THE BATMAN

THE BATMAN

Matt Reeves, 2022

LE COMMENTAIRE

Certains artifices nous permettent de rentrer dans le personnage. Si l’habit ne fait pas le moine, il conditionne en tout cas l’attitude de celui qui le porte. Il en va du maquillage : quand on est grimé comme Johnny Depp dans Edward aux mains d’argent, on ne s’improvise pas Jim Carrey dans The Mask.

LE PITCH

Un justicier masqué répond à des devinettes.

LE RÉSUMÉ

Le soir d’Halloween, le maire de Gotham City est retrouvé mort. Le Riddler (Paul Dano) a signé son crime par une énigme à l’attention du Batman (Robert Pattinson) – Bruce Wayne en civil.

What does a liar do when he’s dead?

Le Riddler tenait le maire pour un menteur, considérant que son plan de relance n’était qu’une magouille de plus. En effet, cet assassinat est le début d’une entreprise visant à dénoncer la corruption qui sévit au plus haut niveau de Gotham. L’enquête met effectivement en lumière la collusion entre la justice et le crime. Le procureur Gil Colson (Peter Sarsgaard) est proche des membres du milieu comme le Pingouin (Colin Farrell) ou encore Carmine Falcone (John Turturro).

Les vieux dossiers remontent à la surface. La famille Wayne est dans le collimateur. Trop de personnes se seraient copieusement servies lors du financement d’un orphelinat tenu par feu-Thomas Wayne et sa femme Martha, où le Riddler était pensionnaire. Par ailleurs, le lieutenant Gordon (Jeffrey Wright) et le Batman découvrent que Thomas Wayne aurait engagé Carmine Falcone pour se débarrasser d’un journaliste risquant de compromettre ses chances aux élections.

Bruce reproche à son majordome Alfred (Andy Serkis) de lui avoir caché la vérité pendant des années.

You lied to me my whole life.

Selina Kyle (Zoë Kravitz), alias Catwoman, est impliquée dans ce sac de noeuds en tant qu’employée d’une boîte de nuit du Pingouin. Elle veut se venger de son père biologique, Carmine Falcone, pour avoir tué l’une de ses meilleures amies. Le Batman intervient in extremis pour empêcher Catwoman de faire une bêtise.

Vengeance won’t change the past.

Il s’avère que le Riddler s’est tourné vers le Batman en pensant trouver un allié, sans savoir que le justicier masqué n’est autre que le fameux Bruce Wayne qu’il jalousait dans son enfance (cf Toto le héros)!

Le Batman joue les pompiers de service pour déjouer les plans du Riddler qui souhaitait noyer la ville. Le psychopathe finit sa croisade anti-corruption en prison où il se fait un nouvel ami en la personne du Joker.

Les chemins de Batman et Catwoman se séparent.

Take care of yourself.

Il reste encore du pain sur la planche du Batman. Mais le soleil se lève enfin sur Gotham City.

L’EXPLICATION

The Batman, c’est le défenseur du moins pire.

Aucun système n’est parfait (cf Matrix Reloaded). Churchill disait de la démocratie qu’elle est le pire des régimes à l’exclusion de tous les autres (cf Les Heures Sombres). Pour obtenir la prospérité, maintenir l’équilibre ou plus simplement sauver les meubles (cf Un autre monde), il faut savoir naviguer (cf Lincoln). Quitte à tordre les règles dans la mesure où cela peut servir le bien commun. Sur le principe utilitariste affirmant que la fin justifie les moyens et qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs (cf The Watchmen).

Ce qui implique que le système compte ses victimes (cf Cleveland contre Wall Street, Us). Le Riddler fait précisément partie de ceux qui sont restés sur le carreau.

I’m a nobody.

Amer. Soucieux de faire payer ceux qui l’ont fait souffrir. Catwoman est également orpheline. Elle en veut à la terre entière, dont son père. Un sentiment de vengeance l’anime.

De ce point de vue, Bruce Wayne se retrouve dans une situation particulière dans la mesure où il vient de la classe dominante accusée de tous les maux par le Riddler. Cependant, Bruce Wayne partage la même colère car ses parents ont été assassinés. Le Batman est son visage vengeur, sombre (cf The Dark Knight).

They think I hide in the shadows, but I am the shadows.

Un pied dans chaque monde, il se bat la nuit contre des moulins à vent.

I wish I could say I’m making a difference, but I dont know.

Son travail ingrat de justicier ne connait pas de fin. Il ne lui rendra ni ses parents, ni le sourire. Sa douleur ne cicatrisera jamais. Au contact du Riddler, dont il partage pourtant l’esprit de vengeance, le Batman comprend que sa colère ne peut le conduire qu’à sa propre perte. Le chaos absolu (cf Joker).

Dans la nuit noire, Catwoman baisse les bras. Se réfugiant dans le cynisme. Préférant vivre comme une voleuse.

Le Batman, au contraire, veut croire au changement. Il reste.

This city will never change.

It can change.

L’heure est venue de prendre ses responsabilités. C’est pourquoi il se met à parler de résilience en se sentant obligé d’enchaîner les punchlines.

Our scars can destroy us (…). But if we survive them, they can transform us. 

Le Batman compose avec la complexité du monde de manière réaliste : les politiques doivent parfois discuter avec les criminels (cf JFK, Nixon). Une manière de faire la paix avec sa fripouille de père.

It’s all connected.

Après tout, nul n’est parfait : Thomas Wayne, Nicolas Sarkozy, Patrick Balkany, Jérôme Cahuzac… Plutôt que de souscrire à l’idéologie du tous pourris portée par le Riddler, le Batman veut préserver la civilisation du désastre d’une révolution. Partisan d’un statu quo imparfait plutôt que de la fin du monde. Le Batman prend son mal en patience dans l’attente de mieux.

Things will get worse before they get better.

Le Riddler dénonce et Catwoman critique mais aucun ne propose quoi que ce soit en retour. Le Batman pense que ce n’est pas suffisant de râler. Chacun devrait faire un effort, lui le premier. Puisque le peuple ne peut pas s’auto-gérer (cf Problemos), il lui faut un homme fort : ce sera le Batman.

I have to become more.

Pour devenir cet homme fort, il doit cependant sortir de sa cave. Monter sur les toits. Restaurer la confiance. Inspirer celles et ceux qu’il prétend défendre. Donner des perspectives encourageantes.

People need hope.

Le Batman va devoir retrouver quelques couleurs et mettre un peu d’entrain. Trouver les mots justes, car son discours condescendant n’a pas porté ses fruits jusque là.

Selena, don’t throw your life away.

Don’t worry, honey. I got nine of ’em.

En se faisant défenseur du moins pire, le Batman fait le jeu du consensus mou. Il légitime la médiocrité depuis le confort de son manoir. Valide le système par défaut. Certes, il préserve Gotham du naufrage mais empêche toute possibilité de repenser le monde. Triste super héros.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.