SCHINDLER’S LIST

SCHINDLER’S LIST
Steven Spielberg, 1993

LE COMMENTAIRE

Religion ou pas, on peut très bien passer sa vie en pensant qu’on n’aura jamais à répondre de ses actes. Alors on se permet de faire n’importe quoi, en confiance, sans se soucier des conséquences. On profite du jour présent au maximum: en escroquant, en violant ou en tuant. Et puis un jour le passé revient comme un boomerang. Quand on déclenche des feux, on finit par avoir des cendres sur les mains un jour ou l’autre.

LE PITCH

Oskar Schindler (Liam Neeson) fait fortune sur le dos des Juifs.

LE RÉSUMÉ

À la veille de la 2e Guerre Mondiale, Oskar Schindler intrigue. On le voit souvent faire la fête à Cracovie accompagné de gradés de la Wehrmacht ou de dignitaires Nazis qu’il arrose soigneusement de cognac. Il possède une usine d’émail et va trouver de la main d’oeuvre pas chère dans le ghetto de Varsovie.

The standard SS rate for skilled Jewish workers is seven marks a day, five for unskilled and women. This is what you pay to the Reich Economic Office. The Jews themselves receive nothing. Poles you pay wages. Generally, they get a little more.

Il embauche ainsi Itzhak Stern (Ben Kingsey) comme comptable et profite de ses contacts sur le marché noir pour développer son activité.

Celui qui se fait appeler « Herr Direktor » entretient de bonnes relations avec le lieutenant Amon Göth (Ralph Fiennes) qui prend le commandement du camp de travail de Płaszów. Göth est un fou sanguinaire. Il abat les prisonniers en fonction de ses humeurs. Schindler est témoin de l’horreur qui règne dans le camp et soudoie Göth afin qu’il épargne les employés de son usine.

La guerre touche à sa fin. Les Allemands battent en retraite. Göth doit fermer le camp et transférer les prisonniers vers Auschwitz. Schindler obtient de Göth, moyennant finances, qu’il libère environ un milliers de Juifs pour qu’ils rejoignent son usine de Zwittau-Brinnlitz. Durant 7 mois, l’usine ne produira que du matériel de guerre défectueux. Schindler dépense le gros de sa fortune pour s’éviter des ennuis.

En tant que membre du parti Nazi, profiteur de guerre et criminel, il doit fuir pour échapper aux Soviétiques. Il s’adresse une dernière fois à ces hommes et ces femmes qui ont survécu grâce à lui, afin d’observer une minute de silence. Les rescapés signeront un papier attestant de son rôle durant ces sombres années et lui offriront une bague en or portant une inscription en Hébreu pour le remercier.

It’s from the Talmud. It says, « Whoever saves one life, saves the world entire. »

Avant de quitter les lieux, Schindler s’excuse de ne pas avoir fait plus. Moins de 4,000 Juifs vivent en Pologne aujourd’hui. On compte plus de 6,000 descendants des Juifs de la liste de Schindler.

MV5BNWU1M2Q2N2UtNTU2Yi00OWQ2LWFiZWUtM2ZmZTFhYWE0NTFmXkEyXkFqcGdeQXVyNzExODg1NTk@._V1_

L’EXPLICATION

La liste de Schindler, c’est se découvrir une conscience.

Schindler est un businessman, sans le moindre état d’âmes. Pour lui l’argent n’a pas d’odeur ou de race. Il se met bien avec les Nazis. Pas tant parce qu’ils partagent leurs idées que parce qu’ils vont devenir ses clients. Il boit du cognac avec les monstres. Il graisse des pattes car il sait comment le système fonctionne.

You could make things easier for me. I’d be grateful.

Les affaires forment le tissu social. Tout repose finalement sur des échanges commerciaux. Nous rendons des services aux autres pour lesquels nous sommes rétribués. C’est comme cela qu’on obtient la paix sociale. Même par temps de guerre ou le marché noir tourne à plein régime, y compris chez les Juifs qui négocient depuis le ghetto. Schindler l’a compris. Lui qui n’a jamais eu de succès jusque là profite de la guerre comme d’une aubaine.

