PAIN, AMOUR, AINSI SOIT-IL

PAIN, AMOUR, AINSI SOIT-IL

Dino Risi, 1955

LE COMMENTAIRE

L’Italie est le pays de la comédie (cf La vie est belle), de l’huile d’olive et du football. En matière de calcio, on dit d’un joueur offensif qu’il est capable de casser les reins des défenseurs de par ses débordements. Il en va de même pour les Italiennes sur la piste de danse. Quelques mouvements d’épaules suffisent à se faire décrocher les mâchoires masculines.

LE PITCH

Un homme en fin de carrière rentre chez lui où il espère enfin trouver l’amour.

LE RÉSUMÉ

L’heure de la retraite a sonné pour Antonio Carotenuto (Vittorio De Sica). Le Maréchal des Carabiniers quitte la montagne pour s’en retourner à Sorrente, en compagnie de sa gouvernante Caramella (Tina Pica). Il se réjouit de retrouver son pays natal bien qu’il doive quitter les Carabiniers qu’il aime tant. En effet, là-bas l’attend un poste moins reluisant de chef de la garde municipale. Carotenuto préfère le terme de police métropolitaine.

Son frère Don Matteo (Mario Carotenuto) est là pour l’accueillir, et le mettre en garde.

Tu dois promettre qu’à Sorrente, tu agiras comme il incombe à un homme de ton âge, quelqu’un nommé à un poste public critique et dont le frère est prêtre.

Antonio se veut rassurant.

La vie n’a plus de charme pour moi. Je me contente de survivre, je suis sans illusion.

Pourtant, il va justement tomber sous le charme de Sofia (Sophia Loren), une jeune veuve qui loue la maison d’Antonio en face de la mer et qui n’est pas décidée à la lui rendre. Pendant ce temps, le chef de la garde municipale est logé chez Violante Ruotolo (Lea Padovani), une dévote aux antipodes de Sofia. En effet, l’une s’est rendue incontournable en vendant son poisson à la criée sur le marché tandis que l’autre, plus réservée, marche en patins dans son appartement pour ne pas salir son carrelage.

Se rendant compte qu’Antonio n’est pas insensible, Sofia se lance dans un chantage affectif. Elle réclame la révocation de l’avis d’expulsion, ainsi que l’admission de son amant Nicola Pascazio (Antonio Cifariello) au sein de la garde municipale. En échange, elle lui fait miroiter une possible liaison. Le corbeau ne se sent plus de joie.

Oublions tout. Douce sirène qui vient de la mer, laisse moi t’aimer…

Cette relation est dangereuse pour Antonio qui doit se construire une crédibilité auprès des habitants de Sorrente. Il a séduit le conseil municipal par son charisme mais se fait néanmoins promener par le bout du nez. Tout le monde s’en rend compte, à commencer par Don Matteo.

Je vais l’épouser.

Tu es un crétin.

Face au ridicule de sa situation, il décide finalement de passer la main à Nicola, jaloux, qui menaçait de partir au Venezuela.

Elle ne me pardonnera que si je me tue!

Antonio aide le couple à se retrouver. Puis il rentre aux côté de Violante, avec qui il se lance dans un morceau de piano à quatre mains torride – ignorant les remontrances de son frère.

Matteo, laisse moi vivre!

L’EXPLICATION

Pain, Amour, ainsi soit-il, c’est reprendre ses esprits.

Antonio Carotenuto est en pleine crise de la soixantaine, dans un déni absolu. Il est vrai que cette période est douloureuse puisqu’il doit abandonner son poste de Maréchal. Voici venu le moment des adieux. Son identité va s’effacer lentement. La grande vie qu’il a mené s’arrête (cf Monsieur Schmidt). Il doit rentrer au bercail, pour finir sa vie là où tout a commencé.

Antonio est encore trop plein de vie. Il refuse catégoriquement l’idée que ses années fastes soient derrière lui. Son besoin de plaire est très fort, tout l’inverse de sa servante qui parle du passé sans amertume.

J’aurais pu en avoir plein d’hommes si j’avais voulu…

La moustache fine, le cheveu impeccable, le verbe acéré… Antonio ne parvient pas à s’imaginer une vie sans flamboyance.

Quelle serait notre vie sans un brin de poésie?

Il peut continuer de briller. Plus que le respect, il cherche l’admiration. À commencer par les dames. Mais attention, ce séducteur invétéré ne court pas après toutes les femmes. Une touriste Suédoise du nom d’Erika (Yoka Berretty) peine à attirer son attention. Quant à Violante, est trop fade à son goût. Rien à avoir avec la sulfureuse Sofia, derrière laquelle tous les hommes se retournent. Une sorcière moderne (cf The Witch), qui fait battre les coeurs et tourner les têtes.

Attention, cette femme pourrait berner le Seigneur!

Son statut de veuve lui confère une position unique à Sorrente. Elle est célibataire, sans être vieille fille, donc autonome. Inaccessible. Libre.

Je suis la patronne, c’est comme ça. (…) Je fais ce que je veux.

La femme parfaite par Antonio, qui va lui donner suffisamment de fil à retordre pour qu’il exprime tout son talent. Car aucune femme ne doit pouvoir lui résister, même pas une femme de trente ans de moins que lui. Sofia ne se laisse pas embrasser. Elle est la femme rêvée. Ou plutôt la femme fantasmée. La femme de toujours.

Antonio insiste lourdement, allant jusqu’à se justifier auprès de son frère moralisateur.

Je suis qui je suis!

Antonio continue de se faire des films (cf Hollywoodland).

J’aurais du vous rencontrer plus tôt…

Il est bien ridicule dans son costume, en compagnie de ce papillon.

Antonio doit ouvrir les yeux. Dépasser ces enfantillages. Car en l’occurrence, il n’a plus l’âge de ces sottises. Les Carabiniers sont derrière lui. Qu’il laisse les disputes interminables à Nicola Pascazio! De temps il n’y a plus à perdre. S’il dit vouloir une famille et des enfants, alors ce n’est pas avec Sofia qu’il y parviendra. Antonio doit accepter de lâcher sa maison avec vue sur la mer. C’est fini.

Lorsqu’il se libère enfin de ses passions, il atteint la sagesse de la maturité (cf La Grande Bellezza). Tout rentre dans l’ordre (cf Tout peut arriver). Entre le coeur et la raison, il fait le choix juste (cf Two Lovers). Celui de Violante qui n’est pas la plus drôle mais avec laquelle il est possible d’imaginer une partition commune.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.