PHANTOM THREAD

PHANTOM THREAD
Paul Thomas Anderson, 2017

LE COMMENTAIRE

Il n’y a que dans les délires de Walt Disney que les couples vivent heureux, avec beaucoup d’enfants, pendant longtemps et continuent à partager ensemble un amour intact. Dans la réalité moins édulcorée du quotidien, on sait très bien que le couple souffre de l’usure. Les sourires laissent place aux silences. La connivence se transforme en inimitié. Le verre entre les deux est à moitié vide.

LE PITCH

Un grand couturier tombe amoureux d’une grande serveuse.

LE RÉSUMÉ

Reynolds Woodcock (Daniel Day Lewis) habille la haute société Londonienne des années 50. Son talent et son obsession ont fait de lui le couturier le plus prisé de la ville pendant que sa soeur Cyril (Lesley Manville) s’occupe des affaires courantes.

Sentant son frère un peu las, Cyril lui conseille de prendre un petit break à la campagne. Il s’execute et y tombe amoureux d’Alma (Vicky Krieps), une jeune serveuse étrangère.

I feel as if I’ve been looking for you for a very long time.

Alma partage la vie de Reynolds (et de Cyril) en tant que muse, assistante et partenaire du créateur. Vivre avec Reynolds n’est pas de tout repos. Il a besoin de calme sinon il fait des caprices.

The tea is leaving, but the interruption is staying right here with me!

Dans ce Londres aseptisé, Alma fait bien trop de bruit. Plutôt que de se faire discrète, elle essaie au contraire de le surprendre un soir avec un dîner romantique qui tourne au fiasco pour une sombre histoire d’asperges cuites au beurre.

Is this an ambush? Are you sent here to ruin my evening? And possibly my entire life?

Un drame plus tard, Reynolds se voit confier la confection de la robe de mariée de la Princesse Mona Braganza (Lujza Richter). Alma folle de jalousie l’empoisonne afin de mieux le récupérer. Sortie de son intoxication, Reynold la demande aussitôt en mariage.

Quelques temps plus tard, de nouveau dans la tourmente, le couple règle une nouvelle dispute à coups de champignons. Et la vie continue.

183565-phantom-thread-daniel-day-lewis

L’EXPLICATION

Phantom Thread c’est une relation vénéneuse.

La relation entre Reynolds et Alma est noble au sens où elle n’est pas le fruit d’un site de rencontres. Elle s’est passée de manière organique, au hasard d’un matin. Elle est belle. Ils n’ont pas couché le premier soir. Ils y sont allés tout doucement, avec délicatesse.

Whatever you do, do it carefully.

Et puis les choses se sont emballées presque naturellement car Alma et Reynolds ont des tempéraments orageux. Nous avons tous un côté sombre. Lui est aussi précieux que sa maison de luxe.

I cannot start my day with a confrontation. I simply have no time for confrontations.

Elle, de son côté, continue de faire du bruit au petit déjeuner et refuse d’écouter les conseils de Cyril.

Ce couple là est donc loin d’être parfait. Reynolds et Alma sont tellement différents. Leur relation en devient complètement toxique. Il cherche à se débarrasser d’elle en l’accusant de lui faire perdre son identité.

Her arrival has cast a very long shadow.

Elle se venge d’une manière qui rend sa présence légitime, en empoisonnant son amant et en renvoyant le docteur. Alma se rend essentielle. Sorti de son hallucination qui l’aura vu parler à sa défunte mère, Reynolds rend les armes et propose à Alma de se marier. Ce qui ne va pas les empêcher de continuer à souffrir :

Alma d’ennui. Elle veut danser, danser, danser.

Reynolds de jalousie. Il ne supporte pas qu’elle puisse flirter avec le Docteur Hardy (Brian Gleeson), quasiment sous son nez.

Alors elle va l’empoisonner à nouveau, pas au point de le tuer mais juste assez pour le transformer en esclave. C’est une déclaration d’amour.

I want you flat on your back. Helpless, tender, open with only me to help. And then I want you strong again. You’re not going to die. You might wish you’re going to die, but you’re not going to. You need to settle down a little.

Il n’en demande pas tant. Alma lui offre l’oxygène dramatique dont il a besoin pour vivre et créer. Il lui offre l’exigence dont elle a besoin pour ne pas s’enliser dans un petit confort. Ces deux là dépendent du mal qu’ils se font. Ils ne peuvent s’épanouir que dans ce modèle. Il a besoin d’une mère. Elle se satisfait totalement d’être son absolue. Il est invivable. Elle est meurtrière. Le compte est bon.

Si la relation est toxique, elle dure. Alma est ce tissus caché dans la robe de Reynolds. Elle est son secret, celle qu’on ne voit pas, la travailleuse de l’ombre sans laquelle le créateur n’est rien. Il a besoin d’elle. Il ne peut pas l’ignorer comme la précédente qui se plaignait d’être transparente et qui a finit par disparaître pour de bon. Alma s’est fait une place. Elle a gagné l’estime de Cyril. Elle bouscule Reynolds et l’empêche de stagner.

A house that doesn’t change is a dead house.

C’est grâce à elle s’il a toujours faim.

I’m hungry.

Il la pousse à l’excellence. Elle le ramène sur terre en lui confectionnant des petits plats à base de champignons vénéneux. Reynolds et Alma n’ont pas un fonctionnement classique et néanmoins ils ne peuvent pas se passer l’un de l’autre. Ils font partie de ces couples que le grand public ne veut pas comprendre pour la simple et bonne raison qu’il ne peut pas les comprendre. Reynolds et Alma sont à l’image d’Amy (cf Gone Girl) ou de Maria Elena (cf Vicky Cristina Barcelona). La dynamique de leur duo est similaire au couple Johnny Hallyday / Laeticia Boudou. Ils sont extrêmes. Ils laissent perplexes. Au moins ils auront eu l’impression d’avoir vécu.

L’amour peut parfois pousser à faire n’importe quoi. C’est de l’amour fou. Et la plus belle preuve d’amour n’est pas forcément un joli bouquet de tulipes, plutôt une petite omelette aux champignons. Ce n’est pas l’amour qui donne des papillons dans le ventre, c’est l’amour qui fait vomir.

You are not cursed. You are loved by me.

Trop bercés par Hélène et les Garçons ou les films romantiques de Claude Lelouch, on a peut-être tout simplement oublié ce que c’était l’amour, le vrai. Aimer à perdre la raison. Aimer à s’en rendre malade.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

  • Votre analyse des rapports entre Reynolds et Alma est ce que j’ai trouvé de mieux sur la « Toile ». Je retiens particulièrement ceci : « Ces deux là dépendent du mal qu’ils se font. Ils ne peuvent s’épanouir que dans ce modèle ». Bien vu. Bien senti. Bien compris. Bravo.

    • Merci pour ce commentaire Liliane. Avez vous remarqué ces couples qui s’engueulent sans arrête et qui durent?

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.