui la reconnaissent dans la rue.

Michèle est la patronne d’une entreprise de jeux vidéos. Chaque jour en compagnie de son amie d’enfance Anna (Anne Consigny) elle doit dompter une quinzaine de graphistes et autres web developers qui ne la portent pas dans leur cœur. Elle fait avec.

Le fait est que la patronne ici c’est moi!

Michèle est la fille d’Irène (Judith Magre), une octogénaire botoxée qui s’apprête à se marier avec un gigolo.

Michèle est la mère de Vincent (Jonas Bloquet) qui va bientôt être papa. Elle ne peut pas saquer sa bru Josie (Alice Isaaz), parce qu’elle est une peste qui maltraite Vincent.

Michèle est divorcée de Richard (Charles Berling) avec qui elle est restée néanmoins en de bons termes même si elle n’hésite pas à lui défoncer son pare-choc quand elle en a l’occasion.

Michèle est la maîtresse de Robert (Christian Berkel), le mari de sa copine Anna qu’on pourrait résumer à un simple pénis.

Anna vient de partir, j’ai l’après-midi de libre.

Robert, j’allais t’appeler. J’ai eu un accident. J’ai une attelle à la jambe, je peux à peine marcher.

Et alors? On va pas faire du ski.

Michèle est enfin la voisine de Patrick (Laurent Lafitte) et de sa femme Rebecca (Virginie Efira).

Suite à son agression, elle devient suspicieuse. Beaucoup de personnes sont susceptibles de vouloir l’agresser, notamment à son travail où ses employés la détestent et font même circuler des vidéos d’elle en train de se faire violer.

Lors d’une soirée de Noël un peu arrosée, Michèle tyrannise la nouvelle petite amie de Richard. Elle fait du pied sous la table à Patrick dont elle est tombée sous le charme rassurant. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre que Patrick est son agresseur!

Après la disparition de sa mère suite à un AVC, Michèle se rend en prison pour rendre visite à son père qui se pend dans sa cellule. Après quoi, elle est victime d’un accident de la route. Bizarrement, c’est Patrick qu’elle choisit d’appeler pour qu’il lui vienne en aide. Un jeu un peu pervers se met en place entre les deux amants.

Lors de la soirée d’inauguration de leur dernier jeu vidéo, Michèle avoue à Anna qu’elle est la maîtresse de Robert. Elle provoque Patrick pour qu’il vienne la violer à son domicile où elle sait que son fils va la rejoindre. Vincent se saisit d’une bûche et tue Patrick en l’assommant.

Rebecca avoue à Michèle que Patrick était un homme bon, malgré son âme torturée. Elle la remercie d’avoir subvenu aux besoins de son mari. Michèle se réconcilie avec Josie et Anna qui s’est séparée de Robert et lui propose d’emménager avec elle.

EllePanel

L’EXPLICATION

Elle, c’est le portrait de la femme moderne.

La Renault Clio avait tout d’une grande. Michèle a tout d’une victime. Celle de son père qui l’a traumatisée étant petite et dont elle paie encore les pots cassés. Celle d’un inconnu qui la viole au plus profond de son intimité c’est à dire à son domicile, devant son chat! Celle de ses employés qui la menacent.

Et pourtant, à aucun moment Michèle ne se considère ou se comporte comme victime. Elle se range du côté de Catherine Deneuve ou de Brigitte Lahaie (voire de la Marquise de Merteuil?): la femme n’est pas le sexe faible. Elle crie peut-être mais ne pleure pas. Elle ne se plaint pas.

Et à toi il est arrivé quelque chose?

Non rien de spécial…

Michèle n’appelle pas les secours. Quand elle est blessée, elle appelle son agresseur.

Elle, c’est une vraie dure à cuire qui se bat pour reprendre le contrôle de sa vie. Elle n’attend pas le prince charmant ou les pompiers. Elle refuse d’être dépendante des événements. Son honnêteté désarme et lui permet de frapper fort, d’abord avec Josie qu’elle déteste et qu’elle n’hésite pas à critiquer devant Vincent alors qu’elle va devenir grand-mère (d’un garçon que Josie a eu avec un autre). Elle rentre dans le lard de sa mère à l’annonce (ridicule) de son mariage. Et surtout elle tue le père.

Je t’ai tué en venant ici!

Elle vit dans un monde où la violence des hommes est omniprésente. Son père lui a pourri la vie. Son lâche ex-mari Richard l’a d’abord frappée puis trahie en sortant avec une jeunette. Son poltron de fils Vincent lui fait honte tellement il est bête comme ses pieds. Son amant Robert la traite comme une poupée gonflable. Son voisin Patrick la protège de la tempête pour mieux la violer. Son employé Kurt l’insulte. Même l’amant de sa mère est violent gratuitement à travers ses paroles.

En tout cas ce fils de pute est mort et je suis pas mécontent de lui avoir baisé sa femme!

Michèle est parfaitement consciente de ce monde. Elle est éclairée. Elle joue le jeu, d’égal à égal avec les hommes, sans la moindre naïveté. Elle sait qu’il n’y a pas de Paradis.

Je ne veux plus jamais le revoir, ni dans ce monde ni dans un autre. De toute façon y’en a pas d’autre.

Contrairement à sa mère qui pardonnait tout, Michèle ne pardonne plus.

Tu n’es pas comme la meute, comme ceux qui ne connaisse que le monstre. Tu connais l’homme. Ce n’est qu’un homme.

Ouais mais c’est aussi un monstre. Tu vois une contradiction toi?

Elle prend des décisions et met elle-même un terme à sa souffrance en se débarrassant d’abord de son père, puis de son amant et enfin de son agresseur. Elle est admirable car elle fait le ménage ce qui lui permet de mieux se réconcilier avec elle-même, libérant Rebecca du joug de son monstre, recollant les morceaux avec Josie et Anna.

Michèle est une femme qui en a marre de jouer la comédie. Elle en a marre de ce rôle de femme dans lequel la société masculine a essayé de l’enfermer.

J’ai arrêté de mentir.

On la croit dépourvue d’émotion. Elle est tout simplement une femme commando qui exploite les hommes via son travail et les instrumentalise pour mieux s’en débarrasser. Michèle joue au billard ou au bowling, avec brio et succès. Elle se situe quelque part entre Wonder Woman et Catherine Tremel. À la fin, c’est « elle » qui gagne. Michèle est la révolutionnaire qui coupe les testicules et la tête. Elle renverse la dictature. Le salut des femmes ne peut passer que par elles-mêmes. Les hommes n’ont plus qu’à soigner leurs yeux rougis (Richard), courir après leur femme qu’ils ont négligée (Robert) ou se pendre dans leur cellule (son père). Ils ne peuvent plus disposer d’Elle. C’est fini.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

4 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.