SNOWPIERCER, LE TRANSPERCENEIGE

SNOWPIERCER, LE TRANSPERCENEIGE

Bong Joon-ho, 2013

LE COMMENTAIRE

La machine économique que nous alimentons fonce sur les rails à la manière d’un train à grande vitesse. Nous sommes encouragés à accélérer. Pour arriver où? Nous ne savons pas. À quelle heure? Peu importe. Toujours est-il que nous avançons à vive allure, tout en devant gérer de nombreux défis environnementaux et sociétaux – en espérant ne pas nous prendre un mur.

LE PITCH

Un train fonce à travers un monde revenu à l’âge de glace.

LE RÉSUMÉ

En 2014, le changement climatique n’est plus une blague. Les scientifiques ont la solution miracle. Comme souvent, les scientifiques se trompent (cf Je suis une légende) et dérèglent définitivement le climat. La planète rentre dans une ère glaciaire. Les survivants embarquent à bord d’un super train appartenant à Wilford (Ed Harris), faisant le tour du monde en boucle.

Soon after dispersing CW-7 the world froze. All life became extinct. The precious few who boarded the rattling ark are humanity’s last survivors.

18 ans plus tard, les privilégiés voyagent à l’avant avec tout le confort tandis que le reste est à l’arrière. Curtis Everett (Chris Evans) prépare une insurrection, avec l’aide de son mentor Gilliam (John Hurt). La révolte éclate lorsque Claude (Emma Levie) capture deux enfants. Andrew tente de riposter mais se fait neutraliser aussitôt par les gardiens qui lui gèlent le bras droit, sur ordre de la tyrannique Ministre Mason (Tilda Swinton).

Order is the barrier that holds back the flood of death. We must all of us on this train of life remain in our allotted station. We must each of us occupy our preordained particular position. Would you wear a shoe on your head? Of course you wouldn’t wear a shoe on your head. A shoe doesn’t belong on your head. A shoe belongs on your foot. A hat belongs on your head. I am a hat. You are a shoe. I belong on the head. You belong on the foot. Yes? So it is.

Curtis sonne la charge, aidé d’Edgar (Jamie Bell), Tanya (Octavia Spencer), Namgoong Minsoo (Song Kang Ho), Yona (Go Ah-sung). Le groupe remonte le train wagon par wagon.

Seuls Curtis, Namgoong et Yona parviennent à la tête du train. Curtis est obsédé par l’idée de rencontrer Wilford en personne alors que Namgoong veut faire sauter la porte avant du train, convaincu qu’il est possible de vivre à l’extérieur.

Curtis finit par rencontrer Wilford qui le félicite pour son parcours.

I believe it is easier for people to survive on this train if they have some level of insanity. As Gilliam well understood, you need to maintain a proper balance of anxiety and fear and chaos and horror in order to keep life going. And if we don’t have that, we need to invent it. In that sense, the Great Curtis Revolution you invented was truly a masterpiece.

Wilford invite Curtis à devenir le pilote du train, en insistant sur le fait que l’humanité a besoin d’un guide.

You’ve seen what people do without leadership. They devour one another.

Curtis est tenté. Il refuse néanmoins après avoir découvert que ce sont des enfants qui font tourner les moteurs du train, n’hésitant pas à sacrifier son bras (cf 127 heures) pour arrêter le mécanisme et aider le petit Timmy à sortir.

Yona fait exploser la porte avant du train, ce qui déclenche une avalanche et fait dérailler la machine. Les deux seuls survivants sont Yona et Timmy qui entament leur traversée du désert blanc. Ils aperçoivent au loin un ours polaire.

niqsie7

L’EXPLICATION

Snowpiercer, c’est la validation d’une structure en place.

Le Transperceneige représente un système, comme l’explique très bien Wilford.

The train is the world.

Ce système fonctionne en circuit fermé puisque le train fait le tour du monde en un an, inlassablement. Tout n’est qu’histoire de cycles. Chaque année, la même comédie recommence. À l’avant, on profite du confort de la première classe (cf Wall-E). On danse, on boit des cocktails. Pendant qu’à l’arrière, les conditions sont inhumaines, chaotiques, cannibales (cf La plateforme).

