PUSHER 3 : L’ANGE DE LA MORT

PUSHER 3 : L’ANGE DE LA MORT

Nicolas Winding Refn, 2006

LE COMMENTAIRE

Les carnivores mangent des tripes, du museau, des grenouilles et tout un tas d’autres choses répugnantes comme du fromage de tête. Ce sont des êtres paradoxaux puisqu’ils ne s’offusquent pas de déguster du cheval alors qu’ils refusent bizarrement de toucher au chien – sauf en Asie. Au nom de quel prétexte idéologique refusent-ils de franchir la frontière cannibale? Une carcasse de boeuf ou d’homme n’est jamais rien d’autre qu’un morceau de viande une fois au bout d’un crochet de boucher.

LE PITCH

Un baron de la drogue a le blues du businessman.

LE RÉSUMÉ

Après de nombreuses années dans les affaires, Milo (Zlatko Burić) se rend à une réunion des narcotiques anonymes.

My name is Milo. I’m a drug addict.

Il n’essaie pas d’y trouver de nouveaux clients, il essaie tout simplement de décrocher (cf Le dernier pour la route) pour l’anniversaire de sa fille Milena (Marinela Dekic). 5 jours de sevrage seulement et il est sous tension.

Il faut dire qu’en parallèle, Milo doit gérer une grosse livraison d’héroïne. Son fournisseur Albanais Luan (Kujtim Loki) lui procure une grosse cargaison de pilules à la place. L’ecstasy, Milo ne sait pas faire. Alors il se rapproche de Little Muhammed (Ilyas Agac), un jeune dealer aux dents longues, qui va pouvoir écouler la marchandise grâce à ses réseaux sociaux.

Pendant ce temps, Milo se met aux fourneaux. Malheureusement sa cuisine rend tout le monde malade.

Do not eat Milo’s food.

Alors il se rabat sur du poisson pour éviter un désastre. Chez un traiteur asiatique, il croise Kurt (Kurt Nielsen) qui lui fournit une dose d’héroïne. Milo replonge et fume pour se détendre. D’autant qu’il n’a pas de nouvelle de Little Muhammed.

Il est contraint de demander un délais à Luan qui en profite pour exiger que Milo mette à disposition sa cuisine afin de réaliser une négociation avec un proxénète Polonais. La drogue ça va. Le commerce de mineures, très peu pour Milo. Dégoûté par toute cette vulgarité, le parrain finit par tuer les deux hommes.

Il retrouve la trace de Little Muhammed grâce à un flic corrompu. Sous la torture, le dealer avoue à Milo qu’il a acheté des pilules… de sucre! C’est sans scrupule qu’il va pouvoir découper l’Albanais et le Polonais grâce à son ami de toujours, Radovan (Slavko Labovic), reconverti dans le kebab.

What the fuck? Milo, you said there was only one body. Who’s that guy?

An Albanian.

Milo retourne chez lui au petit matin. Milena avait à peine remarqué que son père s’était absenté. L’homme se fait une clope, seul face à sa piscine vide.  

L’EXPLICATION

Pusher 3, c’est tout est chaos.

Milo est définitivement un vieil homme dans un monde qui ne fait pas de cadeau aux personnes de son âge (cf No Country for Old Men). Les 25 ans de sa fille se chargent bien de lui rappeler qu’il est désormais un dinosaure. Milena a du caractère. Elle n’a déjà plus besoin de son père. Par ailleurs, les propos presque macroniens (cf Le casse du siècle) que Little Muhammed tient à son égard lui font comprendre qu’il est temps de passer la main. Le nouveau monde presse!

If you wan’t to survive, you have to depend on the new generation.

En face de Milo, personne n’ose lui dire que sa cuisine est avariée. Non pas par respect puisque lorsqu’il a le dos tourné, tout le monde se moque de lui. Les jeunes brigands pensent qu’il est largué. Comme Solozo pensait de Vito Corleone (cf Le Parrain) qu’il avait fait son temps.

He’s a stupid fuck, who can’t tell the difference between a vitamin and ecstasy.

Milo est néanmoins un gangster qui a su traverser les années (cf Pusher, Pusher 2). C’est une performance de rester en vie dans une industrie coupe-gorge. Cela devrait être à son honneur. Sauf que tout le monde s’en fiche aujourd’hui. Ça ne veut plus rien dire. Les sages ont leur place aux cimetières des éléphants. Seul ne compte que l’instant. Personne souhaite prolonger l’oeuvre de Milo. Les jeunes souhaitent simplement prendre sa place – et son oseille. Les valeurs se perdent.

Milo encaisse. Ce n’est pas au vieux singe qu’on va apprendre à faire la grimace. Même s’il a le cuir dur, il n’en reste pas moins homme avec ses faiblesses – son addiction pour la drogue – et sa sensibilité. Il est un peu à l’image de Tony Soprano, le mafieux victime de crises d’angoisse.

Don’t be so stressed, Milo. It’s not healthy for an old man like you to get so stressed.

Il a aussi pour lui un amour propre qui lui offre un sursaut d’orgueil. Cet entrepreneur old school ne va pas se laisser faire par la génération start-up.

You work for us now.

I work for nobody.

Nous évoluons dans un monde qui n’a plus grand chose de noble (cf Barry Lyndon). Ce Danemark est bien triste. Les notions de respect ont disparu. Reste encore l’amitié de Radovan, bien que celle-ci soit également arrivée à échéance.

Listen to me: I will help you this time. But then you shall never ask of my help again.

Milo qui se ramollissait sur ses vieux jours finit par faire le ménage en coupant les têtes de ses successeurs. Il n’a jamais été tendre de nature. Il se retrouve tout seul dans la grisaille matinale. Sa fille ne lui fait même pas un petit calinou avant de remonter se coucher. Personne n’en a plus rien à faire de rien. Alors Milo doit affronter le spectacle pathétique d’une piscine sans eau ni enfants pour jouer dedans. Il est traversé par le même sentiment de solitude extrême que celui de Michael (cf Le Parrain 2) car ce chaos, il en est en grande partie responsable. Le parrain a façonné ce monde à sa façon, en semant les graines de petites frappes pour mieux leur couper l’herbe sous le pied. Il contemple son oeuvre raté comme un Dieu un peu triste du haut de sa piscine vide.

LE TRAILER

https://www.youtube.com/watch?v=XH_ZdNmRB6E

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.