CODE 8

CODE 8

Jeff Chan, 2019

LE COMMENTAIRE

Loué soit le progrès, évidemment. Et malgré tout, méfions-nous quand même de ce progrès incontrôlé (cf Gattaca) et de ses effets pervers. Quel drôle de modernité sommes-nous en train de nous préparer, dans laquelle nos camions se conduiront tout seuls. Hyper-peuplée, permettant au virus de contaminer la planète entière en un éternuement (cf Inferno). Synthétique, où nous préférerons sûrement passer le plus clair de notre temps (cf Ready Player One). Un monde dans lequel les honnêtes voleurs que nous sommes ne pourrons plus s’enfuir dans la nuit sans se faire aussitôt repérer par des drones. Quel ennui!

LE PITCH

Un homme emprunte des chemins de traverse pour tenter de soigner sa mère.

LE RÉSUMÉ

Dans un futur pas si lointain, les individus bénéficiant de super-pouvoirs sont relégués à des tâches manuelles : construction, électricité, plomberie. Comme toujours, ces jobs paient mal. À Lincoln City, Connor Reed (Robbie Amell) et sa mère Mary (Kari Matchett) sont criblés de dettes. Pas pratique pour payer le traitement dont Mary aurait besoin pour traiter son cancer. Le petit job qu’elle occupe à la supérette du coin ne suffit pas pour honorer les factures.

We need the money.

Connor fait ce qu’il peut mais ça n’est pas assez. Alors quand Garrett (Stephen Amell) lui propose un peu plus d’argent, Reed n’hésite pas. Garrett travaille pour un Marcus Sutcliffe (Greg Bryk), un traficant de Psyke – une nouvelle drogue à base de liquide cérébro-spinal. Tout le monde rend des comptes à tout le monde. Marcus doit également payer Dixon (Shaun Benson), le respectable représentant du Trust.

We need money to keep those wolves at bay.

Lors de l’une de leurs rencontres, Connor remarque Nia (Kyla Kane), une junkie que Marcus exploite pour son pouvoir de guérisseuse.

Interpellé par l’agent de police Park (Sung Kang) qui lui propose un marché, Connor ne lâche rien.

Malgré tout, les affaires sont mauvaises. Garrett et sa bande doivent toujours prendre plus de risques.

La santé de Mary est également mauvaise. Le temps presse. Temps de passer un marché avec Suttcliffe : si Connor réussit un gros coup, il obtiendra la liberté de Nia – dans le but qu’elle sauve sa mère.

Comprenant qu’il se fait manipuler par Sutcliffe, Garrett décide de renverser l’ordre établi avec l’aide de Reed, qui en profite pour emmener Nia à l’hôpital. La jeune fille permet aux autres de guérir car en réalité elle absorbe leur douleur (cf La ligne verte). Connor la force à travailler sur sa mère puis l’interrompt. Tant pis. Il ne peut pas contraindre Nia à se sacrifier. Mary doit s’en aller, c’est la vie.

Garett prend la relève du business. La demande de Psyke n’a jamais été aussi grande. Désormais c’est lui qui livre les mallettes de biffetons à Dixon.

Suite à la mort de quatre policiers, Lincoln City passe un décret pour proscrire l’utilisation de pouvoirs.

Après s’être recueilli une dernière fois sur la tombe de sa mère, Connor va se rendre aux autorités. Son propre code de l’honneur l’y oblige.

I’m just going to go in there to make things right. 

Capture d’écran 2020-04-12 à 21.20.11

L’EXPLICATION

Code 8, c’est un hommage aux premiers de tranchée.

On appelle premiers de cordée ceux qui sont à la tête d’une expédition (cf Everest). Ceux qui sont à la pointe, qui tirent les autres vers les sommets. En un mot : l’élite. Parce qu’on aime tout classifier et tout simplifier, on oppose en généralement celles et ceux d’en haut avec celles et ceux d’en bas (cf La Plateforme) : le peuple. À la traine. Au sous-sol (cf Us). Parmi le peuple, certains portaient encore des gilets jaunes il n’y a pas longtemps pour protester contre leurs conditions de vie étouffantes. Par temps de guerre pour reprendre le langage présidentiel, ce sont bien ces premiers de tranchées qui se retrouvent en première ligne dans le conflit (cf 1917). Ce sont eux qu’on envoie dans la centrale nucléaire quand il y a un problème (cf Pandora).

Ces premiers de tranchée ne nous tirent peut-être pas vers le haut, encore qu’ils aient la capacité d’allumer des ampoules, néanmoins ils nous permettent de vivre grâce à leur talent rare. Un talent qui passe inaperçu en temps normal, mais qui pourrait prendre la forme de super-pouvoirs en temps voulu.

Life is about timing.

Qui sont ces super héros du quotidien? En l’occurrence, des constructeurs qui ont bâti la ville. Qui la réparent et la font vivre – à défaut d’en profiter.

We built this city.

Ce sont des bonnes âmes, toujours prêts à dépanner.

I can help you.

Ils n’ont pas grand chose. Seulement l’essentiel.

My mom is the only good thing I have in my life.

Ils n’ont pas grand chose et moins encore puisqu’ils vivent à crédit (cf Enfermés dehors). Ces premiers de tranchée sont les plus exposés à la conjoncture. Quand le CAC 40 éternue, ils ne perdent pas des milliers d’euros. Ils perdent tout. Quand le bateau coule, il ne reste plus de place pour eux dans les canots de sauvetage, ni sur la porte (cf Titanic).

We’re going to lose our entire business.

Ils n’ont pas accès aux traitements (cf Elysium), comme Mary. Pourtant ils ne se plaignent que rarement. Pas le genre de la maison. À l’image Connor qui garde un bel optimisme en dépit des circonstances.

It’s all gonna work out.

Des individus qui sont parfois contraints de prendre des raccourcis illégaux, non pas pour réussir plus vite (cf Le loup de Wall Street), mais simplement pour ne pas mourir. Vu que l’ascenseur social est en panne.

I tried your way it doesn’t work.

Malgré les beaux discours sur le choix (cf Matrix), ces premiers de tranchée n’ont pas d’option.

How do you want to live in this life? Do what they want us to do, live by their rules, hide our powers? (…) Be who you are. And if you see something that you want, take it!

C8-2

Ils mangent du junk food et ne sentent pas bon le parfum. Réduits à se débrouiller comme ils peuvent (cf Parasite). Ils n’ont même pas l’ambition de mener la révolution (cf Joker). Au contraire, ils se livrent d’eux mêmes aux autorités ou meurent à l’hôpital sans faire de bruit – afin de libérer des lits pour ceux qui en ont vraiment besoin. Connor n’a pas réussi à être suffisamment égoïste pour sauver sa mère, contrairement à ce que Nia pensait.

Don’t pretend like you’re any different.

Paradoxalement, ces petites gens qui placent autrui avant eux sont effectivement regardés de travers. Méprisés. Punis par Lincoln City pour la mort de quatre représentants de l’ordre (cf Piège de cristal). On les taxe d’imbéciles (cf Idiocracy) car leur légèreté n’est pas celle de la haute société. Leurs goûts sont trop simples, leurs talents secrètement jalousés par celles et ceux qui ne savent pas bricoler.

Normal people always hated us.

Pour la noblesse de leur valeur, ce sont pourtant bien eux qu’on devrait aussi applaudir tous les soirs.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.