LES CHOSES DE LA VIE

LES CHOSES DE LA VIE
Claude Sautet, 1970

LE COMMENTAIRE

L’homme est toujours à contre-temps. Et il ne comprend strictement rien à la femme. Lorsqu’elle veut se mettre à bosser, lui ne pense qu’à faire des câlins. Ça n’est pas le moment! L’homme n’en a rien à faire. Il s’abrite derrière ses prérogatives. Il ne se rend pas compte qu’il est un Harvey Weinstein en puissance, un jardinier qui empêche sa plante de grandir, un vampire en serviette de bains, une sangsue qui perd ses cheveux.

LE PITCH

Pierre Bérard (Michel Piccoli) fait une sortie de piste.

L’HISTOIRE

Victime d’un accident de voiture, Pierre Bérard revoit le film de sa vie défiler devant ses yeux.

Pierre a quitté sa femme Catherine (Lea Massari) et son fils (Gérard Lartigau). Il fréquente à présent la jeune Hélène (Romy Schneider) avec laquelle il a du mal à véritablement s’engager. Il repense à sa femme, à son fils, à l’île de Ré.

Hélène lui met la pression. Elle fait des plans sur la comète. Pierre se dérobe et trouve des prétextes. Après une nouvelle dispute, Pierre quitte brusquement Paris pour Rennes dans la nuit. En chemin, il essaie de faire le point. Il s’arrête à un café où il écrit une lettre à Hélène dans laquelle il lui annonce sa volonté d’arrêter les frais.

Je te quitte, nous allions devenir misérables. Ce que je refuse. Je préfère continuer ma vie seul.

Il ne parvient cependant pas à poster sa lettre. À la place, il laisse un message à Hélène lui disant qu’elle est attendue le soir même à Rennes, impatiemment. Puis il reprend la route.

Qu’est-ce qui m’a pris? J’ai vraiment eu envie de te quitter?

Un peu plus loin, un camion cale en plein milieu du carrefour. Pierre arrive trop vite et ne peut éviter la collision. Il se retrouve éjecté de son véhicule. Visiblement conscient, Pierre reste immobile au sol sans pouvoir dire un mot. Il comate.

Ils voulaient m’enterrer ces cons là… ils sont fous??

L’ambulance arrive. L’état de Pierre est plus critique qu’il n’y parait. Les chirurgiens l’emmènent au bloc, comme toujours trop tard. Avant de mourir, Pierre ne pensait qu’à déchirer sa lettre.

Bruler la lettre… pour ne pas vivre seul.

Les deux femmes de sa vie sont prévenues. Catherine est la première à se rendre à l’hôpital. Elle récupère les effets personnels de son mari ainsi que la fameuse lettre qu’elle décide de déchirer afin de ne pas rajouter à la peine d’Hélène.

L’EXPLICATION

Les Choses de la Vie, c’est avoir le cul entre deux chaises.

La vie, on le sait depuis Dirty Dancing, c’est un grand dancing avec plusieurs salles et plusieurs ambiances. Les gens s’y déhanchent sans réfléchir. Parce que si on réfléchit un peu, on ne va pas au dancing. Les autres gesticulent donc sur les morceaux de leur choix en essayant de respecter le tempo. Ils jouent le jeu de la vie. Parfois ça marche. Il nous arrive parfois de survoler les débats, on ne sait pas trop pourquoi. Tout nous sourit. Inversement il arrive d’autre fois où on n’est pas dans le rythme. Peu importe ce que l’on fait ou ce que l’on dit, ça sonne toujours faux. Ces jours là, on a plutôt envie de rester bien au fond de son lit et de ne plus en bouger jusqu’au sur-lendemain. Pierre essaie de danser lui-aussi. Il improvise une sorte de Madison en avançant puis en reculant. Ne lui jetons pas la pierre, c’est une danse en soi. Il fait son maximum, qui n’est pas assez puisque ni Catherine ni Hélène, pourtant très bonnes danseuses, ne parviennent à le suivre.

Pierre est un indépendant, pour ne pas dire un indépendantiste. Il est peut-être Corse ou Catalan? Il est probablement du signe de la Balance: il hésite. Cet homme n’aime pas qu’on décide pour lui. Le problème c’est qu’il n’est pas foutu de prendre une décision claire par lui-même.

C’est décidé par qui?

Par la société. Par tout le monde!

Pas par nous… Pas par moi!! 

Il n’est pas très mature malgré ses tempes grisonnantes. Il est même insupportable. Catherine a déjà lâché l’affaire. Hélène est plus jeune, plus ambitieuse. Elle n’a pas encore d’enfant. Elle s’accroche à son rêve. Elle provoque son Pierrot en le harcelant de questions. Elle essaie même de lui forcer la main:

On partira quand?

Elle réclame des réponses que Pierre ne peut tout simplement pas lui fournir. Elle ne peut pas déployer ses ailes gracieuses par la faute de son amant.

Ce que je n’aime pas c’est perdre mon temps!

Les choses de la vie angoissent Pierre: faire de la voile avec sa femme et son fils, c’est sympa mais ça manque de piquant. Ça n’est pas comme une vente aux enchères qui fait battre votre coeur. Donc il lâche tout pour la belle Hélène avec laquelle il va pourtant devoir se taper les dîners avec la belle-famille également. Sinon ça serait trop facile. Alors il regrette la voile avec Catherine. Les avantages, sans les inconvénients. Pierre veut le beurre et l’argent du beurre: il ne sait donc pas ce qu’il veut. L’impossible.

Pierre est un indécis qui finit par emmerder tout le monde. Il est le patron hésitant qui fait trainer les réunions en longueur. Il est cet ami avec lequel on n’a pas envie de partir en vacances parce qu’il n’est jamais content. La suite logique de son attitude pour Pierre, c’est qu’il va trouver un camion à l’arrêt en plein milieu de sa propre route. Il ne parvient pas à éviter son blocage. C’est lui qui cale en plein milieu de ce carrefour. En ne parvenant pas à choisir entre tourner à droite ou tourner à gauche, Pierre va tout droit dans le décor.

Le reste n’est presque « que » du détail car c’est déjà fini. Pierre n’a jamais su sur quel pied danser. D’ailleurs même au moment de rencontrer la mort, Pierre manque totalement de lucidité. Il n’est tout simplement pas au rendez-vous.

J’ai cru que j’allais mourir!

Il n’a pas l’impression de souffrir et pour cause, c’est lui qui fait souffrir les autres. Il essaie de lutter pour ne pas s’endormir alors qu’il est endormi depuis longtemps. Catherine va sans le savoir exaucer ses dernières volontés. Qu’il s’estime heureux: il aura eu droit à une mort romantique au sens où elle provoquera de la douleur, sans frustration. Pierre a finalement de la chance dans son malheur.

S’il n’était pas mort de cette manière il aurait sûrement succombé à un cancer des poumons vu le nombre incalculable de cigarettes qu’il enchaînait. Et cela aurait été autrement plus pathétique.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s