DAS BOOT

DAS BOOT
Wolfgang Petersen, 1981

LE COMMENTAIRE

Les marins sont des aventuriers: Kersauson, Cammas, Desjoyeaux, Autissier. Le marin est pourtant plus que ça. C’est un personnage ombrageux à l’image de Capitaines mythiques comme Achab, Nemo ou Quint. Ces vieux loups de mer sont des âmes solitaires, tourmentées et romantiques qui savent apprécier un coucher de soleil à l’horizon. Ces philosophes profitent de leur exil pour réfléchir ensemble aux grands mystères de la vie, comme de savoir d’où l’on gueule le plus fort entre bâbord et tribord.

LE PITCH

L’équipage du sous-marin allemand U-96 s’apprête à prendre la mer.

L’HISTOIRE

En 1941, la 2e Guerre Mondiale fait rage et l’Allemagne Nazie, au sommet de sa forme, sème la terreur sur terre, dans les airs et en mer. Le lieutenant Werner (Herbert Grönemeyer) travaille comme correspondant et doit accompagner l’équipage du sous-marin U96 qui s’apprête à quitter La Rochelle. Il se retrouve dans un bordel, au beau milieu d’une beuverie au cours de laquelle Thomsen (Otto Sander), ivre, se laisse aller à des commentaires déplacés à l’encontre d’Hitler.

Le Capitaine du U96 (Jürgen Prochnow) est quant à lui plus silencieux. Il a pas mal navigué, c’est le cas de le dire, et il appréhende ce voyage qu’il sait particulièrement dangereux puisque les Allemands ont pour mission de torpiller les bateaux de ravitaillement américains ainsi que les navires de guerre anglais. Après des adieux émouvants entre officiers allemands et prostituées françaises, le sous-marin U96 quitte fièrement le port sous les applaudissements.

Après quelques jours sans rien à signaler, le sous-marin repère enfin un destroyer mais n’a pas le temps d’attaquer qu’il se fait bombarder par la Royal Air Force. Les trois semaines suivantes sont marquées par des tempêtes terribles qui mettent le moral des troupes à dure épreuve.

They made us all train for this day. « To be fearless and proud and alone. To need no one, just sacrifice. All for the Fatherland. » Oh God, all just empty words. It’s not the way they said it was, is it? I just want someone to be with. The only thing I feel is afraid.

Le U96 a enfin l’occasion de couler son premier convoi britannique. Les marins se félicitent. Ils ont le sentiment du devoir accompli même si le Capitaine ne peut s’empêcher de regarder les bateaux sombrer dans les flammes non sans une certaine amertume.

Alors que les membres du U96 s’attendaient à rentrer à La Rochelle pour Noël, ils apprennent qu’ils doivent faire escale à La Spezia. Après avoir traversé le très risqué détroit de Gibraltar, l’équipage se ravitaille à Vigo auprès du SS Weser et sont reçus en héros. Pris en embuscade au moment de retraverser le détroit, le U96 s’en sort miraculeusement, porté par la détermination de son Capitaine.

They won’t catch us this time! Not this time! They haven’t spotted us! No, they’re all snoring in their bunks! Or, you know what? They’re drinking at the bar, celebrating our sinking! Not yet, my friends. Not yet!

L’engin est victime d’un incident technique qui le contraint à plonger. Prisonniers des profondeurs et bientôt à court d’oxygène, les ingénieurs travaillent d’arrache pieds pour réparer les dommages et permettre au submersible de remonter à la surface.

À bout de nerfs et de forces, l’équipage parvient à regagner les côtes françaises tant bien que mal. Une fois arrivé à bon port, ils se font piéger par une attaque aérienne. Les marins tombent comme des mouches et le Capitaine, mortellement blessé, regarde avec tristesse son sous-marin couler dans la rade.

L’EXPLICATION

Das Boot c’est tout est bien qui finit mal.

Le sous-marinier n’est pas n’importe quel marin. Il est celui qui par définition va sous l’eau. Il espionne. Il fait son sale boulot sans faire de vague et frappe discrètement.

So, what’s it like down there, in a submarine?

It’s… quiet.

Le sous-marin est sournois. À l’époque où le radar est balbutiant, on ne peut pas le détecter facilement. Grâce à cet avantage injuste, le U96 peut exercer sa menace librement. Il est comme le requin blanc des Dents de la Mer à l’affût des plagistes. Il est le terroriste de l’océan.

Ces Allemands ne sont clairement pas des SS. Ils se retrouvent martyrs malgré eux pour la gloire d’un Führer sanguinaire. Le Capitaine n’a d’ailleurs absolument rien à voir avec ces officiers détestables qui braillent et se saoulent comme des porcs. Il a la classe avec sa barbe et ses mains dans les poches. Il se distingue des autres car ce qui lui importe c’est que ses garçons reviennent vivants plus que le nombre de bateaux qu’il va accrocher à son tableau de chasse. Il a un peu plus de noblesse et de sagesse. Werner est impatient d’aller au feu comme Rafterman. Le Capitaine lui rappelle que le plus dur, c’est surtout de rentrer.

Take photos of the crew returning. Not putting out to sea.

On est plongé dans cette guerre de manière troublante au côté d’un ennemi qui n’a pas demandé à l’être et qu’on découvre humain. On a donc forcément mal au coeur de voir ces marins, qui sont d’abord des hommes, se faire canarder bêtement à leur retour. On s’identifie et on repense à tous ces projets sur lesquels on a travaillé comme des fous et qui ont fini par avorter juste avant de voir le jour. On compatit. Ces pauvres Allemands ont traversé tant d’épreuves épiques, avec courage, pour finalement se faire tirer dans le dos alors qu’ils pensaient être rentrés – un peu comme si on mourrait pendant un week-end. On n’aime pas l’idée de n’être sûr de rien. On déteste le sentiment de ne jamais être à l’abri.

On a donc le mal de mer. Il faut se rappeler qu’en période de guerre, l’heure n’est plus aux politesses. On ne peut pas avoir de pitié. Le traître que représente ce sous-marin doit finir par être repris. Il ne peut pas en être autrement. On ne saurait oublier ce pourquoi ces officiers sont en mer. Ces Allemands ne sont peut-être que des pions et c’est regrettable. Ils se sont retrouvés sur l’échiquier. Ils sont donc complices.

L’Allemagne Nazie est en train de perdre la bataille de l’Atlantique. C’est le début de la fin. On va quand même pas se mettre à chialer. À l’heure où les repères entre la droite et la gauche sont brouillés, il est plus que nécessaire de se rappeler quel est son camp.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s