MAD MAX : FURY ROAD

MAD MAX : FURY ROAD
George Miller, 2015

LE COMMENTAIRE

Il y a les femmes L’Oréal qui le valent bien malgré leur côté un peu superficiel. Et puis il y a d’autres femmes qui n’ont pas besoin de maquillage. Elles peuvent avoir les cheveux courts. Elles pourraient bosser pour une ONG à nettoyer des plages dévastées par une marée noire ou bien comme pompiste dans une station service (cf Tchao Pantin) ou même à faire des vidanges chez Feu Vert (la patte de l’expert), elles seraient toujours belles.

LE PITCH

Dans un monde post-apocalyptique (« post-apo »), Max (Tom Hardy) et Furiosa (Charlize Theron) tentent tous les deux d’échapper à Immortan Joe (Hugh Keays-Byrne), un gourou tyrannique.

LE RÉSUMÉ

Max est un cow-boy solitaire poursuivi par le souvenir de sa femme et sa fille, avant d’être poursuivi (pour de vrai) et fait prisonnier par les soldats d’Immortan Joe. Conduit à la citadelle où Immortan Joe règne en despote absolu, Max va servir de globular aux warboys, sorte de kamikazes qui ne rêvent que de mourir en héros pour rejoindre le Valhalla.

L’Imperator Furiosa est chargée d’aller faire le plein à Petrol City. Elle va détourner le convoi car elle a en tête de s’échapper, en compagnie des femmes d’Immortan Joe.

Commence alors une gigantesque chasse à la femme. Prisonnier de Nux, un warboy, Max va parvenir lui aussi à se libérer. Au moment de faire cavalier seul, il va néanmoins décider de rester avec les filles pour les aider. Parce qu’il sent qu’il peut être utile et parce qu’il n’a rien d’autre à faire.

Le convoi fonce vers une oasis gardée par les Many Mothers, clan auquel Furiosa appartenait étant petite. L’oasis a disparu. Ne reste alors plus qu’un désert de sel infini et une poignée de grand-mères.

Furiosa doit se rendre à l’évidence: son plan a foiré. Max la convainc de faire demi-tour vers la Citadelle. Au moins là bas il y a de l’eau et de la verdure. Dans une ultime course-poursuite, Furiosa viendra à bout d’Immortan Joe. Son retour à la Citadelle est grandiose, la foule se réjouit de la mort du dictateur. Furiosa est portée en triomphe telle Angela Merkel. Elle libère l’eau. On se croirait presque dans une pub pour de l’eau pétillante.

Max jette alors un dernier regard complice à Furiosa avant de reprendre sa route.

mad-max-fury-road

L’EXPLICATION

Mad Max c’est la liberté.

Mad Max a jeté la Bible à la poubelle. Parce que quelque part, Max et Furiosa jouent un peu les Adam et Eve en train d’essayer d’échapper au jugement divin. En plus, Immortan Joe a clairement des airs de Dieu tels qu’on se l’imagine: aussi blanc que ses cheveux, les yeux injectés de sang, un peu de bide, les dents pourries. Et il est toujours de bon conseil:

Do not, my friends, become addicted to water. It will take hold of you, and you will resent its absence!

Sauf que cette fois-ci, c’est Adam et Eve qui gagnent à la fin. Ils tuent Dieu. Ils libèrent les peuples. Et après… ben après c’est le bazar. Parce que les démocraties ça ne marche pas vraiment au final. La preuve c’est que Sarkozy a failli revenir au pouvoir (cf La Conquête).

Mad Max traite de la femme. Le piège c’est de lui courir après. Immortan Joe tombe en plein dedans. Il se précipite après Furiosa comme un collégien. Il s’y cassera (littéralement) les dents. Max au contraire a tout compris. Il sait se positionner face à cette femme moderne et insaisissable. Il reste au contact, légèrement en retrait, de manière à ce que la femme ne se sente pas asphyxiée et toujours mise en valeur. Il lui donne aussi un os après lequel courir.

Parce que très clairement la femme est devenue chasseuse. Elle a repris le pouvoir. Furiosa éclipse complètement les autres. Elle bouffe l’écran. Sans surprise, c’est elle qui conduit la camionnette comme Marie-Jo dans Gazon Maudit. Rappelons quand même que cette femme toute puissante n’arriverait à rien sans l’aide de l’homme. C’est quand même Max qui a l’idée (lumineuse) de retourner à la Citadelle, alors que Furiosa se voyait déjà partir pour une virée dans le désert (c’est pour ça qu’il faut pas laisser aux femmes le choix de la destination des vacances).

Mad Max montre en effet que la femme est loin d’être parfaite. Non mesdames! Vous êtes là quand il s’agit de savoir quelle route il faut prendre et pour se rappeler de ce à quoi ressemble l’oasis. Au final, on n’arrive jamais à bon port sans GPS. Vous avez toujours tendance à chercher midi à quatorze heures. Furiosa fait quand même tout ces effortspour au final retourner à la Citadelle. Bravo. Et merci pour la balade surtout. Comme si on pouvait se permettre de gaspiller du pétrole comme ça aujourd’hui dans un monde post-COP21. Ça, les femmes elles s’en foutent du pétrole hein! Madame a la bougeotte donc il faut conduire. C’est un peu comme si « L’herbe n’est pas plus verte ailleurs » avait été pensé pour la femme. Pourtant la source est souvent là où on se trouve (« à la source »), mais il faut un homme à la femme pour qu’elle le comprenne.

En fait, Mad Max c’est une histoire d’homme déguisée en histoire de femme dans laquelle on parle beaucoup de Furiosa pour mieux en revenir à Max. L’homme (Immortan Joe) a été dépassé par la femme (Furiosa) derrière laquelle il y a un autre homme (Mad Max). Cet homme file sur cette longue route perdue au milieu du désert, on ne sait pas vraiment où. Il a peut-être un dessein en tête, on ne sait pas. On ne peut pas le capturer. Il conduit au delà des limitations de vitesse. Toujours dans l’angoisse de trouver une station essence pour pouvoir continuer d’avancer. Cet homme partage parfois son chemin. Il reste seul sur cette route et dans sa tête. Une certaine vision de la liberté, très masculine. Subtile et délicate. Cet homme pourrait être l’égérie d’une marque de parfum.

Max est beau, noble, il est fou. Il aurait pu facilement porter des lunettes et s’appeler Alain Afflelou. Et puis surtout il est libre. Max ça n’est rien d’autre qu’un merveilleux hommage à Hervé Cristiani.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

6 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.