THE GUILTY

THE GUILTY

Antoine Fuqua, 2021

LE COMMENTAIRE

Le besoin de garder contact est essentiel, même à distance. Par le passé, nous nous en remettions à des pigeons voyageurs pour entretenir une correspondance. Puis avec le téléphone, nous avons passé nos soirées au bout du fil… pour se rendre compte que c’était quand même un peu trop. C’est pourquoi aujourd’hui, on ne communique plus que par audios interposés.

LE PITCH

Un policier tente de sauver son âme dans un centre d’appel.

LE RÉSUMÉ

Joe Baylor (Jake Gyllenhaal) travaille pour la police de Los Angeles. Relégué au centre d’appel 911 avant de pouvoir reprendre du service. Pour cela, il devra passer une audition devant le juge pour une sombre affaire de meurtre dans laquelle il est impliqué.

Entre deux appels plus ou moins désespérés, il en profite pour contacter son ami Rick (Eli Goree) afin de s’assurer qu’il viendra lui sauver la mise en témoignant en sa faveur. Joe essaie également de recontacter son ex-femme (Gillian Zinser) dont il s’est récemment séparé. Sa petite fille lui manque cruellement.

If Paige is awake, could I say good night? It would mean a lot.

Joe reçoit l’appel d’Emily Leighton (Riley Keough) qui semble avoir été enlevée. En larmes, la jeune femme prétend vouloir parler à sa petite fille pour mieux détourner l’attention de son ravisseur. Joe fait de son mieux pour localiser l’appel, mais les incendies qui ravagent Los Angeles lui compliquent la tâche. Le signal GPS n’est pas fiable et il n’a aucun numéro de plaque d’immatriculation à communiquer à la patrouille mobile.

Joe a passé la soirée à prendre des appels bidon. Celui là vaut la peine de s’accrocher. Alors il ne lâche pas le morceau. Il contacte la fille d’Emily et comprend la gravité de la situation. Abby a du sang sur elle. Son petit frère est peut-être en danger.

Joe fait envoyer une patrouille pour s’occuper des enfants. Une fois sur place, les officiers découvrent que le bébé a été grièvement blessé à coups de couteau.

Joe retrouve la trace de celui qui pourrait être le responsable. Henry (Paul Dano) a déjà fait un tour en prison pour violence conjugale.

L’officier jongle entre les appels pour calmer Emily et convaincre Henry de se rendre. Puis il découvre au fur et à mesure de la soirée qu’Emily a poignardé son fils, soit disant pour faire sortir les serpents qu’il avait dans l’estomac.

La jeune femme souffre en réalité de problèmes mentaux. Henry ne l’a pas kidnappé, il essaie simplement d’emmener sa compagne à l’hôpital psychiatrique.

Emily parvient à s’échapper et se retrouve seule à errer sur l’autoroute, menaçant de se suicider. Joe reste en ligne et lui parle à coeur ouvert de cette affaire pour laquelle il doit être jugé le lendemain (cf Les panneaux de la vengeance). Son affaire.

I killed a man..! Do you hear me? I killed a man… A boy actually. 19 years old. Joseph. Still a boy…

Why?

I don’t know. Because I could. I just wanted to punish him because I was angry.

Cette révélation apaise Emily qui est finalement interceptée par la police. Le pire a été évitée.

Joe est soulagé d’apprendre que le petit garçon est toujours en vie à l’hôpital. Il part néanmoins vomir dans les toilettes.

Au terme de cette nuit éprouvante, Joe rend les armes. Il appelle Rick pour lui dire de ne pas faire de faux témoignage. Puis il appelle une journaliste pour avouer son crime.

Breaking news. LAPD officer Joe Baylor has pled guilty to manslaughter.

L’EXPLICATION

The Guilty, ce sont les tourments du coupable.

On pense souvent que les coupables qui n’ont pas été condamnés par la justice se la coulent douce. À tort. Car en réalité, certains de ces coupables ont une conscience qui les ronge.

C’est le cas de Joe Baylor qui a visiblement commis un crime qui le hante. Il continue de tricher en réclamant un service immoral à son ami Rick – qui n’a pas l’air du tout convaincu.

I’m fucking afraid. This isn’t go our way. I had the feds at my house this morning. You understand? I’m afraid I might say the wrong thing.

Joe est physiquement coincé dans son centre d’appel comme il est coincé dans sa vie. Sa femme l’a quitté. Son ami le lâche. Il a perdu les pédales. Devant les écrans montrant Los Angeles en flammes, il voit sa vie partir en fumée. D’une certaine manière, il vit un enfer. Même la ventoline qu’il inhale régulièrement ne l’empêche pas d’étouffer. Il a du mal à se regarder dans le miroir.

Par ailleurs, il reçoit des appels de personnes en détresse qui ne cessent de remettre le rôle de la police en doute.

Aren’t you supposed to fucking protect me?

Son rôle n’est effectivement pas de punir mais de protéger. Le couteau remue dans la plaie.

Joe se saisit de l’appel d’Emily comme d’une bouée, pour ne pas couler définitivement. Il se dit que s’il vient en aide à la jeune femme, il aura fait une bonne action. Cette bonne action viendra peut-être réparer la terrible erreur qu’il a commise. Et puis après tout, ne sommes-nous pas tous des rescapés qui cherchent à se porter secours mutuellement?

Broken people save broken people.

Son dialogue avec Emily va l’aider d’une autre manière puisque Joe se rend compte que tout est faux. Cette pauvre Emily qu’il croyait aider est en fait celle qui a fait le mal. Il a mal compris la situation.

Tout comme il a mal analysé son crime. Lorsqu’il l’évoque, il dit d’abord que la victime avait blessé quelqu’un. Puis il remet cette version en doute. Il ne sait plus. Tout devient flou (cf Insomnia).

Did he hurt someone?

Ce qui est sûr est qu’il était en colère et que cet homme est mort par la faute de Joe. Les flammes continuent de brûler. Seule la vérité peut stopper l’incendie.

And the truth shall make you free.

Joe décide d’assumer sa faute (cf Flight). Il accepte son destin. Désormais il va devoir payer pour ce qu’il a fait.

On n’échappe pas à la prison.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.