THE PERFECTION

THE PERFECTION

Richard Shepard, 2019

LE COMMENTAIRE

Les filles vivent sous la pression constante d’être une lady : la bonne pose, le bon angle, la bonne attitude, le bon éclairage et le bon filtre. Ne pas bouger. Recommencer jusqu’à obtenir le résultat impeccable. Alors il est bien évident que lorsque les filles se retrouvent seules avec une gastro le long d’un chemin de campagne, la culotte en bas des chevilles, elles se sentent très loin de la perfection. La route parait encore bien longue.

LE PITCH

Deux solistes talentueuses décident de former un duo.

LE RÉSUMÉ

Charlotte Willmore (Allison Williams) faisait la fierté de Bachoff, une prestigieuse école de musique de Boston. Jusqu’à ce que sa mère tombe malade et qu’elle décide de tout arrêter pour veiller à son chevet. Quelques années plus tard, elle recontacte Anton (Steven Weber), le directeur de l’académie.

My mother finally passed away.

Elle le rejoint à Shanghai où il fait passer des auditions pour dénicher le talent asiatique de demain.

You can have the chance for greatness.

Le jury sera composé de Charlotte et de Lizzie (Logan Browning), sa remplaçante comme tête de gondole à Boston.

Les deux filles s’apprécient et entament même une liaison (cf la vie d’Adèle). Lizzie a quelques jours de vacances en Chine et invite Charlotte à rester avec elle. Toutes les deux partent dans un bus trip qui tourne au cauchemar. Lizzie semble avoir contracté un virus. Elle vomit des vers, puis des cafards lui sortent de la main. Ça tombe bien, Charlotte a une hache.

Lizzie s’en retourne à Boston avec une seule main, privée de son don. Anton la met dehors, avec un minimum de compassion.

This is a music conservatory, not a convalescent home.

Lizzie réalise qu’elle a été droguée par Charlotte, jalouse de son succès (cf Black Swan). Elle cherche à se venger (cf Kill Bill).

She took everything from me.

En réalité, elle comprend ce que Charlotte a tenté de faire.

I knew she got brainwashed just like I did. 

La libérer de l’emprise d’Anton qui harcèle ses élèves depuis l’adolescente en prétextant la recherche de l’excellence (cf Whiplash) pour mieux abuser d’elles – en compagnie d’autres professeurs évidemment. Charlotte et Lizzie ne doivent pas être les seules.

We don’t make mistakes here. (…) If you make a mistake: you pay the price.

Beurk.

I’m a taskmaster, but I’m not a monster.

Tout est question de point de vue.

Les deux filles joignent leur force pour affronter l’intouchable Anton auquel elles ne laissent que ses précieux testicules intacts. Pour le reste, elles lui coupent les bras et les jambes, lui cousent les yeux et sa bouche pour qu’il ne puisse plus faire d’autre que d’écouter leur musique – qu’elles fassent des fautes ou pas. Puni.

Capture d’écran 2020-04-07 à 14.06.49

L’EXPLICATION

La Perfection, c’est le prix de la liberté.

Contrairement aux apparences, la société n’est pas là pour favoriser les libertés individuelles. L’école nous formate et nous apprend à être obéissants (cf Les 400 coups) pour que nous puissions vivre en collectivité, comme des individus civilisés et pas comme des barbares. Nous suivons des règles de politesse et de bienséance. Sourire quand il faut sourire. Parler uniquement que lorsqu’on nous y autorise. Respecter l’autorité (cf Sur ma peau). Avoir le sens de la hiérarchie. La publicité décide de la direction du troupeau en nous invitant à rejeter la norme (cf 99 francs). Les influenceurs font du nivellement par le bas (cf The American Meme). De bons élèves, de bons enfants. À la fin, rien ne doit dépasser.

It’s what expected of us.

Certaines membres mal intentionnés de cette société profitent du système pour exploiter la docilité d’autres membres. On en trouve dans les églises (cf Spotlight), au bureau (cf Promotion canapé, Harcèlement, Scandale), dans la rue (cf Sleepers) ou malheureusement à la maison (cf Les chatouilles, Polisse, Split). Ils exercent une influence sur les autres pour les asservir, et les violer. Parfois, ils n’ont même pas conscience de mal agir (cf Leaving Neverland).

Were you abused? Is this what you would call what we did for you.

Peu importe, ces personnes agissent mal. Dans une société qui se vante de ne pas être barbare, on ne peut pas laisser des gens casser les autres de cette façon. C’est impardonnable.

Lizzie et Charlotte sont deux jeunes musiciennes douées. Elles sont également deux victimes.

We’re more alike that it may seem.

Malheureusement, les victimes sont tellement profondément prisonnières de cet engrenage qu’il peut leur être impossible de s’en sortir par elles-mêmes. Difficile de dire non quand on a l’impression qu’il est trop tard. Compliqué de parler. À qui?

Certaines finissent par croire que le problème vient d’elles, comme Charlotte. Le souvenir flou de cet homme nu s’approchant d’elle la hante. Elle développe une culpabilité et tente de se suicider. Certaines ne se rendent même pas compte, comme Lizzie. Elle croit tellement en la perfection qui selon elle, justifie une fellation en cas de fausse note.

Play through the pain

Les victimes peuvent avoir besoin d’un déclencheur pour les aider à ouvrir les yeux. Quelque part en terrain neutre. C’est ce que va proposer Charlotte à son amie lors d’un voyage au milieu de nulle part. Un moment qui permet à Lizzie de rompre avec la routine malsaine dans laquelle elle s’est retrouvée enfermée.

Unplugged from everything and everyone.

La route est longue encore. Comme si ça n’était pas suffisant, les victimes déjà blessées doivent également faire un sacrifice pour se sentir libre. En l’occurrence, Lizzie doit se couper la main pour pouvoir se détacher de son bourreau. Charlotte va également perdre son bras. D’une certaine manière, elles se libèrent de la perfection en renonçant à ce membre essentiel. Plus de musique, plus d’Académie, plus de sévices. Une autre vie devient possible. Anton est impuissant : il en perd ses bras et jambes. Le voilà hors d’état de nuire.

Capture d’écran 2020-04-07 à 20.43.37

Ce qui n’empêche pas les filles de continuer leur mélodie. Elles ne sont pas privées de musique. Désormais, elles jouent pour elles. Comprenant enfin que le mieux est l’ennemi du bien.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.