LA FAMEUSE INVASION DES OURS EN SICILE

LA FAMEUSE INVASION DES OURS EN SICILE

Lorenzo Mattotti, 2019

LE COMMENTAIRE

À l’heure où nous sommes tous connectés en permanence, l’ours fait figure d’animal en voie de disparition puisqu’il est capable de se retirer du monde des semaines pour hiberner. Savoir se mettre en retrait est plutôt une qualité. Après tout, savoir se faire attendre, c’est savoir se faire désirer (cf Nikita). Or aujourd’hui on désigne d’ours les personnes hors du circuit social. Souvent pour leur en faire le reproche. À croire que nous préférons les moustiques.

LE PITCH

En Sicile, les ours descendent de leurs montagnes.

LE RÉSUMÉ

Un saltimbanque et sa fille trouve refuge dans une grotte habitée par un vieil ours. Pour le distraire, ils lui content la fameuse invasion des ours en Sicile.

Il s’agit de l’histoire de Léonce, le Roi des ours qui perd son fils Tonio alors qu’ils sont en train de pêcher le saumon. L’ourson se fait kidnapper par des chasseurs. Cette disparition plonge Léonce dans une profonde dépression.

Quel malheur pour un père d’avoir perdu son fils!

L’hiver approche. La tribu a besoin de son chef.

On ne peut pas hiberner le ventre vide. Tu dois faire quelque chose!

Il est effectivement possible que Tonio ait été capturé par les humains. Alors Léonce guide sa troupe dans la valée. Le Grand-Duc ne voit pas cette migration d’un bon oeil. Il donne d’abord l’ordre de faire feu sur les ours. Puis il lâche une horde de sangliers.

De Ambrosiis, le magicien déchu, vient en aide à Léonce. Il utilise l’un de ses deux sorts magiques pour transformer les sangliers en ballon de baudruche. Agacé d’avoir du utilisé son charme De Ambrosiis cherche à se venger et conduit les ours dans un château hanté, peuplé des fantômes d’ours morts dans la bataille. Léonce y retrouve Téophile qui lui confirme que Tonio n’est pas mort.

Les ours doivent ensuite terrasser le marmouset.

Une fois arrivés à la forteresse de Cormoran, Léonce découvre que Tonio est exploité par les hommes dans un spectacle de cirque. Le Grand Duc l’abat. Léonce tue l’assassin de son fils et implore De Ambrosiis pour qu’il redonne la vie à Tonio.

Toi qui fait danser les fantômes et voler les sangliers, sauve mon fils.

Le magicien execute son dernier sort.

Léonce retrouve Tonio et devient un Roi de Sicile épanoui.

Dans la caverne, l’ours s’amuse.

Alors c’est comme ça qu’on raconte l’histoire chez les hommes?

Car l’histoire ne s’arrête pas là.

Tonio fréquente Almerina et se sait toujours pas attraper les saumons, pour le plus grand désespoir de son père.

Il y a des instincts qu’il ne faut pas laisser perdre.

Suite au vol de la baguette magique de De Ambrosiis, Léonce décide de taxer les humains tant que le coupable ne s’est pas dénoncé, ce qui affecte sa popularité. Surtout que le voleur était un ours. Également déçu par le comportement de son fils, Léonce devient nostalgique de ses montagnes, où la vie semblait plus simple.

Au crépuscule de son règne, le roi fatigué invite Tonio à reconduire les ours là d’où ils viennent. Ainsi se finit l’histoire.

Nous n’avons plus rien à faire ici.

Dans la caverne, le vieil ours suggère au saltimbanque et sa fille de bien vouloir laisser ces vieilles histoires en paix.

mamrouzet

L’EXPLICATION

La fameuse invasion des ours en Sicile, c’est la deuxième partie de l’histoire.

Une histoire est un récit portant sur des personnages réels ou imaginaires. Elle vise d’abord à divertir. Si la narration n’obéit à aucune règle fixe, elle se caractérise par une introduction et une conclusion – sauf bien sûr dans les cas exceptionnels d’histoires sans fin ou sans conclusion (cf Inception). La beauté de l’histoire dépend de là où l’auteur décide de mettre son point final. Car si on veut s’arrêter au moment où le prince sauve la princesse et qu’ils vécurent heureux avec beaucoup d’enfants, (cf Blanche Neige) c’est très bien. L’honnêteté intellectuelle voudrait pourtant que nous puissions continuer l’histoire jusqu’aux nombreuses disputes qui vont conduire le couple au divorce (cf La Guerre des Rose). Comme le veut le théorème de Rita Mitsouko : les histoires d’amour finissent mal, en général (cf Love).

On peut s’arrêter à la belle histoire de Lance Armstrong, revenu du cancer pour gagner 7 tours de France d’affilée – en fermant les yeux sur sa chute (cf Stop at nothing). On peut continuer sur l’autoroute sur la direction du Far West – et ne pas aller en prison (cf La 25e heure). On peut vivre au milieu des grizzlies – en évitant de se faire manger (cf Grizzly Man). Les exemples sont nombreux…

Le fait est que nous fuyons régulièrement la réalité pour mieux nous réfugier dans sa version édulcorée. Léonce perd d’abord son fils puis le retrouve au terme d’un périple aussi romantique que mouvementé. Pour le perdre à nouveau, abattu froidement par ce fumier de Grand Duc. L’histoire ne serait pas aussi belle sans un petit coup de baguette magique sorti de nulle part. Un twist final. L’intervention de De Ambrosiis rend la vie à Tonio et nous redonne le sourire au passage. Lazare ressuscité. Tout est bien qui finit bien. Le feu d’artifice en apothéose. On va pouvoir aller se coucher sur une bonne note et continuer à faire de beaux rêves.

Déni de réalité! Notre aversion pour les fins dramatiques ne doit pas nous conduire à ignorer la dimension tragique du monde. Les fins n’ont pas à mal se finir nécessairement. Pas plus qu’elles doivent forcément bien se finir. Elle se finissent, point. C’est comme ça.

On voudrait croire que les Ours et les humains peuvent vivre heureux tous ensemble. La vérité c’est qu’une fois au pouvoir, Léonce va se rendre compte que ce n’est pas de la tarte. Il a idéalisé ses congénères et va en tomber de son trône.

Les ours sont comme les hommes. Il y en a des bons et il y en a des mauvais.

Personne n’est parfait. Certains ours avides de pouvoir sont également capables des machinations les plus machiavéliques.

Personne n’est parfait. Tonio ne sait pas pêcher le saumon. Pire, il se rend au casino et cède à la picole (cf leaving Las Vegas).

Tu voudrais être un homme et tu n’es même pas capable d’être un ours.

On peut continuer de se persuader que la vie est une éternelle lune de miel. Nous devons nous rendre à l’évidence :

Les plus beaux songes ont une fin.

Ce n’est pas grave. L’histoire n’en est pas moins divertissante. La différence c’est que Léonce rejoint les fantômes et que la bande à Tonio retourne dans ses montagnes. Chacun chez soi. La boucle est bouclée. Chacun son métier et les vaches seront bien gardées.

Qui cherche son âne est souvent assis dessus.

Alors rendons-nous service en arrêtant de raconter n’importe quoi. S’il y a des ours en Sicile, ils ne mangent pas de pizza.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.