SHUTTER ISLAND

SHUTTER ISLAND
Martin Scorsese, 2010

LE COMMENTAIRE

Le groupe Oasis l’a suffisamment répété. Travis Bickle a fait l’erreur (cf Taxi Driver). David Mann en a fait des cauchemars (cf Duel). Emmanuel Macron est tellement convaincu que sa République avance mieux en marche avant qu’il en a fait le nom de son BDE. Un autre obsédé du progrès, Steve Jobs, disait qu’il fallait être prêt à prendre ce qu’on fait et le jeter à la poubelle si nécessaire. Tout le monde semble d’accord: il ne faut pas regarder en arrière. Même si on a envie. Se retourner c’est caca.

LE PITCH

Le Marshall Teddy Daniels (Leonardo DiCaprio) mène l’enquête.

LE RÉSUMÉ

Teddy fait équipe avec Chuck Aule (Mark Ruffalo). Les deux détectives débarquent sur Shutter Island pour enquêter sur la disparition de Rachel Solando (Emily Mortimer), internée à l’hôpital Ashecliffe après avoir noyé ses trois enfants.

L’endroit est lugubre bien qu’il semble familier à Teddy qui souffre de violents maux de tête. Le Dr. John Cawley (Ben Kingsley) ne semble pas très coopératif. Des faits étranges se multiplient sur cette île. Et Teddy n’arrête pas de faire des cauchemars de sa femme Dolores Chanal (Michelle Williams) morte dans un feu déclenché par un certain Andrew Laeddis (Elias Koteas). Elle lui confie que Solando et Laeddis sont toujours sur l’île. Il doit les trouver.

Un patient du nom de Noyce (Jackie Earle Haley) met Teddy en garde. Des choses louches ont lieu sur cette île. Certains malades seraient conduits au phare pour se faire lobotomiser. Et tout ceci ne serait qu’une mise en scène (cf The Game).

This is a game. All of this is for you. You’re not investigating anything. You’re a fucking rat in a maze.

Teddy commence à douter. On sait que le piège de l’hopital psychiatrique peut se refermer sur soi (cf L’Armée des 12 singes). Les hallucinations s’aggravent. Dolores le supplie de quitter cet endroit. Il veut partir.

I gotta get off this rock, Chuck. Get back to the mainland. Whatever the hell’s going on here, it’s bad.

Il ne peut pas car les conditions ne lui permettent pas. Et il est aussi déterminé à savoir ce qui se passe sur cette île, tel un Guillaume de Baskerville (cf Le Nom de la Rose). Au fil de son enquête il perd son partenaire, tombé d’une falaise bien que personne ne retrouve son corps. Teddy retrouve Rachel Solando qui confirme ses doutes. La clé de l’énigme se trouve dans le phare où il n’a pas le droit de se rendre.

Cawley y attend Teddy. Tout ceci n’était bien qu’une mascarade pour aider Teddy à admettre la réalité. Chuck Aule est en fait le Dr Sheehan. Rachel Solando est en réalité une infirmière. Teddy n’est plus US Marshall depuis longtemps. Il est Andrew Laeddis, pensionnaire à Ashecliffe pour le meurtre de sa femme Dolores, une maniaco-dépressive qui a noyé leur trois enfants. Plutôt que de reconnaître les faits, Andrew s’est conditionné mentalement pour devenir Teddy, un US Marshall violent qui a agressé d’autres patients et de nombreux gardes… au point que le Dr. Jeremiah Naehring (Max von Sydow) veut le lobotomiser pour le faire ‘revenir à la raison’.

Le Dr Cawley n’est pas fan de cette méthode radicale. Cette experience est donc une tentative désespérée pour sauver Andrew. En jouant pleinement son rôle, Andrew doit réaliser que sa théorie du complot ne tient pas debout. Il doit ouvrir les yeux de manière permanente, sans qu’on lui coupe un morceau de cerveau.

Après cette douloureuse prise de conscience, Andrew s’évanouit à la manière de Neo (cf Matrix). Lorsqu’il retrouve ses esprits, il semble pleinement conscient de ses actes. Cawley et Sheehan sont confiants. Quelques jours après, Andrew régresse à nouveau. Il semble reparti dans son délire. Sheehan fait alors signe aux gardiens.