In every business I tried, I can see now, it wasn’t me that failed. Something was missing. Even if I’d known what it was, there’s nothing I could have done about it because you can’t create this thing. And it makes all the difference in the world between success and failure.

Luck?

War.

La solution finale menace d’abord directement son business. C’est le moment où il prend conscience de la réalité de la guerre et de ses conséquences… économiques tout d’abord. S’il perd ses employés, il fait faillite. En tant qu’entreprise, il comprend qu’il ne peut pas se penser hors du monde. Il est dans le monde. Il cherche d’abord à préserver son investissement grâce à son sens des affaires et en usant de psychologie auprès de Göth le psychopathe.

Power is when we have every justification to kill, and we don’t.

Il observe ensuite ce qui se passe dans le ghetto, quand tout le monde préfère fermer les yeux. Il regarde avec consternation et dégoût les conditions de détention et les executions. Il prend conscience des implications… humaines. Ses motivations semblent changer. Schindler comprend aussi que l’Allemagne va perdre. Il ne peut éviter les déportations, les morts, les charniers. mais ses juifs sont toujours en vie. Il va dépenser une fortune. Il se rend même jusqu’à Auschwitz pour réparer une erreur administrative et récupérer quelques employées – contre quelques diamants. Il se moque du business, c’est la débâcle.

Ils ont été nombreux à la fin de la guerre à chercher à retourner leur veste. Schindler, au contraire, ne s’est pas cherché d’excuses. Il a endossé ses responsabilités. Son discours fut une manière de dire à ses employés que ce n’était pas personnel, que ça n’était que du business. Ça ne l’empêchera de fondre en larmes de honte.

Les Juifs le considèrent comme leur sauveur. Il est pourtant tout sauf un héros. Il conserve néanmoins sa dignité en plaidant coupable.

I am a member of the Nazi Party. I’m a munitions manufacturer. I’m a profiteer of slave labor. I am… a criminal. 

Il rend hommage aux Juifs qui se sont avant tout sauvés eux-mêmes, bravant la mort au quotidien.

Many of you have come up to me and thanked me. Thank yourselves.

Les Juifs feront plus que le pardonner. Ils l’honoreront.

Schindler s’est révélé au milieu de l’horreur. Au moment où il était plus facile de baisser les yeux que de s’ériger contre la barbarie Nazie toute puissante, il a fait preuve de caractère, de sensibilité, de générosité et de détermination. Schindler n’a pas changé l’eau en vin mais il a transformé une liste de mort en liste de vie.

The list is life. All around its margins lies the gulf.

Alors que les valeurs s’étaient effondrées, il a eu le courage de s’affirmer comme un patron remarquable, se souciant de ses employés plus que de son profit. Il a montré dans un contexte inhumain qu’il était possible de garder son humanité. Il fut le Nazi qui aura sauvé les Juifs.

 

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

6 commentaires

  • plus serieusement par rapport à votre dernière phrase, il a sauvé « des » juifs plus que « les » juifs. merci de correctionner. Mais d’autres nazis ont fait de meme à leur niveau.

    • Merci pour votre commentaire Julien. Je vais me permettre de ne pas corriger et je vais vous dire pourquoi.
      Si j’avais écrit « Il fut UN Nazi qui aura sauvé DES Juifs » : la phrase aurait été effectivement correcte. Vous avez raison. Schindler ne fut sûrement pas le seul Nazi à être venu en aide aux Juifs, en tout cas il faut l’espérer. Il faut préserver le mythe du bon Nazi (par opposition au mauvais Nazi, et là il faudrait demander leur avis aux Inconnus). Et on ne peut pas, dans ce cas, parler de tous les Juifs car Schindler n’en a sauvé que quelques centaines. Je vous suis.
      Néanmoins, dans cette histoire précise, Schindler est celui qui sauve les autres. Il est donc LE Nazi qui sauve LES Juifs. La formule se lit dans l’absolu. Et elle se lit bien. Elle se lit même très bien. Et puis si vous comprenez pas, c’est pareil. Je ne correctionne rien du tout.

  • merci de vos eclairements, je comprends mieux votre angle (mais j’en pense pas moins).

  • AMEN | Explication de Film

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.