CALMOS

CALMOS

Bertrand Blier, 1976

LE COMMENTAIRE

L’homme est beau dans son habit de lumière. Il est noble. Le regard à l’horizon, la moustache souple. Imperturbable. Serein. Divin. Il pourrait être tellement plus encore s’il n’était pas sans cesse parasité par ces maudites femmes.

LE PITCH

Deux hommes tentent d’échapper à des femmes enragées.

LE RÉSUMÉ

Paul Dufour (Jean-Pierre Marielle) est gynécologue. En pleine consultation, il quitte brusquement le cabinet. Dans la rue, une femme lui demande son chemin. Paul est au bord de la crise de nerfs. Albert (Jean Rochefort) lui vient en aide.

Vous voyez pas que c’est un homme fatigué, à deux doigts du break?

Tous les deux partent se mettre au vert à la campagne, avec du bon vin et un peu de fromage. L’Abbé Emile (Bernard Blier) les prend sous son aile.

On est bien entre hommes. Pas une parole de prononcée, pas la peine… On est comme les dix doigts de la main.

Suzanne Dufour (Brigitte Fossey) et Geneviève (Micheline Kahn) n’ont cependant pas renoncé à les ramener dans le droit chemin matrimonial.

Je te rappelle que tu es mon mari! Tu dois me baiser!

Elles mettent la pression sur le curé pour voir leurs compagnons le weekend. Paul et Albert s’échappent à nouveau. Leur exemple inspire d’autres hommes qui lâchent tout pour rejoindre le mouvement.

La situation dégénère en guerre civile. Les femmes forment des bataillons armés emmenés par Simone (Dora Doll). Elles parviennent à capturer Paul et Albert qui protestent énergiquement.

Bande de connes! Regarde moi tous ces boudins! Pour l’instant y’a qu’un truc qui nous fait bander : c’est le beaujolais, voila. La blanquette de veau, le roquefort, la frangipane, le tabac brun… et le calme!

Son plaidoyer est inefficace. Faits prisonniers et drogués pour maintenir leur érection, les deux hommes sont violés par des centaines de femmes à la chaîne. La médecin chef (Sylvie Joly) surveille leurs performances.

Des années plus tard, Paul et Albert vivent comme des ermites à la montagne. Craignant de voir de nouveau des femmes, ils s’envolent en deltaplane pour échouer sur une plage. Ils se réfugient dans ce qu’ils croient être une grotte et se retrouvent sans s’en rendre compte au fin fond d’une vulve.

L’EXPLICATION

Calmos, ce sont des hommes dont on ne parle pas.

Dans notre civilisation contemporaine, l’homme est le tyran. C’est la règle. La mâle alpha est le digne héritier d’une longue tradition patriarcale où la femme est responsable de tous les maux. La femme est une sorcière. Plus amère que la mort est la femme (cf Le Nom de la Rose). Elle détourne l’homme de son devoir.

Donc il est légitime de la réduire au rang d’objet, de boniche (cf La Bonne Epouse) ou d’esclave sexuelle (cf Promotion Canapé). On lui dit quoi cuisiner, comment se tenir, à quoi elle doit ressembler. Si la femme n’obtempère pas, elle s’expose à de terribles représailles (cf American Murder). Plus de 200.000 femmes avouent être victimes de violences chaque année.

Dans notre civilisation contemporaine, l’homme est le prédateur (cf Shame). Il traque ses proies (cf Les Valseuses). Dominant (cf 50 nuances de Grey). Pervers narcissiques (cf Mon Roi). Se permettant de faire des remarques déplacées sans se poser de question (cf OSS 117) ou de poser son regard là où il n’est pas le bienvenu. Quand il ne s’autorise tout simplement pas à tater la marchandise. Encore une fois, si la femme n’obtempère pas, elle n’est pas certaine d’obtenir gain de cause (cf Harvey Weinstein).

L’homme est un monstre. Néanmoins, les hommes ne sont pas tous à mettre dans le même panier (cf Je ne suis pas un homme facile). En effet, il existe quelques exceptions.

Il y a d’abord une poignée seigneurs qui savent s’effacer au profit de la Reine (cf Le Silence des Agneaux, Mad Max, Le Choc des Titans, Pour l’Amour d’une Femme, Le Mari de la Coiffeuse).

Puis il y a ceux qui sont subissent la tyrannie des femmes (cf Jackie au Royaume des Filles). Des hommes comme Albert et Paul, qui ne feraient pas de mal à une mouche. Ils ne demandent pas mieux que de pouvoir manger leur pâté en croute tranquillement. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ces pauvres diables sont bien tombés dans le panneau de femmes insatiables.

Le piège classique. Les premières chaleurs du printemps. On commence à s’émouvoir sous l’édredon, une blouse un peu étroite qui ne demande qu’à s’ouvrir, les mains s’égarent, c’est chaud, c’est doux, ça sent le café, le savon de marseille…

On se confesse et puis on recommence le lendemain!

Et à quarante ans on est une épave! C’est ça que tu veux? J’ai jamais pu terminer Proust.

L’enfer, on sait ce que c’est. On peut en parler, on en revient!

Albert et Paul se cachent (cf Le Pianiste), avant d’être débusqués. Alors ils doivent rentrer en résistance. Mais les rangs masculins sont désorganisés.

C’est bien gentil de se promener dans la nature mais quel est le programme? J’ai une femme et des enfants moi!

Qu’est ce que tu fous là?

J’ai suivi le mouvement. Moi quand je vois des gens qui marchent, je suis. Je suis libre, c’est mon droit.

Et pis t’es con aussi. Sacrément con. J’ai jamais vu un con pareil.

Quand on est con comme ça y a qu’une chose à faire, c’est fermer sa gueule.

Même l’Église ne peut plus les protéger. Ils ont perdu la guerre.

Quoi qu’on fasse, elles nous baiseront la gueule. Fallait s’organiser depuis le début. Maintenant, c’est foutu.

Ces hommes n’ont plus nulle part où aller. Ils sont terrorisés. Condamnés à payer pour les autres. Les femmes ont jeté leur dévolu sur eux. Elles se les arrachent. Tout ce qu’ils voulaient, c’était qu’on leur fiche une paix royale. Cela ne se produira pas. Ils seront littéralement sucés jusqu’à la moelle, contre leur volonté. Toujours ils seront harcelés. À jamais ils seront coincés dans les entrailles féminines.

Rappelons que 28% des victimes de violences conjugales, quelles soient physiques, psychologiques ou sexuelles, sont des hommes. Il n’est certainement pas de bon ton de plaindre les hommes. Et pourtant.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.