LES 400 COUPS

LES 400 COUPS
François Truffaut, 1959

LE COMMENTAIRE

L’école aujourd’hui forme l’élite de la nation ou des chômeurs plus qu’elle ne forme des citoyens libres, égaux et fraternels comme le voulait Condorcet. C’est parce que l’ascenseur social est en panne. L’école qui devrait nous permettre de nous trouver et ainsi nous rendre libres finit par faire tout le contraire. Ils sont nombreux ceux qui sortent de l’école et ont l’impression de vivre leur vie du mauvais côté du grillage (cf La Loi du Marché ).

LE PITCH

Antoine Doinel (Jean-Pierre Léaud) enchaîne les bourdes.

L’HISTOIRE

Doinel se retrouve au piquet puis chez le concierge pour avoir fait circuler une image érotique en classe et avoir écrit sur son désarroi sur le mur. Il promet l’enfer à son camarade qui l’a dénoncé:

Salaud Morisset! Dégueulasse!

Tes jours sont comptés Morisset!

Doinel préfère faire l’école buissonnière avec René (Patrick Auffay). C’est en se baladant dans Paris qu’il surprend sa mère (Claire Maurier) avec son amant en train de rejouer le baiser de l’Hôtel de Ville (de Doisneau).

À son retour à l’école, son maître lui demande un mot d’excuse, Antoine répond que sa mère est morte. C’est le mensonge de trop. Il se prend une belle paire de gifles par son beau-père (Albert Rémy) devant tous ses copains. S’en est trop pour lui aussi. Il fugue.

‘Chers parents, je comprend (sans s) la gravité de mon mensonge. Après cela la vie entre nous n’est plus possible.’

Inquiète, sa mère le retrouve le lendemain matin et tente de se le mettre dans la poche, par peur qu’il révèle la vérité à son beau-père.

On peut avoir des petits secrets tous les deux…

Convaincu momentanément par sa mère de l’importance de la littérature, il se prend de passion pour Balzac mais écope d’un zéro en composition. Son instituteur l’accuse d’avoir plagié la Recherche de l’Absolu. Balzac ne lui porte décidément pas chance puisqu’il met le feu à l’appartement laissant brûler une bougie en hommage à son auteur préféré.

Doinel sèche encore l’école avec René. Il va au ciné, il fume, il vole. À court de solution, son beau-père finit par l’emmener chez les gendarmes où Antoine passe la nuit en cellule en compagnie de prostitués. Il est confié à l’Inspection Surveillée et part en Centre d’Observation.

Sa mère ne lui rend visite que pour lui dire que ses parents ne pourront pas le reprendre.

Inutile de te plaindre auprès de ton père en jouant les martyrs. Il m’a chargée de te faire savoir qu’il se désintéresse complètement de ton sort désormais. 

Doinel profite d’une partie de foot pour s’échapper. Il se retrouve sur la plage, seul et sans nulle part où aller.

L’EXPLICATION

Les 400 coups c’est la dénonciation de la turbulence.

On dit souvent qu’il faut que jeunesse se passe: l’âge où tout est permis, où l’on essaie, on se trompe. On provoque. On flirte avec l’interdit. On fait des erreurs et on apprend. Si on ne le fait pas, c’est bien connu, ça nous explose à la gueule des années plus tard et on finit par tuer des gens. Il faut donc faire les 400 coups. Ainsi, dans l’épisode Bart contre l’Australie, Homer exhortait les Australiens à laisser leurs enfants faire les 400 coups, car comme le veut le proverbe bien connu: « Laissez vos enfants faire les 400 coups ». Nous n’avons même pas besoin de raison.

Faire des bêtises comme Doinel et finir comme Truffaut, c’est à dire la Nouvelle Vague, c’est à dire Godard, c’est à dire Louis Garrel, c’est à dire le Festival de Cannes… Il y a pire.

C’est ainsi qu’Antoine Doinel a donné des idées à toute une jeunesse en devenant un symbole de fronde et de liberté. Doinel a été érigé en héros, quasiment comme Gavroche. À l’école aujourd’hui, il est bien vu d’être le rebelle. Le porteur de bonnet d’âne d’hier est célébré aujourd’hui comme une vedette sur le petit écran (cf Cyril Hanouna).

On a même fait de l’instituteur une sorte d’ennemi grincheux, garant d’une autorité trop rigide, presque fasciste, qui brime les talents et ose mettre un zéro à la composition au futur Truffaut.

Sauf que…

Sauf que faire les 400 coups, si on en parle avec un soupçon de nostalgie aujourd’hui, ça n’était pas vraiment quelque chose dont on se vantait à l’époque. Sur le moment, ça n’était même pas du tout de la rigolade. Poussé à bout par son maître, Antoine Doinel a du véritablement rentrer en guerre contre l’institution. Il ne l’a pas fait de gaité de coeur.

Ici souffrit le pauvre Antoine Doisnel, puni injustement par Petite Feuille (Guy Decomble) pour une pin-up tombée du ciel. Entre nous ce sera dent pour dent, oeil pour oeil.

Doinel est un enfant non-désiré qui n’a pas reçu l’attention nécessaire, ses parents n’ayant déjà plus le temps de s’occuper de quelqu’un d’autre qu’eux-mêmes. Julien et Gilberte Doinel optent pour la solution de facilité.

Les colonies de vacances c’est pas fait pour les caniches.

Alors Antoine est contraint de fuir. Il veut montrer qu’il est capable de faire quelque chose de sa vie. Il ne le fait pas pour la frime. Il est acculé.

Je veux prouver que je peux devenir un homme.

Si le récit est autobiographique, alors les 400 coups ne sont certainement pas le moment le plus heureux de l’histoire de Truffaut puisque rappelons que le garçon finit quand même sans issue. Doinel est celui qui cherche à se construire en quittant le monde. C’est une erreur. On sait très bien comment finissent les jeunes aventuriers qui partent avec leur baluchon sur l’épaule et leur bite à la main (cf Into the Wild). Ils finissent pris au piège de cette plage de liberté qu’ils cherchaient tant.

Car Doinel n’est rien encore, ce que Petite Feuille savait:

Nous avons un Juvénal dans la classe mais il est encore incapable de distinguer un alexandrin d’un décasyllabe.

Doinel doit d’abord apprendre les règles avant de pouvoir s’en affranchir. Doinel le révolutionnaire va provoquer un cataclysme. Le maître ne croyait pas si bien dire lorsqu’il annonçait mai 68 avant l’heure:

Ah elle va être belle la France dans 10 ans!

En provoquant Mai 68, Doinel a certes permis de belles libertés. Il a aussi fait dérailler l’école. On n’a qu’à regarder où nous en sommes aujourd’hui. D’après l’OCDE, la France est l’un des pays où le milieu social influe le plus sur le niveau scolaire, bien plus qu’en Allemagne, aux Etats-Unis ou en Espagne par exemple.

Si Doinel avait eu la possibilité, il serait rentré dans le rang. Il serait retourné à l’école où il aurait demandé pardon à son professeur et à ses camarades pour avoir foutu un tel bordel. Allergique à la philo, il serait parti faire un BEP cuisine et ouvert un restaurant rue du Faubourg Saint Honoré. Et il n’aurait pas eu besoin de faire Top Chef pour être heureux.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s