PREDATOR

PREDATOR

John McTiernan, 1987

LE COMMENTAIRE

En France, on parle souvent de l’histoire de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours comme une manière de critiquer les ragots. Les témoignages sont souvent déformés après avoir été rapportés à plusieurs reprises par des témoins indirects, si bien que l’histoire finale n’a plus grand chose à voir avec l’histoire initiale. En France, on se méfie tout simplement du téléphone arabe. De là à dire qu’on est raciste…

LE PITCH

Un major des forces spéciales part à la chasse dans une forêt tropicale.

LE RÉSUMÉ

Alan Dutch Schaefer (Arnold Schwarzenegger) doit composer une équipe de mercenaires pour une prise d’otages quelque part dans la jungle. Sur place, il retrouve son agent de liaison de la CIA George Dillon (Carl Weathers). L’équipe découvre une équipe des forces spéciales dont l’hélicoptère s’est écrasé. Leurs corps écorchés pendent dans le vide.

Dutch découvre aussi que la prise d’otage n’est qu’un prétexte.

What do you need us for?

Dillon avait en fait besoin de renfort pour pouvoir s’emparer d’informations confidentielles aux mains des Soviétiques.

Dutch n’est pas au bout de ses surprises puisque son équipe est traqué par un mystérieux animal invisible tombé du ciel quelques jours plus tôt. Billy a un mauvais pressentiment.

I’m scared Poncho.

Bullshit. You ain’t afraid of no man.

There’s something out there waiting for us, and it ain’t no man. We’re all gonna die.

Billy ne s’est pas trompé. Le jeu de massacre commence. Hawkins (Shane Black) est sa première victime. Son copain Mac (Bill Duke) voit rouge et sulfate à tout va. Blain Cooper (Jesse Ventura) est le prochain sur la liste. Une jeune résistante du nom de Anna (Elpidia Carrillo) a été faite prisonnière pendant l’assaut. Elle sort de son mutisme. Cette bête, les locaux l’appellent El Diablo cazador de hombres (olé!) car elle collectionne les crânes.

Mac puis Dillon puis Billy (Sonny Landham) et finalement Poncho (Richard Chaves) sont tour à tour victimes de l’alien. Dutch essaie de lui échapper et découvre par hasard que la boue semble brouiller son détecteur thermique. Il parvient même à blesser la créature qui décide d’enlever son masque pour l’affronter dans un combat d’homme à alien.

Dutch utilise sa jugeote plutôt que ses muscles pour piéger l’alien qui tombe dans le panneau. Dutch lui pose une question:

What the hell are you?

L’alien agonisant ne peut que répéter la question dans un anglais approximatif. Confus et peut-être d’origine japonaise, l’alien décide de se faire harakiri en déclenchant son système d’auto-destruction.

Dutch est évacué par hélicoptère en compagnie d’Anna qui a été épargnée par la bête.

predatornew35

 

L’EXPLICATION

Predator, c’est le vote écolo.

Dutch cherche désespérément à savoir ce qu’il a en face de lui. Il ne comprend pas quelle est cette force qui le dépasse, lui qui a pourtant passé des heures à soulever de la fonte.

On pourrait d’abord qualifier le Predator de chasseur. On pourrait même aller plus loin en le qualifiant de chasseur féministe puisqu’il épargne les femmes. Cette analyse est un peu réductrice. Certes il aime traquer les humains et les écorcher vifs. S’arrêter à ce constat, c’est néanmoins oublier l’intention du Predator. Dans quel but chasse-t-il? Que cherche-t-il? Il a sûrement ses raisons. C’est pas parce que nous sommes capables nous-mêmes de tirer dans la foule pour notre plaisir qu’il faut automatiquement prêter ce défaut au Predator. Notre monde a fait du chasseur l’archétype de l’abruti, probablement par la faute des Inconnus. On a oublié ce qu’il y avait de noble dans l’art de la chasse, ce plaisir de gentilhommes au Moyen-Âge. Le Predator est méthodique.

He came to get the body. He’s killing us one at a time.

Il retire même son masque pour affronter Dutch, ce qui indique qu’il a un code d’honneur. C’est quasiment un mousquetaire. Il semblerait bien que ce gros méchant Loup soit plus complexe qu’on ne veut bien l’admettre.

Les locaux ont eu quelques jours pour se faire une opinion et ont observé avec beaucoup de justesse que ce tueur conservait les crânes de ses victimes. C’est déjà plus intéressant, plus précis. En faisant de l’alien un collectionneur, les locaux lui confèrent ainsi une personnalité dont on peut étudier les névroses.

Ce Predator c’est surtout le premier chasseur extra-terrestre écolo. C’est un alien qui a été envoyé sur terre en pleine jungle pour zigouiller des humains qui ont négligé trop longtemps la biosphère. Car le Predator ne tue pas n’importe qui: des forces spéciales qui traversent le globe en hélicoptère sans se soucier de leur empreinte carbone, des soldats qui fument dans la forêt sans se soucier des risques d’incendies, des militaires qui déchargent leurs munitions sans penser une seconde au temps que ça va prendre aux arbres pour se remettre de cette fusillade, Dillon qui vole des documents confidentiels sûrement pour construire une centrale nucléaire. Il tue des hommes qui ne se rendent même pas compte du mal qu’ils font à leur planète.

We’re a rescue team. Not assassins.

60897_backdrop_scale_1280xauto

La jungle, elle est toute seule. Elle n’a personne pour la défendre. Gotham CityBatman. Metropolis a Superman. Paris a Edinson Cavani. La jungle, elle a personne pour la protéger des tractopelles en dehors de quelques serpents et deux-trois mygales. Le Predator c’est le sauveur, le bras armé de la flore. Les locaux l’ont compris, eux.