You ever been to the tail section? Do you have any idea what went on back there? When we boarded? It was chaos. Yeah, we didn’t freeze to death, but we didn’t have time to be thankful. Wilford’s soldiers came and they took everything. A thousand people in an iron box. No food, no water… After a month, we ate the weak… You know what I hate about myself? I know what people taste like. I know that babies taste best…

L’ordre règne malgré tout, grâce à plusieurs facteurs :

  • L’obligation de rester à bord qui repose sur la peur. Beaucoup d’entre nous songent à quitter leur emploi pour ouvrir un restaurant ou devenir fleuriste. Qu’est-ce qui les en empêche?
  • La force, puisque les soldats armés de LBD procèdent régulièrement à des épurations pour que l’autorité soit respectée (cf Un pays qui se tient sage), et pour faire un peu de place. Tout comme nous avons besoin de conflits armés dans le monde (cf Lord of War) dans le but de pouvoir juguler la surpopulation mondiale – nécessaire au profit par ailleurs.
  • La propagande, dès le plus jeune âge. Tout comme les médias dominants semblent parler du peuple d’une seule et même voix.

I heard all Tail Sectioners were lazy dogs and they all drink their own shit.

Dans ce système, ceux de l’arrière mangent leur pain quotidien, sans savoir qu’il s’agit d’un concentré de cafards. Ils ne méritent pas mieux. Après tout, ce sont des protéines!

L’ambiance est à la résignation.

You have to lead us. What does steak taste like again? I had it once, but I can’t remember.

If you can’t remember then it’s better to forget.

Bien que la situation soit parfaitement insupportable, personne n’ose broncher.

Know your place. Keep your place. Be a shoe.

Ce dont celles et ceux de l’arrière ont besoin pour sortir de leur condition, c’est d’une tête. Quelqu’un qui va avoir le courage de mener la fronde en leur nom (cf Joker), afin de leur donner le sentiment qu’ils améliorent leurs conditions de vie. Quelqu’un de charismatique comme Curtis.

You have to lead us.

Il est facile de trouver des raisons de détester un système inégalitaire. Se mettre en résistance donne une bonne raison de vivre. Par contre, il est plus compliqué d’accepter certaines cruelles vérités. Comme par exemple le fait que les plus démunis ont aussi besoin des possédants d’une certaine manière (cf Parasite). Le système, en réalité, s’auto-nourrit. Un tandem ou un serpent dans l’avion qui se mord la queue?

The front and the tail are supposed to work together.

Dénoncer les dérives est facile. Personne n’a véritablement envie de prendre les commandes pour s’attaquer aux problèmes. Quelles solutions proposer?

  • Opter pour l’électrique, en fermant les yeux sur le fait que cette énergie soit nucléaire avec des déchets dont on ne sait rien faire (cf Into Eternity).
  • Jeter son smartphone sous prétexte qu’il nécessite l’extraction de métaux rares, très polluants.
  • Abandonner ses belles baskets parce qu’elles entretiennent une forme d’esclavagisme moderne.
  • Ne plus prendre l’avion et accepter de partir en vacances au camping.

Changer son mode de vie en renonçant à son petit confort de façade? Sommes-nous vraiment prêts pour les sacrifices qu’imposent la décroissance? L’équation complexe qui se pose à l’humanité semble tout simplement impossible à résoudre.

Les experts s’accordent pour dire que le capitalisme n’est certainement pas le meilleur système qui soit, mais qu’il est le moins pire que nous connaissons. Un discours un peu fataliste et en même temps peut-être pas si bête. Lorsque le train déraille, Timmy et Yoona sont les deux seuls survivants de l’humanité.

Bon courage!

snowpiercer

Imaginons la suite : ils vont devoir s’accoupler pour préserver l’espèce. Or, Timmy n’est encore qu’un enfant. Et si le couple parvient à survivre à l’hiver, ils devront repartir de zéro.

Si l’ours polaire est un signe de vie, il est aussi le signe d’une vie sauvage à laquelle nous ne sommes plus habitués. Les ours ont l’air sympa dans les pubs ou dans certains documentaires (cf Grizzly Man). En réalité, ils le sont beaucoup moins (cf The Revenant).

Yoona n’avait que la liberté en tête. Maintenant qu’elle se retrouve seule avec Timmy dans la neige, l’histoire est différente. La lumière fait mal aux yeux (cf Matrix). Peut-être regrette-t-elle de ne plus être dans ce train de malheur?

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

4 commentaires

    • Merci Amandine. Quelle est ta compréhension de ce film?

      • Pour moi c’est une critique social d’un schéma pyramidal comme on le retrouve dans Métropolis en y ajoutant une bonne dose de violence spécifique à une grande partie du cinéma coréen de la part de cinéastes marqués par la dictature et qui nourrissent un besoin de rébellion

      • On pourrait meme dire un schéma pyramidal diabolique puisque lancé à pleine vitesse, qui tourne en rond… mais qui peut finir par sortir des rails finalement.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.