Juste avant de partir, Andrew pose une question qui sème le trouble chez Sheehan.

Which would be worse – to live as a monster, or to die as a good man?

Il jette ensuite un dernier regard ambigu à Cawley avant d’accompagner les gardiens

shutter-island

L’EXPLICATION

Shutter Island, c’est respecter la volonté des autres.

Nous ne sommes pas seuls au monde et à ce titre nous devons donc composer en permanence avec autrui. Ce qui n’est pas toujours facile. Au travail, on a parfois du mal à accepter les décisions de ses collaborateurs. Les parents ont souvent du mal à accepter les souhaits de leurs enfants (cf We need to talk about Kevin ou L’Associé du Diable). Il en va de même dans le secteur de la santé où les malades et leurs docteurs forment des couples.

Le Dr. Cawley est un bon thérapeute. Il doit gérer des cas difficiles, voire même désespérés. Et néanmoins il garde la foi. Il a toujours bon espoir d’aider ses malades. À Ashecliffe, il a même réussi à créer un environnement relativement serein, où les personnes internées peuvent évoluer de manière autonome – sous le contrôle des gardiens bien sûr. Son secret, c’est qu’il ne juge pas.

It’s my job to treat the patients, not their victims. I’m not here to judge.

À l’inverse, le Dr. Naehring incarne un autre système de pensée dans lequel on désactiverait les malades dangereux en les transformant en légumes. Les monstres, on les supprime. L’analyse est simple. La solution est limpide.

Did you know that the word ‘trauma’ comes from the Greek for ‘wound’? Hm? And what is the German word for ‘dream’? Traum. Ein Traum. Wounds can create monsters, and you, you are wounded, Marshal. And wouldn’t you agree, when you see a monster, you… you must stop it?

En suivant cette logique, pourquoi ne carrément pas se débarrasser des patients plutôt que de les garder dans un état végétatif? La culpabilité? Après tout ça coute assez cher à la Sécu. En ces temps de ristournes, toutes les économies sont bonnes à prendre!

Le Dr. Cawley ne croit pas en cette théorie. Il est un bon thérapeute car il est persuadé qu’on peut travailler avec le cerveau plutôt que contre le cerveau. Il a confiance en la capacité de chacun à changer, à force de travail. Et pour cela, il est prêt à mettre en place des thérapies expérimentales innovantes et créatives. Plutôt que d’imposer un traitement à Andrew, il va adapter l’institution entière au délire de son patient.

Andrew vit dans le déni total. À l’image de John Nash (cf Un homme d’exception), il s’est fait un petit scénario qui lui convient parfaitement et dans lequel il porte le costume du héros. Et surtout, à l’image de Leonard (cf Memento), il se réinitialise pour mieux oublier.

You wanna uncover the truth? You gotta let her go.

I can’t.

You have to let her go!

I can’t! I can’t!

Then you’ll never leave this island.

Comme le fait remarquer le Dr Cawley, les mécanismes de défense d’Andrew sont impressionnants puisqu’il sait parfaitement ce qui s’est passé mais il fait d’immenses efforts pour ne pas l’accepter. Andrew apprécie la démarche de ses psychiatres pour l’aider à surmonter ce traumatisme mais il préfère s’en aller. La réalité lui est insupportable. Andrew est finalement le pire des patients pour le Dr Cawley puisqu’il prouve que sa méthode est la bonne tout en la désavouant.

On ne peut forcer personne, pas même lorsqu’il s’agit de sa propre vie ou santé. Il est nécessaire pour les docteurs d’accepter que leurs malades ne veulent parfois plus se battre. Tout le monde n’a pas forcément envie de don’t go gentle into that good night (cf Interstellar). Parfois les malades ont juste envie qu’on leur fiche la paix (cf Mar Adentro). Le Dr. Cawley a fait ce qu’il a pu. Il est déçu. Il échoue. Mais il ne juge pas et conformément à son éthique, il laisse les autres évoluer comme ils le souhaitent.

 

LE TRAILER

 

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.