She says the jungle… it just came alive and took him.

Le Predator est l’esprit de la nature venu du ciel pour se venger des crimes commis contre l’environnement, un peu comme quand nous sommes victimes d’une inondation sans comprendre d’où ça vient, convaincus que de toute façon le réchauffement climatique c’est des conneries. Après nous le déluge! De la même manière le Predator frappe sans crier gare.

Not a thing. Not a fucking trace. No blood, no bodies… We hit nothing!

Il y a quelque chose de très rassurant dans le fait de se dire que non seulement nous ne sommes pas seuls dans l’espace, mais qu’en plus les extra-terrestres se soucient plus de l’écologie que nous-mêmes. Le Predator fait passer Greenpeace pour des enfants de choeur. Il met un terme aux hésitations de Hulot. Entérine l’échec de Duflot. Donne enfin une bonne leçon aux barons déserteurs que sont MammèreBennahmias, Planté ou Cohn-Bendit.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

7 commentaires

  • Je crois que tu n’a absolument pas compris le film..
    Le Predator n’est pas un ecolo, il se moque de la jungle, tout ton passage sur l’écologie ne veut absolument rien dire dans ce film.
    La preuve, le Predator n’hésite à aucun moment à faire feu en pleine jungle, abattant des arbres etc..
    De plus, il n’est pas non plus féministe comme tu essaie de nous le faire comprendre.
    S’il ne tue pas Anna, c’est simplement car elle n’est pas armée..
    Le seul moment du film que j’aurais aimé comprendre et dont je n’ai aucune explication, c’est le moment où le Predator préfère enlever son masque et combattre à mains nus Dutch.
    Il n’y a aucune explication à cela, il l’attrape par la gorge, le regarde intensément puis le relâché et se dit : « tient, lui, je vais le prendre en free fight » !
    Au fait, je crois simplement que ce film est un pur navet comme on en fait plus.
    Ces films américains d’après guerre du Vietnam sont beaucoup trop codés et ça rend ces films d’une lourdeur incroyable.

    • Merci beaucoup pour ce commentaire Yohan. Pourquoi le Predator enlève-t-il son masque pour affronter Dutch? Le Predator est sur terre pour une petite partie de chasse. Lorsqu’il se frotte à Dutch, il réalise qu’il doit composer avec un autre type de gibier. Contrairement aux autres, Dutch oppose une belle résistance. C’est certainement pour cette raison que le Predator, comme tu le mentionnes, veut l’affronter en free fight. Il veut sûrement faire honneur à son adversaire. Cela renvoie à tous ces films d’affrontements dans lesquels les mâles décident de lâcher leurs armes, ou leurs gants de hockey (cf Youngblood), pour se battre à mains nues. Du pur combat. Basique. Animal. Au final, c’est une erreur car cette stratégie se retourne contre le Predator, piégé par la ruse de Dutch. Ce qui tend aussi à démontrer que le Predator a un petit ego et que la vanité est définitivement le pêché préféré de Satan… (cf L’associé du Diable).

      • Justement non, Johan : Predator (comme Aliens) joue de manière très intelligente sur le syndrome de la guerre du Vietnam : les soldats ultra équipés et confiants sont décimés par un ennemi invisible et qui sait se camoufler.

        Avec Predator, on pourrait craindre au début du film un énième nanar d’action testostéroné reaganien typique des années 80 (on gagne sur les écrans les combats perdus sur le terrain : Rambo 2, Top Gun, les films de Chuck Norris…). Mais le film d’action devient film d’horreur dès lors que le Predator entre dans la danse : Predator est un mélange intelligent de Rambo et Alien.

        La créature en elle-même est une incontestable réussite et le seul intérêt des différents films où elle apparaît (à part le Predator 2, série B de SF plutôt sympa) est de voir comment la mythologie de cette race extra-terrestre évolue. Si le Predator prend Dutch en combat singulier sans armes et sans artifice, c’est parce qu’il a reconnu la valeur et l’ingéniosité de l’adversaire qui a réussi à l’attirer dans un piège (avec le cri primal et le grand feu). Dutch « gagne » à la fin, mais on le sent usé et surtout désabusé dans l’hélico qui l’évacue, tout comme les hélicos évacuaient les soldats blessés dans le bourbier Viet.

        Dans Aliens, on est certes pas dans une jungle, mais les parallèles avec le Vietnam sont évidents : les soldats sont ultra équipés et confiants (cf. Hudson ou Vasquez) mais butent sur un adversaire sournois (le cliché le plus souvent associé aux Asiatiques dans la fiction américaine, Pearl Harbor et le Vietnam sont passés par là) et qui très bien se camoufler. Predator comme Aliens sont de magnifiques exceptions au ciné guerrier ricain des années 80.

        Perso, j’aimerais bien qu’on réalise un Predator se situant au Moyen-Age ou alors dans la jungle Amazonienne à l’époque des Conquistadors. Predator, en fait, c’est surtout une métaphore sur notre capacité (ou non) à nous adapter et à affronter l’inconnu.

      • Merci Toto pour cette mise en perspective très intéressante de Predator. Il est effectivement le danger invisible et dont on ignore tout. Ce qui reflete l’angoisse que vivaient les GI au Viet-Nam et ce qui peut aussi prefigurer de ce « terrorisme » qui a frappé les puissances occidentales en ce début de XXIe siècle.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.