BLUE VALENTINE

BLUE VALENTINE

Derek Cianfrance, 2010

LE COMMENTAIRE

Jeanne Moreau a chanté le tourbillon de la vie (cf La baie des anges). Un mouvement qui nous emporte et nous fait souffrir si l’on essaie de nager à contre-courant. Le manège d’Etienne Daho, qui fait tourner la tête jusqu’à donner la nausée parfois.

LE PITCH

Un couple finit par s’éroder avec les années.

LE RÉSUMÉ

Cindy (Michelle Williams) est une jeune étudiante qui ambitionne de devenir médecin. Elle s’occupe de sa grand-mère en Pennsylvania. Son petit ami Bobby (Mike Vogel) fait de la lutte greco-romaine (cf Foxcatcher).

De son côté, Dean (Ryan Gosling) a quitté sa Floride pour Brooklyn où il travaille comme déménageur. Il fait la rencontre de Cindy dans la maison de retraite de sa grand-mère. Pas de coup de foudre, mais une connexion indéniable.

Cindy a récemment été violée par Bobby. Elle est enceinte. Dean est là pour la rassurer. Il lui propose d’élever l’enfant ensemble.

Cinq ans plus tard, le mariage bat sérieusement de l’aile (cf Les noces rebelles). Le couple s’est installé à la campagne. Cindy est amère plus que jamais. Elle est devenue infirmière dans une clinique où elle se fait draguer par le docteur avec lequel elle travaille. Quant à Dean, il a perdu ses cheveux et s’est laissé pousser la moustache. Il vit de petits boulots tout en essayant de maitriser sa consommation d’alcool.

Conscient que la flamme est sur le point de s’éteindre, Dean propose un week-end en amoureux à Cindy. Plutôt que de s’étreindre, le couple s’empoigne. Les reproches fusent.

We rarely sit down and have an adult conversation because every time we do… you take what I say and turn it around into something that I didn’t mean. You just… twist it. Start blabbing. Blah-blah-blah-blah-blah.

Cindy s’enferme dans la salle de bains puis s’eclipse discrètement le matin pour se rendre à la clinique. Dean se réveille en panique. Il l’y retrouve et fait un scandale. Cindy perd son job. Elle demande le divorce.

I’m so out of love with you, I’ve got nothing left for you, nothing, nothing. Nothing, there is nothing here for you!

Effondré, Dean l’implore de lui donner une seconde chance.

Baby, you made a promise to me, okay? You said, « for better or worse. », you said that, you said it. It was a promise.

I’m sorry.

Now this is my worst, okay? This is my worst. But I’m gonna get better. You just gotta give me a chance to get better.

Ciny n’a plus de patience, ni d’espoir. Dean quitte finalement la maison la queue basse, même si la petite Frankie le supplie de revenir. Qu’ils semblent loin les jours heureux (cf Marriage story)…

L’EXPLICATION

Blue Valentine, c’est l’importance de savoir où l’on met les pieds.

On peut penser sa vie de manière complètement dépassionnée, en se disant que le plus important est de servir ses propres intérêts avant de disparaitre. En espérant secrètement que la vie continue par la suite et qu’on sera rétribué d’une manière ou d’une autre pour tout ce travail de titan, mais sans avoir aucune garantie. Dans cette configuration, on ne fait pas de drame. On prend la vie comme elle vient, au jour le jour. En essayant avant tout de rester pragmatique. Apprécier cette vie bien qu’elle manque de saveur.

C’est pourquoi la majorité d’entre nous choisit l’autre pilule (cf Matrix) : une vie plus romantique, avec plein de rebondissements (cf Jeux d’enfants). Remplie d’émotions en tout genre. Sauter dans l’inconnu (cf Titanic). Un électrocardiogramme aux allures de montagnes russes. Le coeur qui bat très fort sans qu’on puisse se l’expliquer. L’Amour n’est précisément pas une science exacte. Ce qui n’est pas forcément bon pour soi peut se révéler être vital malgré tout (cf Phantom Thread).

In my experience, the prettier a girl is, the more nuts she is, which makes you insane. You’re probably nutty, coo-coo crazy. It’s not your fault, you know? Just like, everybody treats you different, you know? Like, you make jokes and they’re not funny, but people laugh anyway. That’s gotta make you nuts.

Dans cette configuration, on s’accommode de presque tout ce qui ne nous plait pas. On ne fait surtout pas de contrat de mariage (cf Intolérable Cruauté). Pour quoi faire? À la vie, à la mort! Pour le meilleur et pour le pire résonne pourtant bien comme la clause d’un contrat qu’on fait mine de ne pas voir – emporté par l’enthousiasme du moment. L’Amour rend aussi fort qu’il rend aveugle. Au moment de se marier, on se sent capable de décrocher la lune. Pas le moment de raisonner comme un assureur en anticipant le pire. On ne vit pas pour cela. Et pourtant…

Cindy et Dean auraient dû voir que le chemin qu’ils ont décidé de prendre ensemble était parsemé d’embûches. Qu’il allait les conduire immanquablement à l’échec.

Avant de se lancer dans cette aventure, ils auraient été bien inspirés de faire une petite évaluation des risques car certains indices étaient déjà évidents. Rien de ce qui leur arrive n’est surprenant. La grand-mère de Cindy avait raison.

You gotta be careful with the person you fall in love is worth it… to you.

Le temps va se charger de détricoter leur union fragile. Au fur et à mesure des disputes, les mots font de plus en plus mal.

I like how you can compliment and insult somebody at the same time, in equal measure.

Cindy et Dean n’avaient pas la même ambition. Ils s’expliquent mais il est désormais trop tard.

Look, I didn’t want to be somebody’s husband and I didn’t want to be somebody’s dad. That wasn’t my… goal in life. For some guys it is – wasn’t mine. But somehow, I’ve… it was what I wanted. I didn’t know that and it’s all I wanna do, I don’t want to do anything else. That’s all I want to do. I work so I can do that.

Ils arrivent toujours à la même conclusion pénible : le couple ne fonctionne plus. C’est comme cela. L’amour a disparu. Ils se retrouvent dans une impasse.

We’re not good together, we’re not good anymore. The way we treat each other.

Ils ont fait le choix de jouer le jeu. Cela n’a pas marché. Ils ont tout donné, pour finalement tout perdre. Vu leur caractère, cela ne pouvait évidemment pas se passer dans le calme. La séparation les fait souffrir mais après tout, c’est le choix qu’ils ont fait. Ils sont cohérents jusqu’au bout.

La fin est souvent triste. Au moins, la leur ne sera pas tragique (cf American Murder)!

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.